Fraude à l’assurance maladie : en Ile-de-France, deux centres de santé ont été détruits

La décision de non-remboursement des soins est prise pour une durée de cinq ans sans repos. C’est la première fois, selon Medicare. Le centre de Trappes (Yvelines) propose des soins dentaires, le centre du Blanc-Mesnil (Seine-Saint-Denis), des soins dentaires et des actes ophtalmologiques.

Les patients pourront toujours s’y rendre, mais ils ne seront plus remboursés – or à la base très basse de 1 € et poussière, 30 € sont facturés pour les consultations spécialisées. L’assurance-maladie a annulé deux centres de soins dentaires et/ou ophtalmiques, l’un à Trappes (Yvelines), l’autre au Blanc-Mesnil (Seine-Saint-Denis), en raison de « pratiques frauduleuses » avec un préjudice s’élevant à près de 1,5 million d’euros, a indiqué Nedjelja. , le 22 janvier, ce dernier.

Le premier ne propose que la dentisterie, le second ajoute les procédures ophtalmiques. Cette décision de déconvention – la première, selon l’organisme -, prise pour une durée de cinq ans sans sursis, devait prendre effet le lundi 23 janvier pour le centre Seine-Saint-Denis, le 1er février pour le centre d’Iveline. Elle a été décidée avec l’avis positif des membres des commissions paritaires départementales.

L’ouverture récente de ces deux centres – l’un en 2021, l’autre en 2022 – dans des territoires qui, comme ailleurs en Ile-de-France, ne sont pas à l’abri de la désertification médicale, a été bien accueillie par la population locale. C’est d’eux que sont venues les alertes au Blanc-Mesnil, rapporte Le Parisien, qui a découvert deux cas : tests Covid obligatoires, ordonnances offertes aux adeptes, double facturation… Au fil des mois, des patients se sont ouverts à ces dérives.

À Lire  immobile. Quelle est la prime de l'assurance habitation à Saint-Étienne et Lyon ?

A Trappes, une enquête interne diligentée par la Caisse primaire d’assurance maladie des Yvelines, et évoquée par Le Parisien, a estimé le préjudice à un million d’euros, pour neuf mois d’activité. « Ces centres sont notamment accusés d’établir de fausses factures et de facturer des actes fictifs, c’est-à-dire non exécutés », a expliqué dimanche l’Assurance maladie. Dans les deux cas, les deux principaux fonds en question ont fait appel.

Très graves dérives

Les centres dentaires et d’ophtalmologie, dont le développement est privilégié afin d’améliorer l’offre de soins, notamment dans les zones où la démographie médicale n’est pas suffisante pour répondre aux besoins, sont dans le collimateur de nombreux professionnels médicaux et paramédicaux. À l’automne 2022, Medicare a publié une « stratégie renforcée » pour lutter contre la fraude. La stratégie s’appuie sur de nouveaux leviers législatifs, dans la loi de financement de la sécurité sociale de 2022 et celle de 2023.

En première lecture, le 30 novembre, l’Assemblée nationale a voté la proposition de loi de la députée Fadila Khattabi (Renaissance, Côte-d’Or) en faveur d’un encadrement plus strict de ces centres, et notamment l’agrément préalable des agences régionales de santé pour ceux dispensant soins dentaires ou soins oculaires. Avec, en toile de fond, le souvenir des scandales Dentexia et Proxidentaire qui ont révélé de très graves dérives en 2015 et 2021. Le texte doit être examiné au Sénat à la mi-février.

Il vous reste 32,23% de cet article à lire. Ce qui suit est réservé aux abonnés.

Vous pouvez lire Le Monde sur un appareil à la fois

À Lire  Décision du Conseil constitutionnel portant loi de financement de la...

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

Parce qu’une autre personne (ou vous) lit Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil (ordinateur, téléphone ou tablette).

Comment arrêter de voir ce message ?

Cliquez sur  »  » et assurez-vous d’être la seule personne à regarder Le Monde avec ce compte.

Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera lié à ce compte.

non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

Vous ne savez pas qui est l’autre personne ?

Nous vous conseillons de changer votre mot de passe.

Votre abonnement ne vous permet pas de lire cet article

Pour plus d’informations, veuillez contacter notre service commercial.