CBD : la vente de fleurs validée en France

Le gouvernement français n’était pas d’accord. Le 29 décembre, le Conseil d’Etat a définitivement levé l’interdiction de vente de fleurs et de feuilles de chanvre chargées en cannabidiol (CBD), une molécule non psychotrope du cannabis.

Si le gouvernement par un arrêté interministériel a autorisé la vente de produits contenant du CBD avec une teneur en THC (delta-9-tétrahydrocannabinol, molécule psychotrope) inférieure ou égale à 0,3%, il a décidé d’interdire la vente des fleurs et feuilles de ce même cannabis avec une très faible dose de THC- a.

Il n’y a aucun risque pour la santé publique

Pas de risque pour la santé publique

Le Conseil d’Etat a apprécié le bien-fondé de « l’interdiction générale et absolue disproportionnée de mise sur le marché à l’état brut » de cette substance. En effet, elle a estimé que la vente de CBD sous forme de feuilles et de fleurs ne « crée pas de risque pour la santé publique » qui justifierait une telle interdiction.

« En l’état des données scientifiques, la nocivité des autres molécules présentes dans les fleurs et les feuilles de cannabis, notamment le CBD, n’est pas établie », a souligné le Conseil d’Etat. Avant de préciser que selon les données scientifiques, « des propriétés décontracturantes et relaxantes et une action anticonvulsivante, mais il n’a pas d’effet psychotrope et ne provoque pas d’accoutumance ».

« La France est le premier pays producteur de chanvre »

« La France, c’est le premier pays producteur de chanvre »

Concernant la difficulté de faire la distinction lors des contrôles de police, le Conseil d’Etat a estimé que le taux de THC « peut être vérifié par des tests rapides ».

À Lire  Rooney. CBD : 350 plants volés en une nuit à Thizy les Bourgs

La France comptait environ 2 000 boutiques CBD fin 2022, selon le Syndicat professionnel du chanvre (SPC). « La France est le premier pays producteur de chanvre, mais il est réservé au textile et à l’isolation. Nous n’utilisons pas de fleurs qui valent leur pesant d’or. J’ai pas mal de producteurs qui frappent à ma porte, mais jusqu’à présent je devais acheter hors de France […] La France a un énorme retard, alors que dans la région on a un climat très convenable, ça pousse tout seul, c’est presque une mauvaise herbe », a expliqué Yannick Lowère, directeur de la chaîne de magasins Yama Tsè, basée à Pau, interrogé par France Bleu.