Ferme comme la pierre ?

Investir dans l’immobilier devient de moins en moins accessible, alors que le financement en crédit de ce type d’opération est actuellement plus compliqué.

Publié aujourd’hui à 08:00, mis à jour à 08:10 Temps de lecture 1 min.

La guerre en Ukraine, la hausse des prix, la crise énergétique, les craintes d’une récession économique, les mois à venir seront difficiles pour nous tous. Pour ceux qui peuvent mettre de l’argent de côté, les décisions d’investissement se compliquent.

La hausse des taux d’intérêt perturbe les marchés obligataires. En attendant de produire des effets positifs sur la performance de leurs portefeuilles obligataires, les fonds de contrats d’assurance-vie en euros, placement préféré des Français, devraient continuer avec des rendements médiocres, inférieurs au taux d’inflation. Même constat pour le livre A, les 2% servis à partir du 1er août ne compensent pas la hausse des prix. Et rien ne laisse penser que la prochaine hausse de son rendement en février 2023 lui permettra de le faire.

Du côté des actions, la situation est encore plus compliquée : l’accumulation de mauvaises nouvelles a fait chuter tous les indices boursiers. Une opportunité de réinvestir en bourse et de profiter d’une éventuelle reprise, que certains conseillent, mais que peu d’épargnants français sont prêts à suivre. L’aversion au risque de ces derniers continue de les éloigner des actions.

La peur d’une bulle spéculative

En ce qui concerne les fonds de « private equity », qui investissent dans des sociétés non cotées et ont le vent en poupe, du moins de la part de leurs promoteurs, il convient d’être particulièrement prudent et sélectif avant de leur consacrer une petite partie de vos actifs. . De nombreux observateurs craignent la formation d’une bulle spéculative sur ces investissements.

À Lire  USA Today : Les chiffres récents du logement envoient des signes clairs de ralentissement, quels sont les risques de transmission ? Par Jean Plassard - 17/11

Face à ce paysage ravagé, l’immobilier apparaît plus que jamais comme une valeur refuge. Le succès des SCPI, en direct ou en assurance-vie, montre que l’appétit pour l’immobilier reste fort. Sans atteindre les niveaux record de ces dernières années, le marché immobilier reste dynamique.

Dès lors, il n’est pas étonnant que de nombreux Français qui en ont les moyens décident de se tourner vers l’achat d’un appartement ou d’une maison pour le louer, lors de la constitution d’un patrimoine, en vue de la retraite, par exemple. Mais est-ce toujours une bonne idée ?

Tout d’abord, investir dans la pierre devient de moins en moins accessible. Après une décennie de hausses, les prix atteignent des records dans de nombreuses régions. Soyez donc prudent avant de vous engager. Sans oublier qu’actuellement le financement de ce type d’opération de crédit est plus compliqué. L’attitude des banques se durcit à mesure que les taux d’intérêt augmentent. Enfin, l’investissement locatif reste une opération lourde qui nécessite un certain engagement sur le long terme. Mieux vaut être prévenu avant de se lancer.

Vous pouvez lire Le Monde sur un appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

Parce que quelqu’un d’autre (ou vous) lit Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

Comment puis-je arrêter de voir ce message ?

Si vous cliquez sur  »  » et assurez-vous que vous êtes la seule personne qui voit Le Monde avec ce compte.

À Lire  Immobilier : Pourquoi les nouvelles agences peinent-elles à se faire une place sur le marché ?

Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté à ce compte.

Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

Vous ne savez pas qui est l’autre personne ?

Nous vous recommandons de changer votre mot de passe.