Connaissez-vous vraiment l’histoire des Cypherpunks ?

Si Satoshi Nakamoto a toujours été considéré comme le père du Bitcoin (et donc de la crypto), il faut savoir qu’il s’est inspiré des premières tentatives de Cypherpunk. Ces derniers seraient les véritables précurseurs des cryptomonnaies et des protocoles cryptographiques. Mais qui sont-ils ? Quelle est leur histoire ? Quels sont leurs objectifs ? Voici quelques réponses.

Les Cypherpunks, des activistes numériques

Les Cypherpunks, des activistes numériques

Les Cypherpunks sont encore peu connus du grand public. Et pourtant, ce groupe, devenu aujourd’hui un vaste mouvement, est à l’origine de nombreux concepts, dont la cryptographie. Il s’agit essentiellement d’un groupe d’une vingtaine de professionnels de l’informatique, axé sur la défense de la confidentialité en ligne et la protection de la vie privée. Et c’était à l’époque où Internet en était encore à ses balbutiements. Cette petite communauté visionnaire est née en Californie dans les années 90.

Le groupe a été fondé à l’instigation de trois génies de l’informatique. Il y a Eric Hughes, un éminent mathématicien et programmeur informatique américain. Et puis Timothy May (alias Tim May), un technicien informatique de génie, écrivain idéologique et ingénieur en électronique. Le troisième fondateur est John Gilmore. Il est connu, entre autres depuis la création de l’Electronic Frontier Foundation, Cyberspace Declaration of Independence.

David Chaum est un autre membre important des cypherpunks. Il a développé de nombreux protocoles cryptographiques. Il a également écrit un article sur les concepts de monnaie numérique anonyme. Son article intitulé « Security Without Identification: Transaction Systems to Make Big Brother Obsolete » a été publié en 1985. Il aborde également les protocoles d’anonymisation qui sous-tendent la technologie blockchain.

À Lire  Crypto : Le contrôle sectoriel rend-il Internet plus fiable ?

Le manifeste d’un Cypherpunks et la liste de diffusion

Le manifeste d’un Cypherpunks et la liste de diffusion

Même alors, le groupe était convaincu qu’Internet deviendrait un élément central de la société. Et lorsque les gouvernements comprendront cette liberté, ils coopteront cet espace, le surveilleront et appliqueront des politiques de censure. Face à cela, les Cypherpunks travaillent activement à accroître la sécurité du réseau en termes de confidentialité et de respect de la vie privée. Pour eux, un seul outil pouvait apporter la liberté sur Internet : la cryptographie. Grâce au cryptage, les gouvernements ne pouvaient pas exercer de pouvoir sur les individus.

Cette vision a été consignée dans un manifeste écrit par Eric Hughes et publié en 1993. « Les Cypherpunks écrivent du code. Nous savons que quelqu’un doit écrire un logiciel de protection de la vie privée, et nous l’écrirons, dit-il. Il ajoute : « La cryptographie se répandra inévitablement dans le monde entier, et avec elle les systèmes de commerce anonyme qu’elle permettra. »

Le groupe partage également ses réflexions via sa liste de diffusion. Cet espace, créé en 1992, a également permis d’élargir la gamme des Cypherpunks. La liste est toujours active. La plate-forme permet désormais le développement de projets cryptographiques dans le monde entier. Systèmes de cryptage PGP, RSA ou Diffie-Hellman, premières tentatives de crypto-monnaies, protocoles SSL et HTTPS… Tout cela a été posté sur cette liste.

Un groupe précurseur des cryptomonnaies 

Un groupe précurseur des cryptomonnaies 

Les membres de Cypherpunk avaient déjà conceptualisé les crypto-monnaies bien avant le phénomène Bitcoin (BTC). En 1990, David Chaum fait sa première tentative sérieuse de création de monnaie numérique privée : DigiCash. Il s’agit de la première application d’une technologie de paiement électronique entièrement logicielle. La monnaie permettait d’effectuer des transactions de petites sommes entre des personnes qui n’avaient pas de compte bancaire ni de carte de crédit. Révolution!

À Lire  Bitcoin, Ether, crash crypto : 5 astuces pour traverser sereinement la crise

En 1997, Adam Back a décrit sur une liste de diffusion un processus de preuve de travail qui sous-tend la blockchain Bitcoin. Un an plus tard, Wei Dai a également publié sa méthode d’échange d’argent et d’exécution de contrats distribués aux réseaux d’utilisateurs. Grâce à ce processus, l’ingérence de tiers dans les transactions devient inutile. Comme la blockchain Bitcoin, son idée impliquait un moyen pour les participants de créer de l’argent en utilisant un effort de calcul.

Ces monnaies virtuelles n’étaient pas rentables. Néanmoins, chacun de ces protocoles a posé la première pierre des crypto-monnaies telles qu’elles sont aujourd’hui. À ce stade, Wei Dai déclare : « Le protocole peut probablement être rendu plus efficace et plus sûr, mais j’espère que c’est un pas vers la transformation de la crypto-anarchie en une possibilité pratique et théorique ». Près d’une décennie plus tard, Satoshi Nakamoto lance Bitcoin.

En tant que véritables visionnaires, les Cypherpunks ont anticipé certains des plus gros problèmes auxquels sont confrontés les internautes modernes. Ceux-ci incluent la confidentialité et l’anonymat sur une infrastructure largement non sécurisée et publique. Ils ont également jeté les bases de la création d’une crypto-monnaie. Tout cela grâce à la cryptographie.

Recevez un résumé de l’actualité du monde des crypto-monnaies en vous inscrivant à notre nouveau service de newsletter quotidienne et hebdomadaire pour ne rien manquer des temps forts de Cointribune !

Je tombe accidentellement dans la cryptosphère et j’en suis témoin

Laisser un commentaire