Comment déguster le vin rosé en hiver ?

On associe habituellement le vin rosé à l’été, aux barbecues, aux salades, au soleil et aux déjeuners en terrasse… un feu crépitant.

Plaisir d’été devient plaisir d’automne… et même d’hiver

On a longtemps pensé que le vin rosé devait être bu rapidement, surtout en été. Mais ces habitudes, comme tant d’autres, changent. Les producteurs proposent désormais des vins rosés qui se conservent plusieurs années sans problème et peuvent être consommés même lorsque les températures descendent en dessous de zéro.

Le rosé d’hiver n’est pas le même que le rosé d’été

Le rosé de garde est élaboré de façon particulière et vendu un an après la récolte. La plupart des cuvées restent confidentielles, mais certaines sont beaucoup plus faciles à trouver.

Aux Vignerons de Saint-Tropez, par exemple, on trouve le Grain de Glace, spécial hiver. Ici, les vendanges se font entièrement de nuit pour s’adapter à ce vin spécifique et conserver plus de fraîcheur. Ce rosé est un vin primeur dont l’élaboration se fait sous contrôle strict.

Qu’est-ce qui rend le rosé d’hiver si spécial ?

Le rosé d’hiver est plus intense que le rosé d’été. Les grains les plus aromatiques sont privilégiés et macérés dans des conditions spécifiques, pour des durées plus courtes.

Toujours frais et fruité, ce rosé « hors saison » est aussi de plus en plus apprécié. Un sondage d’OpinionWay a révélé que 67% des Français étaient très heureux de boire du rosé en automne et en hiver. C’est ce que font déjà 74 % des consommateurs.

À Lire  Voici 6 astuces pour avoir les mêmes abdos que Jake Gyllenhaal, Daniel Craig et Chris Evans (sans se mettre en danger)

Il va falloir s’y habituer : maintenant on boit aussi du rosé quand il fait frais, à l’apéritif ou au repas. Il s’adapte parfaitement aux cuisines exotiques, plats en sauce, cuisine du sud… Une bonne façon d’apporter un peu de soleil à vos repas de fête, non ?

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé – A boire avec modération