CNSS/Retraite : l’horizon de la réservation est 2038

L’horizon d’épuisement des réserves du régime de retraite de la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) a diminué de huit ans jusqu’en 2038, selon le 9e rapport annuel sur la stabilité financière, publié par Bank Al-Maghrib (BAM), l’Assurance et l’Autorité de Contrôle de la Prévoyance Sociale (ACAPS) et l’Autorité Marocaine du Marché des Capitaux (AMMC).

L’horizon d’épuisement des réserves du régime de retraite de la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) a diminué de huit années pour s’établir à 2038, selon le 9ème rapport annuel sur la stabilité financière, publié par Bank Al-Maghrib (BAM), l’Autorité de Contrôle des Assurances et de la Prévoyance Sociale (ACAPS) et l’Autorité Marocaine du Marché des Capitaux (AMMC).

« Malgré la reprise, plus rapide que celle utilisée dans la précédente évaluation actuarielle de la branche, les indicateurs de pérennité du régime montrent une dégradation par rapport à leur niveau d’avant crise, notamment le recul de l’horizon d’épuisement des réserves à huit ans. (2038 au lieu de 2046) », indique le rapport.

Quant au taux de traitement des engagements du plan sur les soixante prochaines années, il est passé de 76,7% à 64,9%, ajoute la même source.

Dans le même temps, ledit rapport montre que la reprise de l’économie nationale en 2021 a eu un effet positif sur les soldes de la branche retraites de la CNSS. En effet, la masse salariale soumise à cotisation s’est élevée à 112,4 milliards de dirhams, en hausse de 16,4% par rapport à 2020 et de 10,2% par rapport à son niveau d’avant la crise sanitaire.

À Lire  Apple Airpods 2 : La dernière fois que nous avons vu ces prix, c'était en solde !

Au niveau de la Caisse Interprofessionnelle Marocaine de Retraite (CIMR) et malgré la hausse de 5,3% de ses cotisations, le solde technique est resté pratiquement à son niveau de 2020 (2,9 milliards de dirhams) sous l’effet d’une hausse maximale des prestations (8,5%).

La performance de la gestion financière a permis de dégager un solde général de 5,7 milliards de dirhams, en amélioration de 17,9% par rapport à 2020. Ce dernier resterait, selon les évaluations actuarielles du régime, restant sur l’horizon des projections, et permet des réserves rester sur leur tendance haussière.