Albi : un bon endroit pour investir dans l’immobilier

essentiel

Dans son numéro de décembre, le magazine Capital a classé Albi parmi les 20 villes les plus rentables pour investir dans l’immobilier locatif.

L’immobilier albigeois se porte bien. Comptez simplement le nombre de grues qui travaillent dans la ville. A tel point que le numéro de décembre du magazine Capital vient de publier une enquête de la société Masteos qui classe la ville parmi les 20 villes françaises les plus attractives pour réaliser des investissements locatifs.

Des locataires faciles à trouver

Masteos est spécialisé dans ce type d’investissement. Pour arriver à cette liste, il a étudié 500 villes françaises de plus de 40 000 habitants. Tous ont des prix qui dépassent les 2 000 euros le mètre carré. Selon l’entreprise, Albi affiche un taux de rentabilité d’environ 6 %. En dessous de 5 %, les professionnels déconseillent d’investir. Le taux de rendement est calculé comme suit : (loyer X12) X 100/au prix d’achat.

La cote d’Albi est bonne car les locataires y sont faciles à trouver. Le délai moyen est inférieur à deux semaines. Et toujours en ville pour certains articles, les types de maisons à trois chambres, peuvent partir pendant la journée  ! La plupart sont reloués avant le départ des locataires. Autre avantage de cette ville, les prix sont en hausse. Utile pour la revente.

De nombreux projets immobiliers

Enfin, dernier bon point, classée par l’UNESCO, cette ville attire les touristes. Il y a donc une très forte demande de location. De plus, depuis le classement UNESCO, le RBnB s’est multiplié dans la ville. A cela s’ajoute la demande de l’étudiant. Près de 5 000 dans la ville. Certains propriétaires en font une activité.

À Lire  Cinq nominations chez CDC Investissement Immobilier

Hier, la ville n’a pas voulu commenter cette note. Cependant, cela reflète une certaine réalité. Il est indéniable qu’Albi est aujourd’hui une ville où les projets immobiliers poussent comme des champignons et où la demande reste très forte, tant à l’achat qu’à la location. Bruno Lailheugue, l’adjoint en charge de l’urbanisme, a également indiqué lors du vote d’un permis de démolition : «  La ville d’Albi connaît une attractivité accrue et par conséquent une pression foncière et immobilière accrue. Le quartier de la ville a suscité un intérêt particulier auprès de différents porteurs de projet  ».

Un centre-ville redevenu attractif

L’opposition s’est inquiétée de cette attraction lors du même conseil craignant que la ville ne devienne un terrain de jeu pour les promoteurs où le béton domine, ainsi que l’investissement financier.

Précisons cependant ce point de vue. La plupart des projets en cours concernent la création de logements sociaux (Rudel, Issards, le projet Valmy et la fonderie Gillet (section), l’école Pasteur, etc. Les chiffres récents le montrent. Dans ce cas, Albi a dépassé le seuil réglementaire de 20% .