Chèques transports sanitaires : pour qui et pour quoi ?

Si l’on parle encore aujourd’hui de manière assez familière des bons de transport de l’Assurance Maladie, leur gestion consiste plutôt en un remboursement des frais engagés dans certains cas pour assurer le transport du patient chez son médecin, à l’hôpital ou dans une clinique agréée.

Qui et quels moyens de transport sont concernés par le bon de transport?

Qui et quels moyens de transport sont concernés par le bon de transport?

Ce fameux « bon de voyage » ne concerne cependant pas tout le monde et pas tous les actes médicaux, et bénéficie d’un cadre légal strict. La substitution ne peut être effectuée qu’au moment de la présentation d’une prescription médicale par le médecin traitant qui doit clairement indiquer le mode de transport le plus adapté à l’état de santé du patient, le motif du transport et la possibilité ou tout autre moyen de transport partagé. Les moyens de transport éligibles au remboursement par l’Assurance Maladie sont les ambulances, les véhicules sanitaires légers et les taxis agréés par la Caisse d’Assurance Maladie, les transports en commun et les moyens de transport individuels. Peuvent également faire l’objet de bons de transport, les accompagnateurs adultes d’enfants de moins de seize ans et les personnes ayant besoin de l’assistance d’un tiers au quotidien. Cependant, cela n’est couvert que pour les frais de transport en commun.

Les dispenses de prescription médicale donnant lieu à des titres de transport doivent l’être pour des motifs régis par votre Caisse Primaire d’Assurance Maladie (CPAM). Les hospitalisations et sorties, qu’elles soient complètes, partielles ou ambulatoires, y compris, telles que le dépistage et le traitement des maladies de longue durée (ALD) et des accidents du travail. Les interventions justifiant le transport du patient allongé ou sous surveillance constante en font également partie, comme le congé pour les patients de moins de vingt ans, l’hospitalisation de quatorze jours ou plus. Enfin, les titres de transport permettent également des inspections dans des lieux situés à plus de cent cinquante kilomètres du domicile, ou des entretiens nécessitant plus de quatre déplacements d’au moins cinquante kilomètres pendant une durée maximale de deux mois. Toutefois, ce dernier scénario est soumis à l’approbation préalable de votre CPAM.

À Lire  Assurance habitation : comment choisir la bonne formule ? | SeLoger immobilier

Comment et à quel taux obtenir un remboursement du bon de transport?

Comment et à quel taux obtenir un remboursement du bon de transport?

Votre médecin, lors de la délivrance d’une ordonnance médicale, doit vous fournir les informations nécessaires à la procédure de remboursement. Pour les ordonnances délivrées, valables un an, vous devez joindre les justificatifs de paiement nécessaires (titres de transport, notes de frais, factures d’avion, etc.), ainsi qu’un formulaire spécial de sortie des jeunes patients de moins de vingt ans. Le taux de remboursement est généralement de 65% du montant total, dans les limites du barème fixé par Jamsostek, selon le mode de transport. Toutefois, une prise en charge totale des frais de transport peut s’appliquer dans certains cas : ALD, femmes enceintes, transport de nouveau-nés de moins de trente jours, accidents du travail ou maladies professionnelles, bénéficiaires de l’assurance maladie complémentaire (CSS) ou des pays d’assistance médicale (AME)… les taxis conventionnés, les ambulances et les véhicules sanitaires légers bénéficient également d’une réduction de deux euros par transport, dans la limite de quatre euros par jour et de cinquante euros par an et par personne.

(Par la rédaction de l’agence hREF)