Crypto : Bientôt taxer les transactions crypto au Kenya ?

Il y a plus de 4 millions de détenteurs de crypto-monnaie au Kenya et ils ont perdu beaucoup d’argent sur le marché baissier. Pour les autorités du pays, il s’agit plus que jamais de réglementer le secteur de la cryptographie. Les législateurs ont ensuite proposé une série de règles sur les marchés de la cryptographie.

La KRA souhaite taxer le trading de cryptos

La Kenya Revenue Authority (KRA) a décidé de se concentrer davantage sur la réglementation de la cryptographie. Pour ce faire, elle propose plusieurs modifications à la loi sur les marchés des capitaux de 2022. Parmi ces dernières figure la taxation des transactions liées aux actifs numériques. KRA prévoit également de taxer les portefeuilles cryptographiques. Les changements sont en attente d’approbation par les parlementaires kenyans.

L’imposition de la KRA est similaire à la taxe spéciale prélevée sur les transactions bancaires. Veuillez noter que les banques facturent une taxe d’accise de 20 % sur chaque frais de transaction facturé. Ils font de même pour tous les frais facturés pour les transactions.

De plus, les personnes qui ont créé une entreprise à partir du commerce de crypto paieront un impôt sur le revenu sur leurs revenus. Le projet se lit comme suit : « Lorsque la monnaie numérique est détenue pendant une période n’excédant pas douze mois, les lois relatives à l’impôt sur le revenu s’appliquent, pour une période supérieure à douze mois, les lois relatives à l’impôt sur le revenu s’appliquent aux plus-values ».

À Lire  La start-up crypto française UNAGI a levé 4 millions de dollars auprès de Binance Labs

Si les modifications sont approuvées par les députés, les détenteurs de crypto-monnaie au Kenya paieront les gains en capital à la KRA. Les paiements seront effectués chaque fois que les investisseurs utiliseront la crypto-monnaie dans une transaction.

Fournir des informations spécifiques à des fins fiscales

Le projet de loi stipule que les détenteurs et les commerçants de crypto-monnaie seront tenus de fournir certains types d’informations aux autorités. L’Autorité des marchés de capitaux (AMC) recevra ces données et les utilisera à des fins fiscales.

Les informations à fournir concernent le montant de la crypto-monnaie en shillings kenyans. Ils mentionnent également le type d’actif numérique en question, ainsi que les dates d’acquisition et de vente de ce dernier.

Il y a près de six mois, les États-Unis ont publié un rapport indiquant que la majorité de la population kenyane possède des crypto-monnaies. Le document précise que le pays est fortement exposé à l’effondrement des marchés de la cryptographie. Désormais, le gouvernement kenyan veut réguler le secteur pour protéger les investisseurs.

Obtenez un tour d’horizon des nouveautés dans le monde de la crypto-monnaie en vous abonnant à notre nouveau service de newsletter quotidien et hebdomadaire afin de ne manquer aucun incontournable de Cointribune !

Loin de freiner mon enthousiasme, un investissement infructueux dans la crypto-monnaie en 2017 n’a fait qu’augmenter mon enthousiasme. J’ai donc décidé d’étudier et de comprendre la blockchain et ses multiples usages et de transmettre avec ma plume des informations liées à cet écosystème.