Béziers : les commerçants du CBD soulagés de pouvoir à nouveau vendre leurs fleurs

Le 30 décembre 2021, le gouvernement par arrêté interministériel a autorisé la vente de produits contenant du CBD avec une teneur en THC inférieure à 0,3%, mais a interdit puis suspendu la vente de fleurs et feuilles. Le 29 décembre 2022, le Conseil d’Etat a officiellement levé le décret, autorisant les commerçants à proposer la fleur de cannabidiol.

« La vente de fleurs représente 70 à 80% de mon chiffre d’affaires… Vous imaginez donc que, malgré les interdictions, je n’ai jamais cessé d’en vendre. » Au 8, rue de la République, à Béziers, Serge ne peut que se sentir soulagé de retrouver la légalité.

Le gérant de la franchise CBD Shop France, le quatrième commerce spécialisé dans la vente de cannabidiol (CBD) ouvert dans la ville de Riquet, a toujours continué à vendre ses fleurs, ne comprenant pas les précédentes décisions du Conseil d’État. Ainsi que ses 110 confrères franchisés en France.

Heureusement, le Biterrois peut se vanter de n’avoir jamais été contrôlé : « Je sais qu’il y en avait à Montblanc, dans d’autres boutiques de Béziers, à Servian, Lunel, Maugio, Pézenas… Mais aucun de mes collègues et moi n’avons été contrôlés. »

« Il ne faut pas se leurrer, la Mildeca va retenter »

Depuis 2018, les décrets n’ont cessé de passer de l’interdiction à l’autorisation. Concernant question : la Mildeca (Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives) qui joue sur l’aspect THC de la plante. « Le taux légal de THC en Europe dans le CBD est de 0,2%. Et les fleurs que nous vendons n’en contiennent pas plus. La France a même fait passer cette loi à 0,3%, c’est dire combien ça n’avait pas de sens de les interdire avant ! » grogne serge

À Lire  Non-paiement des taxes sur le CBD : suspension du constat de condamnation.

Confiant après le décret de 2021, l’un des chefs de Béziers, qui souhaite rester anonyme, confie : « J’étais persuadé que ça changerait encore. Certains de mes collègues ont déposé le bilan dans l’année, mais je n’ai pas voulu. Alors j’ai aussi continué à les vendre. Et je n’avais pas de recherches. En vitrine, je mettais simplement mes huiles et mes cosmétiques. Si mes clients venaient me demander la fleur ou les feuilles, j’allais à la réserve sans aucun souci. » « Mais il ne faut pas s’y tromper, la Mildeka tentera encore, pour la énième fois, d’interdire à nouveau la vente de fleurs », table Serge.

La concurrence au cœur du problème

Pour Serge, également concessionnaire de CBD Shop France à Narbonne, les raisons de ces interpellations incessantes sont diverses. « À mon avis, si l’État a interdit la vente de fleurs et de feuilles, c’est parce qu’ils ne voyaient que l’aspect THC de la plante. Tout était confus. Pour eux, vendre de la fleur de CBD c’est comme vendre une tête de cannabis », Mia De l’avis, si l’état a interdit la vente de fleurs et de feuilles, c’est parce qu’ils ne voyaient que l’aspect THC de la plante. parce que les deux sont fumables. Alors que nous ne recommandons jamais de fumer la fleur, mais de la consommer sous forme de tisane. C’est beaucoup plus efficace et vous ne vous faites pas de mal. pas les poumons ! »

Cependant, Serge est bien conscient qu’il ne peut empêcher ses clients de fumer la fleur. « Honnêtement, un client sur deux vient dans mon magasin avec l’objectif d’arrêter le cannabis. Et quand on est accro au cannabis, comme fumer, c’est la chose la plus difficile à arrêter », justifie le gérant.

À Lire  Les hommes sont plus stressants...

Et ce désir de mettre fin à la dépendance mène à la concurrence. Notamment chez les vendeurs de tabac et d’alcool ou les groupes de pression pharmaceutiques : « Vous comprenez que si la population capte du CBD pour se détendre et vaincre l’addiction, personne ne se tournera vers l’alcool ou la cigarette pour décompresser, ni vers les traitements médicaux pour s’en sortir. . »

Désormais, la crainte de Serge, c’est la hausse de la TVA. Aujourd’hui, la TVA sur les produits CBD est de 5,5 %. « J’ai peur que ça monte à 15 voire 20%. Et là, ce serait une catastrophe de l’autre côté. Il va falloir augmenter nos prix, alors qu’ils sont déjà assez élevés. »