Centres dentaires : les excès du low cost

publié: 18/11/2022 09:00

Sommaire

Dans un contexte où certains Français renoncent aux soins dentaires, jugés trop chers, de nombreux centres dentaires low cost ont investi les grandes villes axant leur communication sur le prix. Mais des scandales sanitaires ont mis en lumière les dérives du secteur. On fait le point sur ce phénomène.

Les centres dentaires à petit budget font désormais partie du système de santé français. Apparue dans les années 2010, ces structures low-cost se sont multipliées ces derniers temps, notamment dans les grandes villes. Le pays compte aujourd’hui plus de 1 150 centres dentaires à bas prix*. Elles emploient environ 5 000 chirurgiens-dentistes sur 42 000 en France. Et la dynamique du marché devrait se poursuivre au rythme de 200 nouveaux centres chaque année.

Au départ, répondre à un besoin de soins dans les déserts médicaux

Bonnes nouvelles? « Pas vraiment », répond Patrick Solera, président de la Fédération des syndicats dentaires libéraux. Ils ont été créés grâce à la loi Bachelot de 2009. L’objectif de cette loi était de faciliter l’implantation de structures de soins – sous statut d’association sans but lucratif – dans les zones où il n’y a pas assez de chirurgiens-dentistes. Cela signifie qu’il y avait un besoin très clair pour la population de se faire soigner, à des prix plus abordables. Mais le système s’est vite éloigné car en réalité ils se sont déplacés vers des zones à forte densité de dentistes et de populations avec peut-être un peu plus de pouvoir d’achat. »

Les centres low cost investissent les grandes agglomérations

Les progrès ont été fulgurants. « Ce qu’il faut comprendre, c’est que pour survivre, ces centres doivent disposer d’un nombre suffisant de patients, de praticiens à employer et d’une marge financière », poursuit le Dr Alain Vallory, secrétaire général du Syndicat des chirurgiens-dentistes de France. C’est pourquoi ils ne s’installent pas à la campagne et investissent dans les centres urbains des grandes villes, où ces trois conditions sont plus facilement remplies. »

Pour accompagner leur développement, les institutions ont misé sur une communication assez agressive. « Cela passe notamment par la mise en avant d’une marque et d’un logo facilement reconnaissables », précise Emmanuelle Noémie-Sharps, Directrice Nationale de la Santé Dentaire chez VYV3**. Ces dispositifs de communication, auxquels les dentistes libéraux et mutualistes n’ont pas droit, représentent le franchissement d’une frontière juridique qui sert in fine la profession ».

Privilégier le 100 % santé pour des prix plafonnés

Mais l’offre de ces centres est-elle toujours attractive ? « A partir de 2020 et à 100% de la loi santé, il n’y a quasiment plus d’écarts de prix car les prix de la plupart des actes sont limités, et le reste est payé à partir de 0 euros, répond Patrick Solera. Il n’y a qu’en implantologie et certaines prothèses spécifiques (comme les facettes) qu’il y a une différence. »

L’intérêt pour ces centres, habitués à privilégier leurs prix bas, réside désormais dans la pratique de ces actes de facturation, qui n’appartiennent pas au panier 100% santé.

Des praticiens plus jeunes et salariés

Dans ces centres à petit budget, le profil du praticien est un peu particulier. Ce sont certes des diplômés, parfois avec un diplôme obtenu à l’étranger qui leur permet d’exercer en France, mais surtout ils sont rémunérés.

« Ce statut offre un poste clé en main et une certaine sécurité », résume dr. Alain Vallory. Autrefois, il était rare de trouver un emploi juste après ses études. Nous avons commencé par préférer travailler avec des collègues sous forme de socialisation. Cela vous a notamment permis de mûrir votre projet et de déterminer si vous voulez vous lancer ». Par le biais de contrats avec des salariés, les centres attirent ainsi de jeunes praticiens peu diplômés et peu expérimentés.

Un business model basé sur la rentabilité

Mais ce n’est pas la formation des pratiquants qui a provoqué les scandales que l’on connaît. C’est la logique et la recherche du profit au détriment du patient et de la qualité des soins.

« Plusieurs centres dentaires associatifs ont repris les comptes des enseignes à l’origine du scandale, qui sont des associations de façade qui empochent de l’argent par le biais d’entreprises « écran » parfois implantées à l’étranger », explique Patrick Solera. Le syndicat a également soumis un dossier au ministère de la Santé et aux commissions parlementaires pour réglementer cette pratique.

De nombreux risques pour les patients

Dans cette optique, le 25 janvier 2022, 30 députés ont déposé une proposition de loi portée par Thibault Bazin (LR), membre de la commission des affaires sociales de l’Assemblée nationale. « On assiste à l’ubérisation du système de santé », a expliqué plus en détail le parlementaire de Moselle. Il est donc urgent d’adapter notre arsenal législatif et réglementaire à ce nouveau type de centre de santé. »

Parmi les mesures proposées : la désignation d’un dentiste référent dans chaque centre, l’obligation du gestionnaire d’adresser à l’Agence régionale de santé (ARS) copie des contrats de travail et diplômes des chirurgiens dentistes, dentistes rémunérés.

« Il y a beaucoup de risques pour les patients », poursuit le député. Tant sur la qualité des soins (on ne sait pas à qui on a affaire), sur la pertinence des soins (certains ne sont pas nécessaires, mais sont tout de même à la charge du patient et de l’assurance maladie), ainsi que sur les montants demandés . C’est pourquoi nous demandons également le rétablissement de l’agrément qui permet l’exercice de la médecine dentaire après contrôle de conformité. »

À Lire  Séniors : comment choisir la bonne mutuelle santé ?

Contrôles et restrictions d’installation

Le travail conjoint de tous les sujets impliqués dans le développement de ces structures : l’assurance maladie, l’ARS, l’ordre des chirurgiens-dentistes, le Trésor public, le législateur… « Nous sommes à l’orée de nouvelles grandes affaires », prévient le député. . L’Assemblée nationale a cependant voté un cadre renforcé sur les procédures d’ouverture et d’installation de ces cliniques et les sanctions en cas d’infractions.

En 2022, plus de 80 établissements étaient ciblés par l’assurance maladie. Les pouvoirs des directeurs des Agences régionales de santé ont également été renforcés. « A partir de 2018, ils peuvent fermer n’importe quel centre de santé s’ils constatent une atteinte à la qualité et à la sécurité des soins ou un non-respect de la réglementation applicable », insiste Thibault Bazin. Ainsi, de nombreux établissements sont fermés, et les patients restent à l’étage. Organisés en collectifs de défense, ils se battent désormais pour des indemnisations et des réparations.

« Malheureusement, ce n’est pas seulement le secteur dentaire qui est touché par ces changements. Toute la médecine technique (ophtalmologie, cardiologie, etc.) est en jeu, conclut Emmanuelle Noémie-Sharps. Dès qu’il y a une demande de soins non satisfaite, liée à des problèmes de soins, il y a un risque que des opérateurs viennent répondre à ces besoins, de manière plus ou moins légale ».

** VYV3 regroupe les services de soins et d’accompagnement du Groupe VYV.

Journaliste spécialisée dans les sujets liés à la santé (maladies, soins, prévention, etc.)

Comment savoir si un dentiste prend le tiers payant ?

Pour savoir quels prestataires de soins pratiquent le tiers payant, vous devez : soit vous renseigner lors de la prise de rendez-vous ; ou de consulter un professionnel de santé membre du réseau de santé dont votre complémentaire santé est membre.

Comment savoir si vous avez un tiers payant ? Tiers payant, dans quelles situations ?

  • vous bénéficiez d’une assurance maladie complémentaire ;
  • vous bénéficiez de la prise en charge de l’Assistance Médicale de l’Etat (AME) ;
  • votre souci est lié à un accident du travail ou à une maladie professionnelle ;
  • votre préoccupation est liée à un acte terroriste ;

Est-ce que tous les dentistes paient des tiers ? Régime de tiers payant pour dentistes : prestations et conditions particulières. Depuis le 1er janvier 2022, en tant que dentiste, vous pouvez appliquer un régime de tiers payant à toutes vos prestations, quel que soit l’âge de votre patient.

Comment faire si je ne peux pas payer le dentiste ?

Aide financière pour vos dents de la Sécurité Sociale Ensuite, vous devez l’envoyer à la CPAM dont vous dépendez. Le comité étudiera votre demande et vous informera de sa décision. L’aide peut être versée directement à vous ou au dentiste afin d’éviter des frais d’avance.

Comment obtenir un dentiste gratuitement ? Pour recevoir des soins dentaires gratuits, vous devez être bénéficiaire du Programme d’aide sociale ou du Programme de solidarité sociale depuis au moins 12 mois, sans interruption. Sur votre formulaire de réclamation, le mot « OUI » doit apparaître dans le champ « Soins dentaires ».

Quelles aides dentaires ? La Sécurité Sociale prend en charge 70% (tarifs conventionnels) de nombreux soins dentaires. La différence entre le montant facturé par le dentiste ou le dentiste et le montant remboursé par la Sécurité Sociale est généralement prise en charge, au moins en partie, par votre complémentaire santé.

Comment faire pour payer le dentiste ?

Consultant. Les consultations chez un dentiste sont prises en charge par l’assurance maladie et sont remboursées à hauteur de 70% sur la base du tarif conventionnel (Assurance Maladie) : Le tarif sur la base duquel est calculé le remboursement de l’acte médical par « l’Assurance Maladie ».

.

Comment se passe le paiement chez le dentiste ?

Les consultations et les soins sont pris en charge par l’assurance maladie qui rembourse les patients à 70% du tarif conventionnel. Il est de 23 € pour un dentiste et de 28 € pour un dentiste. Les tarifs conventionnels sont ceux appliqués par les experts du secteur 1.

Le dentiste peut-il demander une caution ? Votre dentiste ne vous demande aucun acompte et ne vous propose aucun prêt. Cependant, un dépôt raisonnable peut être exigé. Dans le cas d’implants ou de prothèses dentaires, votre chirurgien-dentiste doit vous fournir des documents indiquant leur traçabilité.

Quand payer le dentiste ? La plupart du temps, lorsque vous allez chez votre dentiste, vous payez immédiatement ; et l’Assurance Maladie et votre complémentaire santé prennent en charge le remboursement de vos frais, grâce à la carte de soins.

Quel est le prix d’une visite chez le dentiste ?

Actes et majorationsLe tarif est appliqué dans les services municipaux
VS : visite chez un chirurgien-dentiste spécialisé23,00 €
À : Traitement ODF2,15 €
Z : procédures utilisant des rayonnements ionisants1,33 €
Supplément dimanche ou jour férié19,06 €

Quelle indemnisation pour les dents en 2022. L’assiette de remboursement des restaurations dentaires dans le secteur incisif canin ou prémololaire avec matériau inséré en phase plastique, sans ancrage radiculaire, est : d’un côté : de 27,60 € à 29,30 € ; sur 2 faces : de 46,50 € à 50 € ; sur 3 faces : de 63,60 € à 65,50 €.

Quel est le coût moyen d’un blanchiment dentaire ? Combien coûte le détartrage dentaire ? Le détartrage des dents fait partie des soins dentaires dont le prix est fixé par les assurances sociales. Au 1er avril 2019, le tarif classique du détartrage est de 28,92 € (Amelia.fr), avec une prise en charge jusqu’à 70%, soit un montant remboursé de 20,24 €.

Comment se faire refaire toutes les dents ?

Il est désormais possible de remplacer toutes les dents grâce aux prothèses complètes sur implants et aux bridges fixes posés sur implants. Vous bénéficierez d’implants qui ressemblent exactement à des dents naturelles, esthétiquement parlant, et ne seront donc pas visibles à l’œil nu.

Comment remplacer toutes les dents du haut ? La solution la plus simple : une prothèse totale amovible sur attachements. Au moins deux implants sont nécessaires pour stabiliser une prothèse amovible simple (dentier) avec des attaches de type clip. Dans ce cas, la charge instantanée n’est pas possible.

Comment faire soigner ses dents gratuitement ? Le cabinet dentaire fait partie de la clinique externe et, à ce titre, les services sont gratuits. Les dentistes qui travaillent dans ces cliniques sont généralement des bénévoles ou des salariés d’associations. Tous les soins peuvent y être effectués.

Quel dentier quand on a plus de dents ?

Prothèses dentaires amovibles (« prothèses dentaires ») Prothèses qui reposent sur les dents restantes et la membrane muqueuse. Il remplace plusieurs dents manquantes, comme une sorte de bridge amovible. Un appareil dentaire complet basé sur la muqueuse, lorsqu’il n’y a plus de dents naturelles, en haut ou en bas de la bouche.

À Lire  Tout savoir pour devenir ambassadeur de Mon Espace Santé en Pays de la Loire

.

Quelle solution pour remplacer des dents manquantes ?

Un implant dentaire est une autre solution couramment utilisée pour remplacer une ou plusieurs dents manquantes. Un implant dentaire se présente sous la forme d’une petite vis en titane insérée dans l’os de la mâchoire. Sa fonction est de remplacer la racine naturelle de la dent.

Quand les implants dentaires ne sont-ils pas possibles ? D’autres pathologies qui empêchent la pose d’implants dentaires sont : Certains traitements : immunosuppresseurs (congénitaux ou acquis), certains cancers, ostéoporose, radiothérapie. Lorsque le patient est atteint d’un cancer évolutif ou d’un cancer ou d’une maladie liée aux os. maladies immunitaires.

Quelle est la différence entre les prothèses dentaires et les prothèses dentaires? Puisque seulement une ou quelques dents sont remplacées par une couronne, et que cette dernière est définitivement cimentée dans la bouche, on parle de prothèse partielle fixe. En revanche, un dentier est une prothèse amovible complète.

Quelle autre solution qu’un implant dentaire ? Implants fixes ou amovibles, selon votre choix En plus de devoir répondre à certains critères de santé bucco-dentaire, les implants dentaires fixes sont très pratiques pour les personnes qui ne veulent pas retirer leur dentier. Cela leur facilite la vie et leur permet de se comporter comme s’ils avaient des dents naturelles.

Comment remplacer une dent manquante sans implant ?

Un bridge dentaire, plus communément appelé « bridge dentaire », est une prothèse en métal, en céramique ou en porcelaine, qui va remplacer une dent manquante en la reliant aux dents environnantes. En plus d’une simple prothèse, le bridge apportera un confort esthétique au patient.

Combien coûte le remplacement d’une dent ? En moyenne, le prix d’un implant dentaire varie en France entre 700 € et 1 300 €. A cela, il faut ajouter le prix du pilier (entre 100 € et 200 €) et de la couronne (entre 600 € et 1 000 €). En général, il faudra compter entre 1 500 € et 2 500 € pour une intervention complète, pour une dent.

Comment remplacer une dent de devant sans racine ?

#1 – Implant dentaire pour simuler la racine Lorsque la racine n’est plus présente, une fausse racine est nécessaire, qui servira alors de support à la fausse dent. C’est une « fausse racine » appelée implant. Le plus souvent, les implants sont réalisés à l’aide d’une tige en titane vissée directement dans l’os.

.

Quelle solution à la place d’un implant dentaire ?

Une alternative à un implant dentaire : une solution pour chaque patient. Lorsque la pose d’un implant dentaire n’est pas possible ou souhaitable, le patient dispose d’autres solutions : Bridge interdentaire, ou « bridge », une prothèse fixe à un prix attractif qui ne nécessite aucune intervention chirurgicale.

Quels sont les inconvénients des implants ? Quels sont les effets secondaires? Le principal risque associé à l’implant, rare mais grave, est la migration dans l’artère pulmonaire. Dans de très rares cas, l’implant peut se déplacer dans le bras ou même dans les vaisseaux sanguins.

Comment se faire rembourser un implant dentaire ? Comment est remboursé un implant dentaire ? Les implants dentaires ne sont pas couverts par la sécurité sociale. Seule la couronne qui est posée sur l’implant couvre jusqu’à 120 ⬠par dent. Vous devrez vous adresser à votre mutuelle pour obtenir le remboursement de vos implants.

Quel est le prix pour se faire arracher une dent ?

Soins dentairesTarif conventionnelMontant remboursé (1)
Dévitalisation des prémolaires48,20 €33,74 €
Dévitalisation des molaires81,94 €57,35 €
Extraction d’une dent de lait16,72 €11,70 €
Extraction dentaire33,44 €23,40 €

Un dentiste peut-il extraire une dent ? Un dentiste décide d’extraire une dent alors qu’aucune autre solution n’est possible pour la préserver et la maintenir saine et sans risques pour la santé. Les principaux scénarios sont les suivants : Après un traumatisme, la dent, la racine est cassée.

Quel est le remboursement d’une extraction dentaire ? et les soins chirurgicaux (extraction, etc.). Ils sont pris en charge par l’assurance maladie s’ils figurent sur la liste des actes et prestations indemnisables, et sont remboursés à 70 % sur la base des tarifs conventionnels.

Comment arracher une dent morte ?

La dévitalisation des dents se fait sous anesthésie locale et n’est donc pas douloureuse. L’intervention consiste à extraire la pulpe dentaire, puis à créer une barrière imperméable aux bactéries. Pour cela, le dentiste commence par traiter la carie puis crée un accès à la pulpe par les canaux.

Comment enlever la racine d’une dent cassée ? Si la racine est fissurée ou cassée : le praticien n’aura d’autre choix que d’extraire la dent. Le traitement consiste alors à poser un implant ou un bridge pour remplacer la dent perdue.

Une dent morte fait-elle mal ? La pulpe est le nerf à l’intérieur de la dent qui assure la vitalité de cette dernière. Si ces problèmes ne sont pas traités rapidement et adéquatement, la douleur causée par ceux-ci ne se fera plus sentir à long terme. Cela peut donner l’illusion d’une guérison, alors que ce n’est vraiment pas le cas.

Comment arracher une dent tout seul ?

Tourner la tête et tendre le cou pour que la dent soit bien visible et accessible : en général, tourner légèrement la tête pour enlever les dents du côté où se tient l’opérateur et légèrement vers l’opérateur pour les dents du côté opposé. Tenez votre tête en avant par vos dents de devant.

Comment casser une dent sans l’extraire ? Si elle est sur le point de tomber, la technique la plus connue pour l’éruption d’une dent de lait consiste à faire mordre une pomme à l’enfant pour que la dent tombe d’elle-même et ne l’avale pas.

Est-ce que le nerf d’une dent peut mourir tout seul ?

Pulpite 3 options apparaîtront : soit le nerf finira par guérir de lui-même, soit il finira par mourir et la douleur s’arrêtera dans les deux cas. Le cas intermédiaire est que le nerf peut continuer à être malade et causer de la douleur indéfiniment.

Comment meurt le nerf dentaire ? Traumatisme physique (choc brutal) ou microtraumatismes répétés qui vont irrémédiablement modifier la pulpe dentaire et entraîner sa dégénérescence : bruxisme, tics affectant les dents… Le choc peut ainsi couper l’alimentation vasculaire de la dent, provoquant sa mort.

Comment se passe le paiement chez le dentiste ?

Les consultations et les soins sont pris en charge par l’assurance maladie qui rembourse les patients à 70% du tarif conventionnel. Il est de 23 € pour un dentiste et de 28 € pour un dentiste. Les tarifs conventionnels sont ceux appliqués par les experts du secteur 1.

Quand payer le dentiste ? La plupart du temps, lorsque vous allez chez votre dentiste, vous payez immédiatement ; et l’Assurance Maladie et votre complémentaire santé prennent en charge le remboursement de vos frais, grâce à la carte de soins.

Et si je ne peux pas payer le dentiste ? Aide financière pour vos dents de la Sécurité Sociale Ensuite, vous devez l’envoyer à la CPAM dont vous dépendez. Le comité étudiera votre demande et vous informera de sa décision. L’aide peut être versée directement à vous ou au dentiste afin d’éviter des frais d’avance.

Est-ce qu’un dentiste peut demander un acompte ?

Votre dentiste ne vous demande aucun acompte et ne vous propose aucun prêt. Cependant, un dépôt raisonnable peut être exigé. Dans le cas d’implants ou de prothèses dentaires, votre chirurgien-dentiste doit vous fournir des documents indiquant leur traçabilité.

Comment annuler un signe d’offre dentaire? Une offre dentaire signée peut-elle être annulée ? Aux termes de l’article 1134 du Code civil, « Les conventions (évaluations) légalement conclues tiennent lieu de loi à ceux qui les ont conclues ». Ils ne peuvent être révoqués qu’avec leur consentement mutuel ou pour des motifs autorisés par la loi. Ils doivent être exécutés de bonne foi. »

Comment savoir si mon dentiste est honnête ? Consultez l’annuaire de l’Ordre national des chirurgiens-dentistes pour trouver un professionnel près de chez vous. Vous pouvez également utiliser cet annuaire pour vérifier si le dentiste avec qui vous souhaitez prendre rendez-vous est habilité à exercer la profession de chirurgien-dentiste en France.

Comment se passe le paiement chez le dentiste ?

Les consultations chez un dentiste sont prises en charge par l’assurance maladie et sont remboursées à hauteur de 70% sur la base du tarif conventionnel (Assurance Maladie) : Le tarif sur la base duquel est calculé le remboursement de l’acte médical par l’Assurance Maladie.