Au Kurdistan irakien, les rêves de grandeur d’Erbil

En sortant de l’aéroport d’Erbil, la première image que l’on a de la capitale du Kurdistan irakien est celle d’un immense panneau représentant une forêt préservée derrière une plage de sable fin, surplombant une mer bleu turquoise. Le contraste est surprenant quand on sait que la mer la plus proche est à 1 000 kilomètres à vol d’oiseau, derrière les montagnes d’Irak et d’Iran.

Cette vision incarne l’ambition pharaonique du projet immobilier Pavillion, qui s’étend sur 170 hectares. D’ici 2027, le promoteur promet d’y créer le plus grand lagon artificiel de la planète, avec des fontaines musicales quatre fois plus hautes que les grandes eaux de Versailles, entourant plus de 500 villas résidentielles de luxe et un millier de commerces, autant qu’à Reims ou Toulon. . .

Sommaire

150 000 nouveaux logements en six ans

150 000 nouveaux logements en six ans

Ce projet gigantesque est le plus emblématique d’une longue série. Depuis le vote en 2006 d’une loi visant à attirer les capitaux privés, la région autonome du Kurdistan a reçu près de 20 milliards d’euros d’investissements étrangers. Plus de la moitié était dédiée au secteur immobilier. Car depuis la chute de Saddam Hussein en 2003, le prix du mètre carré y a augmenté en moyenne de 25 % par an.

« Le grand nombre d’investisseurs attirés par Erbil va faire de la ville un pilier lucratif de la croissance économique, veut croire Stephan Vannucci, directeur des opérations du projet Pavilion, qui reste discret sur l’origine des investissements. Nous sommes convaincus que le potentiel d’un investissement comme le nôtre est sans précédent en Irak. »

Alors que le prix des hydrocarbures augmente, que la situation sécuritaire se stabilise et que l’activité touristique faiblit, Erbil envisage un sort similaire à certains de ses voisins. Il n’est pas rare d’entendre ses habitants parler du « nouveau Dubaï ». Plus de 150 000 maisons ont été construites au cours des six dernières années et 5 800 sociétés immobilières opèrent dans la région.

« Beaucoup de gens des pays du Golfe ou du sud de l’Irak veulent acheter ou louer un bien immobilier ici », a déclaré le propriétaire de l’un d’entre eux. Ils sont attirés par un environnement sécuritaire pour leur famille et un environnement économique en plein essor. »

Une difficulté croissante pour accéder à l’eau

Une difficulté croissante pour accéder à l’eau

Les appétits des investisseurs ont leurs zones grises. Si la province d’Erbil compte près d’une centaine de projets en construction, neuf sont à l’arrêt. Des milliers d’acquéreurs ont déposé une caution sur une maison qui ne verra probablement jamais le jour et les litiges se multiplient.

Les ambitions d’Erbil sont également confrontées à des contraintes énergétiques et environnementales. Selon les données publiées par les autorités en juin 2020, l’électricité publique n’était disponible dans la région que seize heures par jour. Quant à l’eau, elle continue de se raréfier ; la profondeur moyenne des puits alimentant une ville d’un million d’habitants a quadruplé au cours des vingt-cinq dernières années.

« Le dernier puits a dû être creusé à plus de 700 mètres de profondeur », explique Khaled Suleiman, journaliste kurde spécialisé dans les questions environnementales. La difficulté croissante d’accès à l’eau, alors qu’Erbil se trouve à des dizaines de kilomètres de toute rivière, est extrêmement grave. Cela menace directement l’avenir de la ville et de ses habitants. »

Dans ce contexte, entendre le promoteur du Pavillon promettre un « morceau de Méditerranée » en plein désert interpelle. Les aménageurs ne s’attendent évidemment pas à une amélioration de la situation, car ils ont intégré au projet la construction d’un réseau indépendant qui garantira l’approvisionnement en eau et en électricité, en tenant compte des contraintes environnementales.

« Nous espérons que le Pavillon servira de modèle au gouvernement pour résoudre certains des problèmes d’accès à l’eau et à l’électricité de la ville », lance Stephan Vannucci. Certains investisseurs préfèrent donc se substituer à l’État pour garantir à leurs clients l’accès aux services de base en toute autonomie.

Une région riche avec un fort chômage

Une région riche avec un fort chômage

La Région autonome du Kurdistan irakien a été formée en vertu de la constitution irakienne de 2005 en regroupant trois provinces kurdes : Erbil, Souleymanié et Dohouk. Elle compte 5,3 millions d’habitants.

Il jouit cependant d’une large autonomie depuis 1991 et reste sous le contrôle de deux partis rivaux, l’Union patriotique du Kurdistan (UPK), dominée par le clan Talabani, et le Parti démocratique du Kurdistan (PDK), détenu par le clan Barzani.

À Lire  Comment trouver un nouveau logement à Toulouse ?

La production quotidienne de pétrole dans la région dépasse 450 000 barils. La répartition de ses revenus est une source de tension avec le gouvernement central de Bagdad.

Malgré l’image d’une région stable, apte à attirer les investisseurs étrangers, le chômage est estimé à 17,4% de la population active en 2021 contre 14% dans l’ensemble du pays.

Le Kurdistan, « la terre des Kurdes », est une région couvrant le sud-est de la Turquie, le nord-est de l’Irak, le nord-ouest de l’Iran et une partie du nord de la Syrie.

Où se trouve les Kurdes ?

Où se trouve les Kurdes ?

> Où vivent-ils? Vivant sur un territoire montagneux – géographiquement identifié comme le Kurdistan – qui s’étend de l’est de la Turquie au nord-ouest de l’Iran, en passant par le nord de l’Irak et le nord-est de la Syrie, les Kurdes sont actuellement répartis sur près d’un demi-million de kilomètres carrés.

De quel pays viennent les Kurdes ? Les Kurdes (kurde : Курд, Ú©Ùرد) sont un peuple de langue indo-européenne, et principalement de confession musulmane sunnite, comptant 30 à 40 millions de personnes vivant principalement en Turquie, en Iran, en Irak et en Syrie.

Qui sont les Kurdes en Turquie ?

Les Kurdes sont un peuple d’environ 30 millions de personnes qui vivent dans quatre pays du Moyen-Orient : la Turquie, l’Irak, la Syrie et l’Iran. Pendant cinq cents ans, certains Kurdes ont voulu créer leur propre État, le Kurdistan, qui couvrirait une partie de chacun des quatre pays.

Pourquoi les Turcs n’aiment pas les Kurdes ?

Les Kurdes représentent une grande minorité en Turquie, 20% de la population, mais le kémalisme menace l’identité kurde depuis la création de l’État turc, notamment en niant son existence, en interdisant la langue kurde ou en perpétuant la répression par l’armée turque.

Quelle est l’origine des Kurdes ?

Les Kurdes sont d’origine moyen-orientale, mais les universitaires comme les Kurdes eux-mêmes ne peuvent s’entendre sur les origines de leur groupe.

Pourquoi les Kurdes n’ont pas de pays ?

En 1920, le traité de Sèvres prévoit la création d’un État kurde sur les vestiges de l’Empire ottoman détruit, ainsi que pour d’autres peuples de la région. Cependant, le traité de Lausanne de 1923 divise le Moyen-Orient en plusieurs pays qui ne tiennent pas compte du droit des Kurdes à disposer de leur propre terre.

Pourquoi les Turcs et les Kurdes ne s’entendent pas ?

La question de la sécurité et de la lutte contre les Kurdes était la voie la plus simple pour recréer l’union nationale ». Un alibi sécuritaire que le pouvoir turc justifie aussi par la menace du PKK.

Quelle est la religion des Kurdes ?

De même, tous les Kurdes n’ont pas une identité religieuse unique : bien que la plupart d’entre eux soient des musulmans sunnites, d’autres religions sont également pratiquées.

Comment vivent les Kurdes ?

Comment vivent les Kurdes ?

La grande majorité des Kurdes sont des musulmans sunnites (70%). En Irak, Saddam Hussein a massacré ou déporté la petite population chiite kurde en 1987-1988. Certains de ces Kurdes chiites, originaires d’Irak, vivent dans des camps de réfugiés en Iran.

Les Kurdes sont-ils Turcs ? Le Kurdistan turc , le Kurdistan du Nord ou le Kurdistan du Nord ( kurde : Şəmərə Kurdistan ) est une région du sud-est de la Turquie principalement habitée par des Kurdes , des Turcs et des Arabes .

Est-ce que les Kurdes font le ramadan ?

Officiellement, ce sont des musulmans de rite chiite, mais en fait ils n’observent pas le ramadan, ne prient pas pour Ali et ne font pas de pèlerinage. Mais leurs rituels religieux sont mixtes, hommes et femmes. Ce sont les personnes qui jouent de la musique et boivent du vin lors de leur rituel.

Pourquoi les Kurdes n’ont pas de pays ?

En 1920, le traité de Sèvres prévoit la création d’un État kurde sur les vestiges de l’Empire ottoman détruit, ainsi que pour d’autres peuples de la région. Cependant, le traité de Lausanne de 1923 divise le Moyen-Orient en plusieurs pays qui ne tiennent pas compte du droit des Kurdes à disposer de leur propre terre.

Quelle est la religion des Kurdes ?

De même, tous les Kurdes n’ont pas une identité religieuse unique : bien que la plupart d’entre eux soient des musulmans sunnites, d’autres religions sont également pratiquées.

Quelle est la religion des Kurdes ?

De même, tous les Kurdes n’ont pas une identité religieuse unique : bien que la plupart d’entre eux soient des musulmans sunnites, d’autres religions sont également pratiquées.

Pourquoi les Turcs et les Kurdes ne s’entendent pas ?

La question de la sécurité et de la lutte contre les Kurdes était le moyen le plus simple de recréer l’union nationale ». Un alibi sécuritaire que le gouvernement turc justifie aussi par la menace du PKK.

Quelle est l’origine des Kurdes ?

L’histoire du peuple kurde en tant que groupe ethnolinguistique commence dans les régions montagneuses du sud du Caucase (Zagros et Taurus) ; cette zone géographique s’appelle le Kurdistan.

Quel est l’État actuel du projet de Kurdistan indépendant ?

3 Le gouvernement régional du Kurdistan, désormais officiellement reconnu depuis 2003, profite du chaos sécuritaire et politique en Irak pour se renforcer. Les institutions politiques du Kurdistan ont été placées sous les auspices du président Massoud Barzani.

Quelle est la capitale du Kurdistan ? Erbil (également orthographié : Arbil ou Irbil ; Hewlêr/ÙÛÙÙÛر en kurde) est la capitale du gouvernement régional du Kurdistan. C’est aussi la capitale de la province d’Erbil. Peuplée d’environ un million et demi d’habitants, elle est située à 77 kilomètres à l’est de Mossoul.

Pourquoi le Kurdistan n’est pas un pays ?

Cependant, le Kurdistan désigne une zone, une région, et non un État autonome, souverain et reconnu. Situé en Asie occidentale, le Kurdistan s’étend sur près de 520 000 km 2 et s’étend sur quatre pays voisins : la Turquie au nord, la Syrie à l’ouest, l’Irak au sud et l’Iran à l’est.

Pourquoi les Turcs et les Kurdes ne s’entendent pas ?

La question de la sécurité et de la lutte contre les Kurdes était la voie la plus simple pour recréer l’union nationale ». Un alibi sécuritaire que le pouvoir turc justifie aussi par la menace du PKK.

À Lire  Immobilier : 3 idées reçues qui peuvent réduire les charges locatives

Pourquoi le Kurdistan n’a pas de pays ?

En 1920, le traité de Sèvres prévoit la création d’un État kurde sur les vestiges de l’Empire ottoman détruit, ainsi que pour d’autres peuples de la région. Cependant, le traité de Lausanne de 1923 divise le Moyen-Orient en plusieurs pays qui ne tiennent pas compte du droit des Kurdes à disposer de leur propre terre.

Quel pays reconnaît le Kurdistan ?

De ces quatre pays, seuls deux reconnaissent officiellement la région sous le nom de « Kurdistan » : l’Iran avec la province du Kordestan et l’Irak avec sa région autonome du Kurdistan.

Pourquoi les Turcs et les Kurdes ne s’entendent pas ?

La question de la sécurité et de la lutte contre les Kurdes était la voie la plus simple pour recréer l’union nationale ». Un alibi sécuritaire que le pouvoir turc justifie aussi par la menace du PKK.

Est-ce que les Kurdes font le ramadan ?

Officiellement, ce sont des musulmans de rite chiite, mais en fait ils n’observent pas le ramadan, ne prient pas pour Ali et ne font pas de pèlerinage. Mais leurs rituels religieux sont mixtes, hommes et femmes. Ce sont les personnes qui jouent de la musique et boivent du vin lors de leur rituel.

Quel est le statut du Kurdistan ?

Le Kurdistan irakien est la seule entité qui a acquis son autonomie. Ceci est basé sur la constitution irakienne de 2005 (État fédéral). Le Kurdistan irakien est divisé en 3 gouvernorats : Arbil, As-Sulaymaniya, Dahuk. De nombreux Kurdes vivent dans les « territoires contestés », notamment dans la ville de Kirkouk.

Quel pays soutient les Kurdes ?

Fondation
Mode de fonctionnementGuérilla, lutte armée, racket et terrorisme
Zone opérationnelleTurquie Irak Iran Syrie
Période d’activitéDepuis 1978
Organisme

Qui sont les Kurdes explication en cartes et en images ?

Les Kurdes – environ 30 à 40 millions de personnes – sont les plus grands apatrides au monde. Pendant des siècles, ils ont occupé un territoire qui s’étend sur quatre pays : la Turquie, la Syrie, l’Irak et l’Iran.

Quelle est la religion des Kurdes ? « Chez les Kurdes, le ciment de l’identité n’est pas la religion, mais la langue et la culture. La grande majorité des Kurdes sont des musulmans sunnites (80%), « bien que ce sunnisme soit quelque peu différent de celui des Arabes et des Turcs », précise le spécialiste.

Quelle est l’origine des Kurdes ?

Les Kurdes sont d’origine moyen-orientale, mais les universitaires comme les Kurdes eux-mêmes ne peuvent s’entendre sur les origines de leur groupe.

Pourquoi les Kurdes et les Turcs ?

Le conflit kurde en Turquie se déroule au Kurdistan turc depuis 1984. La question kurde, qui s’est posée principalement à la fin de la Première Guerre mondiale et à la chute de l’Empire ottoman, a agité la vie géopolitique du pays depuis la naissance de la République turque en 1923.

Qui son les Kurdes ?

Les Kurdes sont un peuple d’environ 30 millions de personnes qui vivent dans quatre pays du Moyen-Orient : la Turquie, l’Irak, la Syrie et l’Iran. Pendant cinq cents ans, certains Kurdes ont voulu créer leur propre État, le Kurdistan, qui couvrirait une partie de chacun des quatre pays.

Qui son les Kurdes ?

Les Kurdes sont un peuple d’environ 30 millions de personnes qui vivent dans quatre pays du Moyen-Orient : la Turquie, l’Irak, la Syrie et l’Iran. Pendant cinq cents ans, certains Kurdes ont voulu créer leur propre État, le Kurdistan, qui couvrirait une partie de chacun des quatre pays.

Pourquoi les Kurdes viennent en France ?

Dans les années 1990, au plus fort de la guerre entre le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) et l’armée turque pour la création d’un État kurde indépendant, des villages kurdes sont détruits, et de nombreux Kurdes décident de se réfugier en France notamment.

Qui sont les ancêtres des Kurdes ? Les Kurdes font remonter leurs origines aux Mèdes. Cette origine peut être défendue sur la base de preuves linguistiques, puisque les Kurdes parlent une variante occidentale des langues iraniennes. Au VIe siècle av. J

Quel pays reconnaît le Kurdistan ?

De ces quatre pays, seuls deux reconnaissent officiellement la région sous le nom de « Kurdistan » : l’Iran avec la province du Kordestan et l’Irak avec sa région autonome du Kurdistan.

Pourquoi les Turcs et les Kurdes ne s’entendent pas ?

La question de la sécurité et de la lutte contre les Kurdes était la voie la plus simple pour recréer l’union nationale ». Un alibi sécuritaire que le pouvoir turc justifie aussi par la menace du PKK.

Est-ce que les Kurdes font le ramadan ?

Officiellement, ce sont des musulmans de rite chiite, mais en fait ils n’observent pas le ramadan, ne prient pas pour Ali et ne font pas de pèlerinage. Mais leurs rituels religieux sont mixtes, hommes et femmes. Ce sont les personnes qui jouent de la musique et boivent du vin lors de leur rituel.

Pourquoi les Kurdes n’ont pas de pays ?

En 1920, le traité de Sèvres prévoit la création d’un État kurde sur les vestiges de l’Empire ottoman détruit, ainsi que pour d’autres peuples de la région. Cependant, le traité de Lausanne de 1923 divise le Moyen-Orient en plusieurs pays qui ne tiennent pas compte du droit des Kurdes à disposer de leur propre terre.

Pourquoi les Turcs et les Kurdes ne s’entendent pas ?

La question de la sécurité et de la lutte contre les Kurdes était le moyen le plus simple de recréer l’union nationale ». Un alibi sécuritaire que le gouvernement turc justifie aussi par la menace du PKK.

Quelle est la religion des Kurdes ?

De même, tous les Kurdes n’ont pas une identité religieuse unique : bien que la plupart d’entre eux soient des musulmans sunnites, d’autres religions sont également pratiquées.