APRÈS-MIDI La récolte des fleurs CBD bat son plein à Chanvre Cévenol

Fils d’agriculteur, Mathieu Givelet a commencé à produire du CBD en 2020 (photo François Desmeures / Objectif Gard)

Grâce au Conseil d’État – qui a annulé l’interdiction du gouvernement contre le droit européen – le CBD est désormais pleinement autorisé en France, fleurs et feuilles comprises. Ce « bon » cannabis, qui n’a aucun pouvoir mental et dont les bienfaits sont reconnus en termes de détente ou de douleur physique, est produit localement depuis 2020 grâce au chanvre des Cévennes.

Les 1 000 m2 plantés en 2020 par Mathieu Givelet, sa femme Déborah et son frère Antonin sont déjà visibles de loin. La récolte 2022 du chanvre des Cévennes nécessite quatre personnes, qui perforent d’abord les fleurs supérieures pour permettre aux inférieures de fleurir encore une semaine, sur deux hectares de terrain, quelque part dans la vallée alésienne. Une place qui n’est pas claire car, bien que légale, la production attire l’avarice (*).

Après la coupe, Antonin Givelet passe les têtes dans une fente qui enlève les feuilles pour ne conserver que les fleurs (photo François Desmeures / Objectif Gard)

Deux hectares suffisent actuellement pour approvisionner les magasins d’Alès et de Nîmes, ainsi que celui en ligne. « Nous cherchons désormais d’autres circuits de distribution comme le tabac dans les départements du Gard, de l’Hérault, de la Lozère et de l’Ardèche, explique Mathieu Givelet. Avec un argument de poids : une production locale, proche du détaillant, tandis que la connaissance du produit se généralise. Les buralistes, qui diversifient de plus en plus leur offre, vendent déjà des produits au CBD majoritairement importés de Suisse.

Infusions, extraction d’huile et produits cosmétiques

« Aujourd’hui, beaucoup de gens connaissent le CBD en général, précise Mathieu Givelet. Nous aimerions construire des pharmacies. Nous avons aussi un projet cosmétique à Phytofrance. » Laboratoire dans l’Hérault. « Nous développons également des infusions pour Garoma, une entreprise de Brouzet-lès-Alès. » Le Chanvre cévenol a également acquis un laboratoire français qui pratique l’extraction pour produire de l’huile de CBD en collaboration avec la société Alesian Vanessences, spécialisée dans les parfums et les huiles essentielles.

À Lire  AirPods Pro (2e génération) : encore plus immersif avec l'audio spatial

La fleur perd alors de l’humidité dans le séchoir (photo François Desmeures / Objectif Gard)

En agriculture, différentes espèces offrent des arômes d’agrumes, de pin, épicés ou sucrés. Et surtout, l’arbre peut représenter l’avenir d’une terre agricole spécifique de la région en termes de fréquence courte de sécheresse. « Il a quand même fallu un peu d’arrosage cet été », précise Mathieu Givelet. Mais éprouvées par la canicule, les plantes n’ont besoin que d’un seul arrosage par semaine. Ce n’est absolument pas un autre produit.

« Les banques refusent de nous prêter de l’argent »

Si la production est désormais mixée avec les habitants et les différents secteurs de l’économie – et la gendarmerie – elle détient apparemment une tranche de soufre pour les usuriers. Le Chanvre Cévénol avait déjà tous les soucis du monde pour ouvrir simplement un compte bancaire… sans argent supplémentaire. Aujourd’hui, ces mêmes banques freinent le développement d’un secteur en croissance constante. « Ils ont refusé de nous prêter de l’argent », raconte Mathieu Givelet, incrédule. Il est difficile, dans ces circonstances, de mener à bien tous les projets du secteur pourtant prometteurs.

La boutique Alesian, au bord de la rocade (photo François Desmeures / Objectif Gard)

Afin de briser la dernière objection et d’intégrer pleinement ses activités dans le secteur économique traditionnel, Chanvre cévenol porte un projet devant le juge Alès Audace « des journées de formation sur le CBD, auprès des buralistes, pharmaciens, etc. servant au développement de notre région ».  » Et, peut-être, donner des idées à d’autres agriculteurs. « Certains sont anciens, il y a peu de repreneurs, selon Mathieu Givelet. Le risque, c’est que de grandes constructions prennent les terres que ces agriculteurs laissent. » Avec un tout autre sens économique que ceux qui refusent les rives du Chanvre des Cévennes.

À Lire  VisualCBD - Site de comparaison CBD authentique et honnête

francois.desmeures@objectivegard.com

* La ferme est protégée des scènes, mais, pendant les vendanges, les deux frères et leur père qui est agriculteur sont intervenus à plusieurs reprises, en pleine nuit, pour échapper aux voleurs, l’un d’entre eux a finalement eu le gendarme.

Le Chanvre cévenol compte deux boutiques à son nom : Alès, au 10 Jean-Baptiste-Lulli ; Nîmes, 10 rue Régale. https://le-chanvre-cevenol.fr