7 choses à savoir sur le cannabidiol ou CBD

Interdit par un arrêté ministériel fin 2021 et autorisé provisoirement fin janvier 2022, le cannabidiol ou CBD fait couler beaucoup d’encre en France. Voici 7 choses à savoir sur cette molécule désormais disponible partout en France.

Le cannabidiol ou CBD est une molécule non psychotrope et non addictive que l’on trouve sans ordonnance dans les 2 000 magasins spécialisés en France.

La situation juridique du cannabidiol a subi plusieurs changements ces derniers mois. Ainsi, un arrêté ministériel est venu interdire la commercialisation des feuilles et fleurs de CBD le 31 décembre 2021, provoquant la colère des professionnels du secteur qui ont saisi sereinement le Conseil d’Etat.

Trois semaines plus tard, la plus haute juridiction administrative a suspendu l’interdiction de l’arrêté ministériel, estimant qu' »il existe des doutes sérieux sur la légalité de cette mesure d’interdiction générale et absolue en raison de son caractère disproportionné ».

Aujourd’hui, les produits CBD peuvent être vendus légalement, tant qu’ils ont une concentration en THC inférieure à 0,3 %.

Cette question est essentielle pour comprendre le statut juridique du CBD. Selon une communication du Conseil constitutionnel publiée le 7 janvier 2022, le cannabidiol ne répond pas aux deux critères pour définir un produit psychotrope, à savoir :

– Un risque accru de dépendance (ou d’addiction) ;

– Effets nocifs sur la santé.

En 2017, l’Organisation mondiale de la santé (OMS), par l’intermédiaire de son comité d’experts sur la toxicomanie, a signalé que le CBD « ne semble pas avoir de potentiel d’abus ni être nocif pour la santé ».

Les juges européens se sont alignés sur cette position en 2020, estimant que le CBD ne pouvait pas être classé comme stupéfiant car il n’a « aucun effet psychotrope ou effet nocif sur la santé humaine ».

À Lire  Pourquoi avons-nous le cerveau embrumé lorsque nous revenons de vacances ?

Dans un communiqué publié sur son site, le ministère des Solidarités et de la Santé a indiqué qu’Olivier Véran, ministre de tutelle, avait donné son feu vert au cannabis médicinal en France avec une expérimentation à grande échelle menée dans 215 structures sur tout le territoire.

Ainsi, le ministre de la Santé s’est rendu au CHU de Clermont-Ferrand le 26 mars 2021 pour assister à la première prescription de CBD thérapeutique pour un patient épileptique.

En France, le nombre de magasins (physiques et en ligne) spécialisés dans les produits à base de CBD a été multiplié par 5 entre 2020 et 2022, passant de 400 à plus de 2 000 magasins sur tout le territoire.

Le secteur facture 400 millions d’euros… une vraie performance compte tenu du flou juridique qui empêche toute visibilité pour les entrepreneurs, investisseurs et donateurs.

Il faut dire que le coût de la matière est très compétitif en France, probablement parce que la France concentre plus de la moitié de la production européenne de chanvre. Les professionnels peuvent acheter du CBD pas cher et réaliser des bénéfices entre 15% et 35%.

Selon plusieurs études rigoureuses (exemple), le CBD aurait des propriétés anti-inflammatoires et des propriétés relaxantes et antalgiques. Certains professionnels de santé le prescrivent à leurs patients sportifs pour faciliter la récupération musculaire ainsi qu’à ceux qui souffrent de stress chronique, d’épisodes anxieux ou de troubles du sommeil (insomnie notamment).

Outre les applications citées ci-dessus, le cannabidiol est largement utilisé dans l’industrie pharmaceutique, dans le secteur cosmétique, dans l’industrie textile (où il est considéré comme une solution écologique car peu consommatrice de ressources en eau) mais aussi dans le secteur de la construction où il peut il est utilisé comme matériau de construction grâce à ses caractéristiques d’isolation thermique et acoustique.

À Lire  CBD : risques et bénéfices... ce qu'il faut savoir avant de succomber à la tendance

Laisser un commentaire