« 1 acheté, 1 offert » : bientôt le retour des prix alimentaires réduits ?

Le ministre de l’Economie propose de revenir partiellement sur la loi Egalim qui limite actuellement les promotions alimentaires à -34% et de relever ce seuil à -50%.

Vers un grand retour du « un acheté = un offert » ? C’est en tout cas l’espoir du ministre de l’Economie Bruno Le Maire qui a annoncé, lundi matin sur France Inter, vouloir relever le seuil maximum des promotions dans le secteur alimentaire.

Or, c’est l’une des mesures phares de la loi Egalim, adoptée fin 2018. La loi issue des États généraux sur la promotion des plafonds alimentaires à 34 % en valeur et 25 % en volume pour les produits alimentaires.

En clair, il n’est plus possible d’annoncer des réductions de 70 % sur le Nutella, une promotion qui a créé des émeutes dans certains magasins en janvier 2018.

Aider les producteurs

Aider les producteurs

« Il sera toujours possible d’acheter trois produits alimentaires pour le prix de deux, mais l’offre ‘un produit acheté, un produit offert’ est révolue », avait assuré le ministre de l’Agriculture de l’époque, Stéphane Travert. « Il s’agit de lutter contre les promotions excessives qui pervertissent la notion de juste prix aux yeux du consommateur. »

En réalité, l’objectif n’était pas tant de limiter le pouvoir d’achat des consommateurs que de protéger le secteur agricole, qui se plaint des prix de vente trop bas imposés par les producteurs et la grande distribution.

Selon cette loi, les producteurs doivent vendre avec une marge minimale de 10 %. Lundi matin, le maire Bruno a également annoncé qu’il lancerait une mission de l’Inspection générale des finances (IGF) pour s’en assurer.

Dans le contexte actuel de hausse des prix, le président du comité stratégique des centres E. Leclerc, Michel-Edouard Leclerc, avait demandé début avril la suspension partielle de cette règle des 10 % afin de réduire ses prix de vente.

Sources :

Laisser un commentaire