Afin de garantir l’accès aux soins, France Assos Santé appelle à …

Alors que la grève lancée par les médecins libéraux continue de réclamer un forfait de consultation de 50 euros, France Assos Santé a critiqué le système respiratoire basé sur le salaire au volume qui ne respecte pas l’obligation de fournir des soins de qualité sur tous les territoires français. L’Association nationale des associations du système de santé appelle à des réformes des subventions et du financement locaux.

Outre le risque d’inflation, l’augmentation des tarifs des prestations ou des consultations demandées par le collectif « Médecins de demain » ne peut améliorer l’offre de soins et incite surtout les populations à s’installer dans les centres dits de santé. Continuer année après année à ne lutter que sur la revalorisation des actions de consultation sans tenir compte de la nécessité d’une réforme de la première station de soins de proximité fait courir des risques d’aggravation de la précarité des médecins généralistes de catégorie 1 et du manque d’expertise, alors que déjà plus de 11% des patients n’ont plus de médecin présent.

Ce n’est donc pas une énième négociation normale entre lui, l’assurance maladie et les associations de médecins dont le système de santé a besoin, mais une restructuration de l’offre locale, avec le même objectif : de bonnes conditions de travail des médecins, des salaires équitables, une bonne répartition géographique et une bonne -la prise en charge coordonnée des bénéficiaires de l’assurance maladie. France Assos Santé réclame ainsi de nouveaux modes de prise en charge financière : d’une part, il s’agit du salaire des médecins qui restent dans des activités indépendantes et intégrées alliant argent et rémunération à l’acte dans la juste proportion, et d’autre part d’autre part de favoriser la pratique du paiement des soins en ville et de payer sa juste valeur.

À Lire  Quelle assurance pour le télétravail ?

La capitation permet de verser à un médecin une certaine somme, en fonction du nombre de patients dont il a la charge, la somme ainsi attribuée au médecin en fonction du nombre de patients inscrits sur sa liste.

Comme le rappelait récemment la Cour des comptes, la France se caractérise par un niveau très élevé de redevances de services, de 70 à 95 % de travaux privés. Dans des pays comme la France, la rémunération à l’acte représente à elle seule maximum 50 % du salaire des médecins généralistes, alors que leur salaire net peut être bien supérieur, principalement dans le secteur libéral.

France Assos Santé s’appuie sur l’esprit d’ouverture, de responsabilité et de solidarité des médecins engagés auprès du service public de santé des premiers secours et notamment auprès des jeunes générations prêtes à embrasser un vrai changement, avec le gouvernement comme d’autres engagés à le respecter. la qualité de leur vie et le sens donné à leurs objectifs de soins.