« Concilier études et sport à haut niveau peut être source de bien…

Pour les étudiants sportifs de haut niveau, gérer à la fois des projets sportifs et académiques peut parfois virer au casse-tête, expliquent les chercheuses Solène Lefebvre et Sandrine Isoard dans un entretien au « Monde ».

A l’approche des JO 2024, le ministère de l’Enseignement supérieur s’est engagé à améliorer les admissions et l’accompagnement des étudiants sportifs de haut niveau. Solène Lefebvre, doctorante à l’Université Grenoble Alpes, qui prépare actuellement une thèse sur sa santé mentale, et Sandrine Isoard, maître de conférences en psychologie sociale de la santé et de l’activité physique, expliquent le « conflit » que vivent ces étudiantes dans l’arbitrage entre les exigences de leurs deux carrières.

Pourquoi certains sportifs de haut niveau concilient-ils compétition et études ?

S. L. : Pour beaucoup, c’est une façon de préparer l’avenir et d’anticiper leur reconversion car les carrières sportives s’arrêtent relativement tôt dans la vie. Pour d’autres, qui ne sont pas ou peu financés en tant qu’athlètes professionnels, il s’agit d’une réponse au besoin immédiat de s’entraîner pour assurer leur avenir professionnel parallèlement à leur sport. Enfin, de nombreux sportifs ne souhaitent pas « quitter » leurs études afin de conserver un bon équilibre de vie, d’avoir une chambre de décompression par rapport au sport qui est source de pression et de stress.

Notre travail est axé sur la santé mentale de ces étudiants qui doivent simultanément mettre en œuvre un projet sportif et académique. Un double rôle, source d’enrichissement, soit dans le sens des études vers le sport et inversement, mais aussi de conflits.

Dans quelle mesure l’activité sportive et les études peuvent-elles entrer en conflit ?

S. L. : La plupart des sportifs interrogés évoquent le défi organisationnel, principalement en termes de temps. Cours, formations, révisions, concours, etc. : ils se sentent obligés de « jouer à Tetris » dans leur agenda, pour reprendre leurs mots. Régulièrement, l’une des activités interfère avec l’autre, créant des conflits que l’on compare à ceux qui existent entre activité professionnelle et vie familiale : dois-je me reposer avant ce concours ou dois-je réviser ? Puis-je sauter cet exercice pour aller en classe ? etc.

À Lire  Voici les groupes musculaires à travailler ensemble pour un…

Leur temps est une ressource limitée, tout comme leur énergie et leur résistance au stress, cette dernière pouvant être transférée d’une activité à une autre, affectant les performances. Le conflit peut aussi être lié à des attentes différentes dans chacune des activités. Un sportif doit, par exemple, appliquer méthodiquement ce qui lui est recommandé, alors qu’à l’inverse, il doit faire preuve d’une grande autonomie dans l’apprentissage… La conciliation des études et du sport de haut niveau peut être source de bien-être ou de souffrance psychologique.

Il vous reste 47,06% de cet article à lire. Ce qui suit est réservé aux abonnés.

Vous pouvez lire Le Monde sur un appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

Parce qu’une autre personne (ou vous) lit Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil (ordinateur, téléphone ou tablette).

Comment arrêter de voir ce message ?

Cliquez sur  »  » et assurez-vous d’être la seule personne à regarder Le Monde avec ce compte.

Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera lié à ce compte.

non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

Vous ne savez pas qui est l’autre personne ?

Nous vous conseillons de changer votre mot de passe.

Votre abonnement ne vous permet pas de lire cet article

Pour plus d’informations, veuillez contacter notre service commercial.

À Lire  Les 5 meilleurs exercices pour un ventre plat et des abdos...