Cannabis : la vente de fleurs de CBD autorisée en France, un soulagement pour les cultivateurs du Nord

Le Conseil national a tranché : il est permis de vendre des fleurs et des feuilles de CBD, une molécule non psychotrope du cannabis. La décision, annoncée le 29 décembre, était attendue dans les Hauts-de-France. Ces dernières années, les producteurs ont agrandi leurs fermes de chanvre.

« Nous sommes très contents ! Les fleurs représentent une grande partie de notre marché. Nous avons plus de 400 kilos en stock. Si la vente avait été déclarée illégale, cela aurait été difficile… »

Kévin Knut, producteur de chanvre Mametz depuis plus de 4 ans, ne cache pas ses vacances par arrêté du Conseil national, publié le 29 décembre.

Pour cause, il est indiqué noir sur blanc : « Le CBD (cannabidiol) a des propriétés sédatives et relaxantes et des effets anticonvulsivants, mais il n’a pas d’effet psychotrope et ne provoque pas d’accoutumance, contrairement au THC (tétrahydrocannabinol). »

Ces fleurs, qui ne contiennent pas de THC, étaient au cœur de la polémique.

© France Télévision

Les fleurs de CBD, avec un taux de THC inférieur à 0,3%, peuvent donc être vendues en France. « Cette commande va encourager les clients », espère Kevin Knut, le propriétaire de cinq magasins où ses clients sont âgés, en moyenne, de 50 à 65 ans.

Le Nordiste y vend ce produit brut, alors qu’il conseille de le cuire à la vapeur ou de l’inhaler, plutôt que de le fumer.

Pendant un an, certaines personnes étaient sceptiques. Ils nous ont demandé : est-ce légal ou non ?

Car tout a commencé vers la fin 2021. L’arrêté ministériel interdit la vente au « pays vert » de fleurs et de feuilles de divers types de cannabis, dont le taux de THC est inférieur ou égal à 0,3%. Le gouvernement présente des raisons de santé publique.

À Lire  Comment concilier votre routine sportive avec vos cycles...

En janvier 2022, cette commande est suspendue. Onze mois plus tard, le Conseil national vient de l’abroger.

L’utilisation de ce type de produit « ne présente pas de risques pour la santé publique justifiant une interdiction générale et complète de leur commercialisation », a jugé la plus haute juridiction administrative de France, dans son ordonnance.

Autre argument soulevé par le gouvernement : lors des contrôles de police, la similitude entre ces fleurs de CBD et la plante de cannabis illégale peut prêter à confusion. « Le niveau de THC dans les fleurs et les feuilles peut être vérifié avec des tests rapides et bon marché », conclut le Conseil national.

« Je peux dire que les fleurs de CBD représentent désormais 50% des ventes dans nos magasins », jauge Mickaël Tabeling, propriétaire de 13 magasins dans les Hauts-de-France, lui aussi soulagé par cette annonce.

Désormais, le producteur de Weppes réclame un encadrement légal : « Beaucoup d’entreprises font importer leurs produits. Je trouve important qu’il y ait des contrôles par pesticides, fongicides… Nous sommes en retard sur ces contrôles par rapport à nos voisins européens. »