6 conseils de jardinage faciles pour un pouce vert

Enfin, grâce à ces astuces simples et peu coûteuses, vous pourrez susciter l’admiration et devenir un as du jardinage.

JARDINAGE – Saviez-vous que vos déchets alimentaires peuvent faire des merveilles pour vos balcons, terrasses et pièces à vivre ? Connaissez-vous la meilleure technique pour faire germer un noyau d’avocat ?

Tout le monde n’a pas la tête verte et n’a pas non plus eu l’occasion d’apprendre les rudiments du jardinage auprès de ses parents ou grands-parents. Pourtant, avoir son propre potager, élever une vraie jungle dans son appartement ou décorer son balcon sont devenus, surtout après le confinement, des passe-temps que beaucoup d’entre vous ont adoptés. Grâce aux conseils simples de jardiniers amateurs expérimentés mais surtout passionnés, les louanges et les félicitations vous reviennent.

Faire germer des noyaux

Faire germer des noyaux

Avec la grande mode gourmande des sandwichs à l’avocat et autres toasts, vous pouvez réutiliser les noyaux d’avocat pour les faire germer. Ouvrez votre bac de tri, retrouvez le noyau du dernier avocat que vous avez cuisiné en guacamole ou sur des toasts.

Lavé, épluché et enveloppé dans une serviette en papier humide, mis dans un sac de rangement hermétique et… oubliez-le dans un endroit à l’abri de la lumière.

Après quelques semaines et des tentatives plus ou moins réussies, vous verrez le noyau germer et même donner des racines. Il est maintenant temps de les plonger dans un récipient en verre rempli d’eau. Il tire, puis des feuilles apparaissent. Satisfaisant, n’est-ce pas ? Cette technique se répand sur de nombreux comptes, comme celui de 40ans4enfants, Marie-Laure, maman et créatrice de contenu qui la partage dans ses stories.

Cette technique de germination convient également aux mangues, litchis et autres noyaux de fruits que vous avez consommés. L’avantage des graines de mangue est qu’elles germent plus vite, elles peuvent être testées sur des enfants ou des impatients !

Réussir ses semis

Réussir ses semis

Le printemps est aussi la saison des semailles et des repiquages. Certains d’entre vous ont peut-être semé des graines de radis dans le jardin de leurs grands-parents lorsqu’ils étaient enfants, ou même mis quelques lentilles ou haricots secs sur un coton imbibé d’un pot de yaourt ? Avec plus ou moins de succès, vos plantes ont poussé et maintenant vous devez en sacrifier certaines pour en planter d’autres. Miss Crazy Plants, jardinière d’extérieur et d’intérieur passionnée qui adore partager ses astuces sur ses stories Instagram, vous donne ci-dessous ses conseils pour réussir. Concrètement, il vous suffit de sortir vos pots de semis lorsque les graines commencent à germer, pour leur donner plus de lumière. Cela évite aux semis de « tourner », c’est-à-dire de pousser en tiges fines et longues, ce qui les fragilisera et augmentera ainsi le risque de pourriture lors du repiquage en pleine terre.

À Lire  Conseil Jardin de Normandie : le dernier livre de Bertrand le Jardinier vient de sortir

Réaliser des boutures

Réaliser des boutures

Enseigner et diffuser, c’est ce que MissCrazyPlants, le compte Instagram de Marie-Laura dédié exclusivement au jardinage, aime faire. « La deuxième plante que je coupe le plus, ce sont les roses. Puis de petits arbres fruitiers. Plus pour expérimenter avec les enfants que pour économiser de l’argent. » elle explique.

Sa technique est simple : plantez vos bâtons de rose que vous avez prélevés sur la plante « mère » et plantez-les directement dans les pommes de terre ou après avoir planté la base dans le miel. Lorsque le plan est terminé et que quelques bourgeons apparaissent, vous pouvez les transplanter dans le sol.

– L’inconvénient est que les pommes de terre poussent aussi – il rit.

Tenter l’hydroculture

Tenter l’hydroculture

Et s’il y avait assez d’eau pour tout faire pousser dans votre cuisine ? Rien de plus facile à vérifier. Prenez une patate douce, de préférence bio afin que les pesticides ne nuisent pas au développement de la plante, et plongez-la dans un bocal rempli aux 3/4 d’eau. Il ne faudra que quelques jours pour que des racines apparaissent, puis des pousses et enfin une magnifique plante grimpante très élégante.

De nombreuses plantes vertes tolèrent parfaitement la culture hydroponique, à condition qu’on leur en donne régulièrement suffisamment pour les renforcer, soit avec des engrais naturels, soit achetés en magasin. Parmi les stars des salons et des vérandas, on trouve le pothos, qui se bouture très facilement, et peut ensuite vivre sa meilleure vie dans l’eau, ou replanter en pleine terre.

S’essayer à la fertilisation

S’essayer à la fertilisation

Recycler vos déchets alimentaires est aussi très utile pour nourrir vos semis et fertiliser vos plantes. Lina, ingénieur paysagiste et amoureuse des plantes, partage ses conseils sur la façon de fabriquer de l’engrais naturel à partir de peaux de banane sur son compte TikTok Pragmatic Botanical. Ces vidéos sont parmi les plus partagées. Ne jetez pas la peau de banane après le dessert ! Coupez-les en petits morceaux et laissez-les macérer dans l’eau pendant 48 heures. Moins efficace que le compostage, mais ce mélange est riche en azote, fer et potassium, que vos plantes « boiront » avec plaisir !

À Lire  Conseils de jardinage pour les débutants : 10 erreurs à éviter

Sur TikTok, Pierre, agriculteur, jardinier amateur et auteur du livre Réussir son potager (Ed. Marabout), adepte de la simplicité et d’un retour aux méthodes ancestrales, propose la même astuce pour fertiliser vos plantes d’intérieur ou potager, mais précise que vous pouvez également récupérer le fond de la bouteille de lait pour nourrir les plants de tomates. « Le calcium dans le lait est un nutriment que les tomates adorent. » Et en parlant de calcium, n’oubliez pas de broyer les coquilles d’œufs pour les mélanger à de la terre dans des pots ou des rangées de salades.

Récupération et recyclage des déchets alimentaires

Avant de réutiliser vos déchets organiques, pensez à tout ce que vous pourrez récupérer de la poubelle, comme un filet à pommes de terre à Lina, qui sera une station de coupe idéale pour vos plantes.

Pierre passe à autre chose, la coquille d’œuf transformée en seau pour les futurs semis.

La belle saison peut donner envie de crudités et de salades vertes. Si vous en mangez, ne jetez pas les grains !

Offrez-leur un petit bain d’eau à température ambiante dans une tasse et laissez faire la nature, au bout de quelques jours, tel un phénix, ce vulgaire déchet organique renaîtra de ses cendres. Vous pouvez ensuite les faire pousser pour les manger ou récolter leurs graines pour vos semis.

« Vous n’aurez pas celles que vous avez achetées et replantées à partir des laitues que vous avez plantées, mais vous pouvez profiter de ces quelques pousses ou les laisser fleurir pour récolter les graines puis semer l’année suivante pour obtenir la salade de vos rêves ! », explique Pierre.

Si vous n’avez pas de composteur, de lombriculture ou de contenants d’alimentation, répétez cette opération pour vos bouillons de légumes (poireaux, carottes, céleri, etc.) dont vous pourrez récolter et utiliser les pousses ou assaisonner une sauce ou une soupe.

Aussi, semer, conserver les graines, planter, bouturer et maîtriser complètement la chaîne de production ne demande que du temps et de la patience, si l’on suit des conseils simples et peu coûteux.

À voir aussi sur Le HuffPost : Comment Thomas Pesquet essaie de faire pousser des plantes sur l’ISS