Conseil jardinage de Marie Marcat : faites entrer un arbuste dans votre jardin

Plante des maquis calcaires, le ciste appartient à la famille des Cistaceae et au genre Cistus qui comprend une vingtaine d’espèces et de nombreuses variétés hybrides. La floraison de cette plante est un délice. Le feuillage disparaît de début avril à juin-juillet, pour la partie sud du pays, et à partir du mois de mai dans nos régions, sous une abondance de fleurs frisées, en corolles rondes bien ouvertes, solitaires ou groupées en bouquets de deux ou six. au bout des branches.

Ces fleurs d’églantier émergent de boutons floraux plissés et s’épanouissent dans des coupes de deux à dix centimètres de diamètre, principalement blanches ou roses. Ces derniers sont constitués de cinq pétales enroulés, comme du papier de soie, ornés parfois de belles macules contrastées s’étalant autour d’un cœur d’étamines jaune d’or.

Facile d’entretien et peu sujet aux maladies

Facile d’entretien et peu sujet aux maladies

Chaque fleur ne vit qu’un jour, répandant une pluie de pétales sur le sol. Alors que les fleurs sont de courte durée, d’innombrables nouveaux boutons floraux s’ouvrent chaque matin tout au long de la période de floraison.

La plante forme de belles touffes buissonnantes, intéressantes pour ses feuilles persistantes et rugueuses au toucher, tantôt aux bords ondulés et tantôt étroites, ovales, rondes elliptiques ou allongées selon les variétés. Le feuillage du cistus populifolius, également appelé ciste à feuilles de peuplier, est constitué de grandes feuilles ovales en forme de cœur, rappelant les feuilles de certains peupliers. De couleur vert-gris et aérées, celles du ciste salviifolius ressemblent à celles de la sauge officinalis.

À Lire  Potager : Avec ces conseils, un jardinier débutant peut « espérer 5 kg de légumes par mètre carré »

« Cela représente beaucoup de travail » : A Bourges, Claudine Dollet remporte le concours des maisons fleuries pour la troisième fois consécutive

Les fleurs mellifères du ciste attirent surtout les abeilles, les papillons et autres insectes pollinisateurs. Généralement inodores, à l’exception de quelques espèces comme le ciste de Montpellier, ils compensent largement cette carence par une floridité remarquable. Des fruits sous forme de capsules globuleuses pubescentes brunes, conservant longtemps les graines, apparaissent après la floraison.

Recevez notre newsletter loisirs par e-mail et trouvez des idées d’excursions et d’activités dans votre région.

Il peut supporter une longue période d’aridité

Il peut supporter une longue période d’aridité

Cet arbuste, d’une frugalité exemplaire, est facile d’entretien et peu sujet aux maladies. Bien implanté dans un sol parfaitement drainé et à l’abri du vent, il donne une bonne rusticité. Il prospère au soleil dans un sol sec et pauvre et à l’abri des vents violents. Il supporte même une longue période de sécheresse.

Au jardin, on peut l’utiliser en massifs, en haies libres, en bordures, en pierres sèches, ou encore sur une terrasse ou un balcon ensoleillé. Il ne tolère pas les zones trop humides. Compte tenu du changement climatique et de certaines espèces adaptées à moins 16 degrés, n’hésitez plus… Il vous suffira d’accueillir votre sujet dans un grand trou de plantation, rempli de cailloux ou de billes d’argile, pour que les racines ne soient jamais dedans contact direct avec l’eau. En revanche, le feuillage grossier supporte bien les embruns.

Les conseils jardin de Marie Marcat : nouveau traitement de pelouse

Parmi les plus rustiques on trouve le ciste salviifolius (à feuilles de sauge), le ciste des Corbières, le ciste x pulverulentus, qui supporte jusqu’à -12°C, voire -15°C, en sol bien drainé.

À Lire  Comment un hérisson se rafraîchit-il en été ?

Propriétés antirides, hémostatiques et cicatrisantes

Propriétés antirides, hémostatiques et cicatrisantes

Il n’y a pas de gros travaux à prévoir avec ces buissons. Leur taille n’est pas nécessaire ; de plus, il ne supporte pas l’élagage drastique. Ne pas intervenir, après la floraison, sauf pour enlever les éventuelles branches mortes ou pour effectuer un refroidissement très léger afin de maintenir un port équilibré et touffu. Comme pour la lavande, il est préférable de ne pas tailler le vieux bois. Depuis l’Antiquité, une substance aromatique résineuse, le labdanum, est extraite des feuilles et des rameaux du ciste ladanifère, très utilisé en parfumerie et en aromathérapie pour ses propriétés hémostatiques, cicatrisantes et anti-rides.

Ces insectes particulièrement piqueurs

Le ciste fait partie des plantes pyrophiles dont la germination est favorisée par le passage du feu, au même titre que l’eucalyptus ou le pin d’Alep. La technique de reproduction la plus rapide du ciste reste le bouturage : en fin d’été, prélever des boutures à talons de dix centimètres sur des tiges sans fleurs ; les coller dans un mélange de sable et de terreau maintenu légèrement humide ; placer sous cadre chaud. Dès qu’elles envoient des racines, repiquez les boutures dans un terreau sableux et installez-les dans le sol au printemps suivant.

Ces plantes persistantes et aromatiques sont inégalées pour leur résistance à la chaleur et à la sécheresse. N’hésitez pas à les ajouter aux massifs d’arbustes à floraison printanière !