Défense : Quelles sont les propositions des candidats à l’élection présidentielle ?

Mise à jour

27/02/2022 à 07:18

François Asselineau

Publié le

27/02/2022 à 07:02

En 2022, le budget de la défense avoisine les 41 milliards d’euros. [Filip DESMAZE / AFP]

Nicolas Dupont-Aignan

Nicolas Dupont-Aignan

Les tensions entre l’Ukraine et la Russie mettent en évidence les mesures de défense et de politique militaire prises par différents candidats aux élections présidentielles. Voici.

François Asselineau, candidat de l’Union populaire républicaine (UPR), prône dans son programme une augmentation du budget de la défense à 3 % du PIB, soit un point de plus que dans la situation actuelle.

Il propose également une « reconstruction complète » du Livre blanc de la défense, qui « définit la stratégie de défense et de sécurité nationale de la France », ainsi qu’une augmentation des salaires des militaires et un système d’aide à l’insertion dans la vie civile.

Sur le plan international, le candidat à l’UPR soutient le retrait de la France de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN). Il s’attend également à la fin du système de la françafrique et des ingérences à l’étranger, estimant qu’une politique globale de sanctions devrait être mise en place au sein de l’ONU.

Anne Hidalgo 

Anne Hidalgo 

Le Programme Défense de Nicolas Dupont-Aignan prévoit une augmentation du budget à 2,5% du PIB contre 2% actuellement, mais aussi le recrutement de 40.000. soldats dans les cinq ans. Il appelle également à la revalorisation des salaires militaires et à une augmentation des investissements dans les équipements militaires.

Le candidat de Debout la France (DLF) annonce dans son programme la création d’un service civique mixte obligatoire de trois mois, pouvant être prolongé d’un an de service militaire pour les volontaires.

Yannick Jadot 

Yannick Jadot 

Nicolas Dupont-Aignan souhaite que la France quitte le commandement intégré de l’OTAN, que le pays a quitté pour la première fois en 1966-2009.

Au niveau international, le député prévoit une intensification de la guerre contre le terrorisme, notamment au Sahel. Nicolas Dupont-Aignan souhaite également renforcer les liens avec des pays ayant la même politique antiterroriste que la Syrie, où il veut rouvrir l’ambassade de France à Damas.

Jean Lassalle 

Anne Hidalgo propose dans son programme une révision de la loi de programmation militaire pour donner plus de moyens aux armées, tout en prenant mieux en compte les nouvelles menaces, notamment dans le domaine de l’espace et de la cybersécurité. Cependant, la mairie de Paris ne quantifie pas cette augmentation.

À Lire  Cette enceinte Bluetooth iconique tombe à moins de 100 euros sur Cdiscount pour les soldes d'été

Le programme du candidat du Parti socialiste (PS) envisage un éventuel renforcement du contrôle sur le déploiement des troupes françaises en opérations extérieures longues (plus de quatre mois) par un vote parlementaire.

Dans son programme, le candidat Europe Ecologie Les Verts (EELV) envisage l’établissement d’un « nouveau livre blanc sur la défense » ainsi que la préparation d' »une nouvelle loi de programmation militaire pour mieux adapter notre stratégie aux défis posés par le changement climatique ». et réduire la dépendance de l’armée aux énergies fossiles.

Yannick Jadot souhaite également la constitution d’une force européenne commune de 5 000 hommes.

Marine Le Pen

Jean Lassalle veut mettre la politique de défense au centre de la vie des citoyens. Il propose donc dans son programme l’ouverture d’un Conseil de défense, qui permettrait, par voie de référendum ou de vote parlementaire, de décider de l’engagement ou du retrait des troupes françaises dans le conflit.

Le candidat Résistons veut également créer un corps de réserve et la Garde nationale pour doter l’armée régulière des soi-disant forces auxiliaires. Jean Lassalle veut aussi renforcer le budget de la cyberdéfense en lui allouant un quart du budget total.

Emmanuel Macron  

Le député propose également la création d’un service de l’Etat pour les jeunes de 18 ans qui iraient soit au service militaire, soit au service civil ou civil du 20 septembre au 20 juin.

Sur le plan international, Jean Lassalle est favorable au retrait de la France de l’Otan, mais aussi au rapatriement du commandement des forces françaises des Emirats arabes unis à La Réunion. En outre, son programme prévoit la révision des traités de défense conclus avec les anciennes colonies françaises.

La candidate du Rassemblement national propose dans son programme d’augmenter le budget annuel de la Défense. Marine Le Pen souhaite donc que ce dernier atteigne 55 milliards d’euros par an à partir de 2027, contre 41 milliards en 2022.

Jean-Luc Mélenchon 

Au niveau international, le finaliste 2017 souhaite que la France quitte le commandement militaire intégré de l’Otan, reconnaissant qu’il s’agit « d’une organisation fomentatrice, dont les élargissements successifs visent moins à protéger les pays européens qu’à l’encerclement dangereux de la Russie depuis la Géorgie. à l’Ukraine ».

Le président sortant n’est pas encore officiellement candidat à la réélection et n’a donc pas encore d’agenda précis. Cependant, le retrait des troupes françaises du Mali et la crise russo-ukrainienne lui ont permis de réagir sur certains sujets.

À Lire  Une nouveauté à Falaise : des commerçants organisent des soldes d'hiver

Philippe Poutou 

Ainsi, contrairement à de nombreux candidats, Emmanuel Macron ne souhaite pas quitter le commandement intégré de l’Otan. Au niveau européen, il a appelé en 2018 à la création d’une « véritable armée européenne ».

Valérie Pécresse 

Si les troupes françaises se retirent du Mali, Emmanuel Macron n’entend pas arrêter les opérations au Sahel. L’armée française poursuivra ses opérations depuis le Niger.

Jean-Luc Mélenchon, comme de nombreux candidats à la présidence, souhaite que la France quitte le Commandement militaire intégré de l’OTAN immédiatement après son élection, puis progressivement que le pays quitte l’organisation elle-même.

Fabien Roussel 

Le leader de la France Insoumise (LFI) estime que la France devrait refuser toute intervention militaire sans mandat de l’ONU, et souhaite que l’ONU soit renforcée pour qu’elle soit réaffirmée comme « la seule instance habilitée à assurer la sécurité collective ».

Philippe Poutou, candidat du Nouveau parti anticapitaliste (NPA), propose désormais une mesure inédite dans son programme de défense. Il veut le retrait complet des troupes françaises stationnées en Afrique. Le candidat entend mettre un terme à la « politique impérialiste » de la France et à la « françafrique ».

Valérie Pécresse propose deux mesures concernant la défense et l’armée dans son programme de l’élection présidentielle. Le candidat républicain (LR) veut dans un premier temps construire un deuxième porte-avions d’ici 2038.

Éric Zemmour

Sa deuxième proposition concerne le budget. Valérie Pécresse souhaite proposer de repenser au niveau communautaire la règle des 3% de déficit public. Ce changement exclurait le calcul des investissements liés à la défense et à la transition énergétique.

Le candidat du Parti communiste français (PCF) inclut un volet défense dans son programme. Alors Fabien Roussel veut réévaluer l’état des militaires et ses droits démocratiques.

Le communiste veut rétablir le lien entre la jeunesse et les militaires en organisant un grand débat avec les acteurs intéressés pour envisager la construction d’un nouveau service national.

NATHALIE ARTHAUD

Sur le plan international, Fabien Roussel souhaite que la France quitte l’OTAN, mais va plus loin puisqu’il souhaite également dissoudre l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord. Il vise également à mettre fin à toutes les opérations militaires françaises extérieures et à fermer les bases de l’armée française à l’étranger.

CHRISTIANE TAUBIRA 

Reconquest Candidate consacre une partie entière de son programme à la Défense et à l’Armée. Eric Zemmour veut donc augmenter le budget de la défense pour atteindre 70 milliards d’euros par an d’ici 2030. Une partie de ce budget sera affectée à des investissements militaires, notamment la construction d’un deuxième avion de transport.