Comment payer moins d’impôts en 2023, Comment payer moins d’impôts en 2023

Plusieurs mesures permettent aux contribuables de bénéficier d’une réduction d’impôt ou de crédit en contrepartie de dépenses engagées ou d’investissements réalisés dans certains secteurs. Voici un tour d’horizon des principaux dispositifs que vous pouvez utiliser pour baisser votre fiscalité en 2023.

Investir dans l’immobilier

Investir dans l’immobilier

Divers dispositifs sont disponibles dans le secteur de l’immobilier locatif. Mais avant de vous lancer, rappelez-vous que vous achetez la propriété, pas la réduction d’impôt. Ainsi, pour que votre investissement soit rentable, vous devrez sélectionner avec soin votre bien, en tenant compte notamment de la situation géographique, du marché locatif, de la qualité de construction et de l’espoir de plus-value. Sans compter qu’investir dans un locatif prend du temps : faire les travaux, trouver des locataires, faire les déclarations d’impôts…

Le dispositif Pinel

Si vous construisez ou achetez un appartement neuf ou ancien à rénover pour le louer, vous pouvez, sous certaines conditions (loyer haut, ressources du locataire…), bénéficier du programme Pinel. Cela vous permet de réduire votre impôt sur le revenu. Le taux de cette réduction, calculé sur la base du coût de l’appartement (maintenu dans la double limite de 5 500 € par m² habitable et 300 000 € pour 2 appartements par an), varie en fonction de la durée de l’obligation locative que vous ont choisi (12% en 6 ans, 18% en 9 ans ou 21% en 12 ans).

Attention :

Le dispositif Denormandie

Le dispositif Denormandie

dans le cas d’appartements neufs pour lesquels une demande de permis de construire a été introduite à partir du 1er janvier 2021, la détaxe n’est accessible qu’aux locaux faisant partie d’un immeuble d’habitation collectif (un appartement qui doit être regroupé en un seul et le même bâtiment). La dernière condition ne s’applique pas aux investissements Pinel réalisés dans des immeubles anciens destinés à la rénovation.

Le dispositif Censi-Bouvard

Le dispositif Censi-Bouvard

Depuis le 1er janvier 2019, le dispositif Pinel a été étendu aux immeubles d’habitation anciens situés dans des communes (245 communes sont éligibles) où le besoin de réhabilitation de logements en centre-ville est particulièrement marqué. Il prend alors le nom de « Dispositif Denormandie ». En pratique, l’investisseur doit acheter un bien rénové ou réaménagé entre le 1er janvier 2019 et le 31 décembre 2023. Sachant que ces rénovations doivent répondre à des exigences en termes d’efficacité et de consommation énergétiques, elles sont facturées par l’entreprise et représentent au minimum 25% des charges d’exploitation totales du bien. La réduction d’impôt associée est calculée de manière similaire au programme Pinel.

À Lire  Rihanna a enfin vendu son manoir d'Hollywood Hills, non sans mal

En tant que loueur de mobilier non professionnel, vous pouvez bénéficier d’une réduction d’impôt sur le revenu dans le cadre du programme Censi-Bouvard. Réduction d’impôt étalée sur 9 ans dont le taux est fixé à 11% du coût de l’appartement, qui est maintenu dans la limite annuelle de 300 000 euros (quel que soit le nombre d’appartements achetés).

Investir dans les entreprises

Investir dans les entreprises

Acquérir des parts de FCPI ou de FIP

Pour bénéficier du crédit d’impôt, vous devez acheter un appartement neuf ou réhabilité situé dans un établissement accueillant des personnes âgées, dépendantes ou handicapées, ou dans un dortoir avec services aux étudiants.

Il est également possible d’investir dans des parts de Fonds Mutuels d’Innovation (FCPI) ou de Fonds Locaux d’Investissement (FIP). Ces fonds sont destinés à acquérir des parts dans le capital de PME européennes, une partie des actifs des FIP étant investis dans des titres d’entreprises innovantes non cotées, et une partie des actifs des FIP étant investis dans des PME régionales. L’objectif de l’investisseur est de réaliser enfin une plus-value lors de la vente de ses actions (pas de distribution de revenus en phase d’investissement). Sachant que lorsque les parts sont détenues depuis au moins 5 ans, les revenus et plus-values ​​réalisées à la cession ou au rachat sont exonérés d’impôt sur le revenu.

De plus, il y a la possibilité de profiter d’autres avantages fiscaux importants. En effet, le FCPI comme le FIP donnent lieu à une réduction d’impôt sur le revenu (IR) de 25 % du montant des versements, plafonnée à 12 000 € pour les célibataires et 24 000 € pour les couples mariés.

Souscrire au capital de certaines PME

Globalement, il convient de souligner que les parts de FCPI et FIP ​​doivent être traitées comme un placement à long terme (5 à 8 ans) pour pouvoir espérer une plus-value significative. Le temps qu’il faut à l’entreprise pour se développer et montrer les premiers résultats.

Un allégement fiscal pourra être accordé aux contribuables qui, d’ici le 31 décembre 2022, effectueront des versements pour la souscription au capital de certaines sociétés non cotées soumises à l’impôt sur les sociétés, à condition que les titres reçus en contrepartie de l’apport en nature soient conservés pendant une période de cinq ans. . A cet égard, il est possible d’effectuer ces versements directement dans le capital de la société ou indirectement par l’intermédiaire d’une société holding.

À Lire  Iligi vous permet d'investir dans l'immobilier locatif à plusieurs et sans crédit

Épargner pour sa retraite

La souscription ouvre donc droit à un crédit d’impôt égal à 25% des versements effectués au cours de l’année d’imposition, prélevé sur le plafond annuel de 50 000 euros pour les contribuables imposés séparément ou de 100 000 euros pour les contribuables mariés ou pacsés soumis à une imposition commune.

Pour optimiser votre fiscalité tout en préparant un revenu complémentaire pour la retraite, il peut être judicieux de souscrire un Plan d’Epargne Retraite (PER). Outre le fait que le capital est valorisé, le PER vous permet de bénéficier d’une fiscalité assez légère. En effet, dans le cas d’une enveloppe individuelle, en cas de cotisations volontaires, les sommes peuvent être déduites du revenu global de l’assuré ou de ses revenus professionnels s’il est un travailleur indépendant (TNS).

Il s’agit toutefois d’une option car l’assuré peut choisir de ne pas bénéficier de ce crédit d’impôt à l’entrée pour profiter de la baisse d’impôt à la sortie. En pratique, la déduction d’une entrée se limite, selon le cas, à :

– 10 % du revenu imposable limité à 8 cartes (plafond annuel de la Sécurité sociale) plus 15 % du bénéfice entre 1 et 8 cartes, soit au maximum 76 102 EUR pour 2022 ;

– soit 10% de la Carte Membre soit 4 113 €.

Pour les cotisations des particuliers (salariés, etc.), les cotisations volontaires sont déductibles dans la limite du plus élevé des deux montants suivants :

– 10 % des revenus professionnels dans la limite de 8 Adhésions, soit 32 909 € en 2022 ;

– soit 10% de la Carte Membre soit 4 113 €.

Les autres dispositifs

Remarquer :

à fin juin 2022, il y avait 3,4 millions de PER.

En plus de ce panorama des avantages fiscaux les plus courants, il existe de nombreuses autres solutions de défiscalisation. Selon les dernières données des pouvoirs publics, la France compterait pas moins de 474 niches fiscales. Par exemple, les dons aux associations donnent lieu à une réduction d’impôt de 66% de leur montant, jusqu’à 20% du revenu imposable, ou 75% jusqu’à 1000€, puis 66% pour les dons supérieurs à 1000€ (à des œuvres caritatives). surtout). De même, l’embauche d’un salarié à domicile ouvre droit à un crédit d’impôt ou à une réduction de 50 % des dépenses engagées à ce titre, dans la limite de 12 000 € par an plus 1 500 € dans certains cas (enfant à charge, préalable de plus de 65 ans).

Laisser un commentaire