Après une saison terne, un été promotionnel ?

Le Covid-19 et les épisodes de distanciation sociale qu’il a provoqués ont bouleversé nos habitudes de consommation. Ceux dont les revenus ont été épargnés par la crise, privés d’une grande partie de leurs loisirs et de leurs possibilités de déplacements, ont été pris d’un désir avide de consommer des biens de toute nature.

Ce n’est que maintenant que les restrictions sanitaires sont derrière nous que les consommateurs rattrapent leur retard et préfèrent dépenser pour des voyages et des excursions. Et selon Axios, ces évolutions se succèdent trop rapidement pour que les entreprises s’adaptent.

Aux États-Unis, les données gouvernementales indiquent que les détaillants continuent de recevoir des tonnes de produits, même s’ils sont beaucoup moins recherchés qu’il y a quelques mois. Résultat : ces dernières semaines, jouets, vêtements et meubles s’entassent dans leurs grands magasins, tandis que l’inflation pèse sur les budgets de leurs clients.

En France, le prêt-à-porter en paie aussi le prix. Lorsque les soldes d’été ont débuté le 23 juin, certains vendeurs s’inquiétaient du montant des bénéfices à écouler, bien supérieur aux stocks habituels.

Promotions monstres

Résultat, « il y aura des campagnes comme vous n’en avez jamais vues », prédit Mickey Chadha, analyste chez Moody’s, au Wall Street Journal.

Cela devrait notamment être le cas pour les biens volumineux, comme les meubles ou les gros appareils électroménagers, qui prennent beaucoup de place et donc coûtent trop cher à stocker.

Un autre endroit à rechercher est les marques de vêtements qui vendent leur propre marque. C’est le cas de Gap par exemple, explique Chadha, qui ne peut approcher le constructeur ni revendre ses parts à une autre société. La marque doit donc se débarrasser de ses articles d’une manière ou d’une autre.

Attention cependant : si la baisse du prix de certains biens de consommation courante pourrait ralentir un peu l’inflation galopante, des stocks trop importants pourraient freiner les entreprises trop mal préparées et les conséquences économiques pourraient être importantes.

Qui est derrière le site Slate ?

Claude Askolovitch est un journaliste français né le 18 décembre 1962 à Paris.

Qui est Slate Média ? Le 10 février 2009, un magazine en ligne homonyme français est lancé, fondé par Jean-Marie Colombani, ancien directeur du journal Le Monde, Éric Leser, Johan Hufnagel et Éric Le Boucher, journalistes, et Jacques Attali.

Qui est Slate fr ?

Qui est Slate fr ?

Une version française du webzine, slate.fr, a également été créée en 2009 par les journalistes Jean-Marie Colombani, Éric Leser et Johan Hufnagel, assistés de l’économiste Jacques Attali ; le magazine américain y est actionnaire, mais dans une mesure limitée le contrôle est exercé par les fondateurs français.

Qui est Korii Slate ? corii. est la verticale de Slate.fr dédiée aux nouvelles économies, aux nouvelles technologies, aux nouveaux usages et à leur impact sur nos vies. Articles, analyses, sondages, séries, podcasts, en accès libre et gratuit comme son grand frère, korii.

Laisser un commentaire