France : le climat des affaires se dégrade dans l’industrie en août (INSEE) – Atlasinfo

Le climat économique de l’industrie manufacturière française s’est de nouveau dégradé en août, a annoncé jeudi l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee).

« Selon des chefs d’entreprise interrogés en août 2022, l’indicateur du climat des affaires dans le secteur manufacturier repart à la baisse. A 104, l’indicateur synthétique perd deux points mais reste au-dessus de sa moyenne (100) », selon la récente enquête mensuelle de l’Insee sur les entreprises de l’industrie.

La baisse du solde d’opinion sur les commandes globales et sur la production passée a principalement contribué à cette dégradation, précise l’Institut, qui note qu’au contraire, la hausse du solde d’opinion sur la production attendue limite la dégradation du climat. .

Ainsi, en août 2022, pour le deuxième mois consécutif, le jugement des producteurs sur le niveau des commandes, tant mondiales qu’étrangères, s’est détérioré. Cependant, ces deux soldes restent au-dessus de leurs moyennes respectives.

En forte hausse ce mois-ci, le solde d’opinion associé au niveau actuel des stocks de produits finis repasse au-dessus de la moyenne pour la première fois depuis juillet 2020.

Les chefs d’entreprise sont donc beaucoup plus nombreux que ces derniers mois à considérer leurs stocks de produits finis comme supérieurs à leur niveau normal, souligne la même source.

Dans la fabrication de véhicules de transport et dans les industries dites « autres », ce solde des points de vue a atteint son plus haut niveau depuis 2009, précise l’institut, notant que pour les équipements électriques ce solde a atteint un niveau jamais vu depuis 1990.

Le solde des stocks est plutôt, comme en juillet, bien inférieur à la moyenne du secteur agroalimentaire. La part des entreprises déclarant des difficultés d’approvisionnement est quasiment stable en août 2022, à un niveau qui reste très élevé (44%), détaille l’Insee.

À Lire  Vienne : est le département où les gens naissent plus qu'ils ne meurent

La part des entreprises qui se déclarent limitées dans la production par manque de personnel est stable, au plus haut niveau (26 %) depuis la publication de la série en 1991.

De plus, le pourcentage d’entreprises signalant des obstacles à la production dus aux seuls problèmes d’approvisionnement atteint 53 %, le niveau le plus élevé depuis le début de la série.

De leur côté, les soldes d’opinion du top management sur la production ont connu des évolutions contrastées en août. Celle relative à l’évolution de la production des trois derniers mois est passée sous la moyenne pour la première fois depuis deux ans.

Au contraire, le solde sur l’évolution prévue de la production évolue pour le troisième mois consécutif, s’éloignant ainsi de sa moyenne. De même, le solde des appréciations sur les perspectives générales de production s’est amélioré, après être resté stable le mois dernier.

Selon l’INSEE, le solde d’opinion qui mesure le niveau d’incertitude économique ressenti par les chefs d’entreprise a diminué. Les prix de vente attendus ont légèrement rebondi après la forte baisse du mois dernier. Il reste bien au-dessus de sa moyenne.

Enfin, les soldes d’opinion liés à l’évolution passée et prévisionnelle des effectifs ont rebondi et restent donc bien au-dessus de leurs moyennes.

Laisser un commentaire