Désertification médicale : que faire si vous n’avez pas de médecin ?

De nombreux médecins généralistes prennent leur retraite sans trouver de successeur. Cependant, l’épine dorsale du processus de soins reste le médecin traitant. Qui contacter si vous ne trouvez pas de médecin ?

Urgences surchargées, grèves des médecins libéraux, pénurie de médicaments, nouvelles épidémies… En ce début d’année, le monde de la santé est confronté à de nombreuses crises, souvent difficiles à appréhender pour les patients qui parfois ne trouvent plus de médecin généraliste à qui s’adresser. peut s’engager. Pourtant, le médecin traitant reste le pilier des parcours de soins en France. Dans un contexte de désertification médicale, l’assurance maladie tente d’aider à la retrouver, sans pouvoir faire de miracles.

Le médecin traitant est le médecin qui suit ses patients tout au long de leur vie, tout au long de leur parcours de santé. Chaque patient doit choisir le sien.

Tout d’abord, il y a un avantage pour la santé des patients. Le médecin traitant intervient naturellement en cas de maladie ou d’urgence précise. Mais pas seulement : il assiste également dans le processus de soins et peut mettre ses patients en contact avec d’autres médecins spécialistes. Il centralise les informations, met à jour le dossier médical, gère la prévention, comme les vaccinations, et les examens réguliers, comme les dépistages.

L’avantage est aussi financier, car ce suivi est clairement encouragé par l’assurance maladie. La consultation chez le médecin traitant est remboursée à 70%, contre seulement 30% chez un autre médecin. En vous rendant d’abord chez le médecin traitant, vous serez également mieux remboursé en vous rendant ensuite chez un spécialiste.

À Lire  Charente-Maritime : "Rester à l'hôpital coûte beaucoup plus cher à la Sécu"

Il existe d’autres exceptions : le remboursement reste à 70% en l’absence du médecin traitant ou en cas de consultation d’urgence hors domicile. Et certains spécialistes sont directement accessibles.

Tous les détails sont disponibles en ligne sur le site de l’assurance maladie, améli.fr

Si votre médecin prend sa retraite sans être remplacé ou si vous déménagez dans une région où les médecins sont déjà surchargés de travail, vous devez vous tourner vers l’assurance maladie et son site Web.

A l’occasion de cette chronique, on se rend compte que la rubrique « difficulté à trouver un médecin » n’est pas aboutie… Mais la CPAM a pris en compte le problème et travaille sur une cartographie, bientôt avec une liste de contacts locaux.

En attendant, il faut écrire à un médiateur : il y en a dans tous les départements. On retrouve leur contact dans deux rubriques du site de l’assurance maladie, et on ouvre un formulaire imprimable pour déclarer qu’on n’a pas trouvé de médecin.

Dans tous les cas, cette approche signifie qu’il n’y a pas de pénalité financière et que le remboursement est optimal même sans médecin traitant.

Le médiateur peut également aider les assurés à trouver un médecin. Céline Toulouse, médiatrice à la CPAM de Corrèze, nous explique qu’elle agit au cas par cas : « Cela dépend du lieu de résidence et de la situation ». Mais elle ne peut pas forcer les médecins à accepter de nouveaux patients : « Le problème de la désertification est un problème récurrent. Nous n’avons pas de baguette magique.

Selon l’assurance maladie, en 2020, 5,4 millions de Français étaient sans médecin. La moitié d’entre eux sont des patients assez jeunes et en bonne santé, l’autre moitié sont de vrais patients de recherche, qui ont vu leur médecin généraliste prendre sa retraite, par exemple.

À Lire  Demorand - Comment pallier la pénurie de médecins

Cette tendance se confirme dans la région : en Haute-Vienne, selon la CPAM, 6,8 % des assurés ont un médecin en fin d’activité et 4,5 % n’ont pas de médecin du tout.

Selon les ordres des médecins, le Limousin a perdu 157 médecins généralistes entre 2011 et 2021. Cette baisse ne va pas s’arrêter immédiatement : la Robe prévoit une stagnation jusqu’en 2030. Le ministre de la Santé doit annoncer en janvier des mesures pour réformer le système de santé français. Il a fait son boulot…