Arnaque NFT Animoon, près d’une centaine de victimes françaises portent plainte contre l’influenceur Marc Blata et sa femme Nadé Blata

Le Collectif d’Aide aux Victimes d’Influenceurs (AVI) annonce que près d’une centaine de victimes françaises portent plainte contre l’influenceur Marc Blata et son épouse Nadé Blata (de leurs vrais noms Marc Singainy Tevanin et Nadira Brik Chaouche) pour avoir fait la promotion de l’arnaque NFT Animoon et Copy Trading Services sur le groupe Telegram « Blatagang ».

Les accusations s’élèvent à des millions d’euros collectés grâce à ces escroqueries cryptographiques : gangs organisés, abus de confiance en gang organisé, association de malfaiteurs en gang organisé et violation de la propriété intellectuelle en gang organisé.

#CommuniquédePresse du #collectifAVI : Des #influenceurs de #téléréalité dont #marcblat visés dans une plainte pour escroquerie en bande organisée. La conférence de presse avec le cabinet @ZieglerAssociés sera organisée le 23 janvier à Paris. ↩️ https://t.co/ZvcVoA0wHB pic.twitter.com/GJVchH6qet

— Collectif AVI (@collectifAVMN) 12 janvier 2023

Dans la lignée de l’affaire Mutant Ape Planet NFT, dont le fondateur Aurélien Michel a récemment été arrêté à New York, les créateurs du projet NFT Animoon ont également fait de nombreuses promesses aux acheteurs de ces jetons irremplaçables qu’ils ne tiendront jamais, pour finir par marcher loin avec de l’argent et plus de 6 millions de dollars collectés auprès de milliers de victimes de cette arnaque NFT.

Comme détaillé dans l’enquête Signal-Arnaques, les promesses faites aux clients de NFT Animoon étaient plutôt alléchantes.

« Ses fondateurs et administrateurs, aujourd’hui indisponibles, ont pourtant promis des gains très importants aux premiers investisseurs : 2 500 dollars offerts par mois pour vivre, des vêtements de luxe, des voyages au Japon, des gains sur les cartes Pokémon. dit Signal-Arnaques.

À Lire  Crypto Crash : Faillite et tête sous-marine à gogo ? Pas encore

2 séries de plaintes font référence à des affaires auxquelles Blataši a participé : – vente d’animoon NFT – promotion du commerce de la copie au sein de « Blataganga »

— Signal-Arnaques (@SignalArnaques) 23 janvier 2023

Suivis par des millions sur les réseaux sociaux, les influenceurs de Dubaï Marc et Nadé Blata sont également poursuivis pour avoir promu un service de copy trading sur un groupe Telegram appelé « Blatagang ».

Des gains et profits importants sont promis en utilisant ces signaux de trading : « Selon Marc et sa femme Nadé, avec une simple mise de 500 €, ce système peut générer 1000 à 3000 € par mois ! »

Face aux accusations, Mark Blata a spécifiquement répondu qu’il n’avait fait que promouvoir un projet NFT qui s’est avéré plus tard être une arnaque.

« Ce n’est pas ma faute, Animoon, je viens de mettre à jour. Et c’est un vrai projet sans usurpation. (MDR) »

Quant au service de copy trading, il prétend que tout est légal, mais le problème est qu’il promet d’énormes profits au grand public qui pense pouvoir s’enrichir facilement et sans aucun effort.

Blata répond à cela : 1- ce n’est pas ma faute, je viens de promouvoir Animoon. Et c’est un vrai projet sans usurpation. (LOL) 2- le commerce de copie est légal. (oui, mais ce n’est pas ce qu’ils vous reprochent) Source : https://t.co/huTT6tceMY

— Signal-Arnaques (@SignalArnaques) 23 janvier 2023

L’affaire, qui va maintenant se poursuivre devant les tribunaux, reste à voir quels recours juridiques seront possibles contre ces influenceurs basés à Dubaï, comme de nombreux autres YouTubers qui promeuvent également des services douteux.

À Lire  Les premières règles de régulation des crypto-actifs au G20

Suivez-nous sur Telegram, Facebook et Twitter.

Sommaire

À LIRE AUSSI: