Gastro-entérite du nourrisson : deux vaccins désormais remboursés par l’Assurance maladie

Les rotavirus sont les principales causes de gastro-entérite aiguë chez les jeunes enfants, qui entraînent parfois une déshydratation potentiellement mortelle et nécessitent une hospitalisation. En juillet dernier, la HAS recommandait la vaccination contre le rotavirus pour les nourrissons âgés de 6 semaines à 6 mois.En conséquence, l’Assurance maladie rappelle que ces vaccins sont pris en charge à 65 % depuis le 26 novembre. Ce sont Rotarix et RotaTeq.

Le rotavirus est un virus responsable de gastro-entérite sévère, qui touche les nourrissons et les enfants de moins de 5 ans. Le ministère de la santé estime que tous les enfants sont exposés à ce virus avant d’atteindre l’âge de 10 ans. 3, sachant que les maladies qui surviennent le plus souvent dans les hivers de type épidémique, vont mieux et s’améliorent en quelques jours : le traitement est là. repose principalement sur l’administration d’une thérapie de réhydratation orale et ne nécessite généralement pas de médicaments. Mais même s’ils ne sont pas graves dans la plupart des cas, ce type de gastro-entérite, du fait des diarrhées, des vomissements et de la fièvre qu’ils provoquent, entraîne parfois une déshydratation dangereuse et la nécessité d’une hospitalisation, notamment pour les enfants. En France, ces virus sont responsables d’environ 20.000 hospitalisations d’enfants de moins de 3 ans et d’environ 60.000 consultations en médecine générale, selon les chiffres du ministère. Pour prévenir ces souches graves, le Service national de santé (HAS) recommande la vaccination antirotavirus pour tous les nourrissons âgés de 6 à 6 mois.

C’est pourquoi, depuis le 26 novembre, les vaccins antirotavirus Rotarix et RotaTeq sont pris en charge par l’assurance maladie à hauteur de 65% (le reste est pris en charge par l’assurance maladie), avec des vaccinations gratuites en PMI ou au centre de prévention. « Des études montrent que dans la vraie vie pour les enfants de moins de 5 ans complètement vaccinés, le vaccin contre le rotavirus peut réduire : environ 85 % des cas de gastro-entérite liés au rotavirus, plus de 80 % des visites aux urgences et/ou des hospitalisations pour rotavirus. , gastro-entérite b,c,d et jusqu’à 96 % des recommandations en traitement général des gastro-entérites à rotavirus d. » explique l’Assurance maladie. En effet il existe 7 groupes de Rotavirus (A, B, C, D, E, F, G) à sérotypes. Le groupe A représente à lui seul 99 % des infections diagnostiquées en France. La vaccination, qui n’est pas obligatoire, est administrée au bébé par voie orale par le médecin ou la sage-femme : c’est un vaccin « oral », l’enfant peut être nourri comme d’habitude avant et après le traitement.

Vaccins contre les rotavirus : le nombre de doses nécessaires dépend du vaccin utilisé

Cependant, le schéma de vaccination n’est pas le même selon le médicament utilisé : une dose à 2 mois et une dose à 3 mois pour Rotarix et une dose à 2 mois, une dose à 3 mois et une dose à 4 mois pour RotaTeq. Les deux vaccins ont la même efficacité et peuvent être utilisés ensemble, « mais si vous commencez le calendrier vaccinal avec un vaccin, vous devez continuer avec le même. », conseille le ministère de la Santé qui publie une FAQ spécifique disponible en ligne. Dans ses avis, la HAS insiste sur l’importance de respecter ce calendrier d’injections pour pouvoir terminer la procédure avant la limite d’âge, qui est de 6 mois de Rotarix et de 8 mois. de RotaTeq. De plus, le médicament reste efficace pendant au moins deux ans et peut être administré en même temps que d’autres vaccins prévus pour le calendrier de l’enfant. Il est disponible en pharmacie, puis chez le médecin ou La sage-femme « vérifie que l’enfant n’a pas de contre-indication, prépare le produit et s’assure que l’enfant reçoit la dose complète avant de remplir son carnet de santé. « , a déclaré l’Assurance maladie.

On découvrira également : Gastro-entérite : quel est le traitement en naturopathie ?

En particulier, le médicament ne sera pas administré à un enfant s’il est âgé (plus de 4 mois pour la première dose, et plus de 6 mois pour la dernière dose de Rotarix et 8 mois pour la dernière dose de RotaTeq), s’il a un manque de santé connu pour une partie quelconque du médicament, s’il a des problèmes de santé qui augmentent le risque d’infection grave (antibiotiques) ou si le système immunitaire est affaibli. De plus, la vaccination sera reportée de quelques jours si l’enfant a de la fièvre, de la diarrhée ou des vomissements. Ces vaccins sont des vaccins vivants, ce qui signifie qu’ils contiennent des virus vivants, mais ils sont suffisamment affaiblis pour ne pas provoquer d’infection. Selon le vaccin, le corps produit des anticorps qui vont protéger contre les maladies. Un enfant sur 10 peut avoir quelques problèmes digestifs (diarrhée), parfois une légère fièvre. Enfin, l’Assurance Maladie insiste sur la nécessité pour les professionnels de santé d’informer les parents de manière systématique en fonction du risque spécifique d’un AII, c’est-à-dire lorsqu’une partie de l’intestin est repliée sur elle-même, comme un dé à coudre ou une lunette.

À Lire  SOS Médecins : quel remboursement de la sécurité sociale ?

Mais selon le ministère de la Santé, « cette situation, qui est rare, arrive surtout dans la première année de vie. En plus de toute vaccination, environ 43 cas sont enregistrés chez 100 000 enfants de moins d’un an chaque année. » Après la vaccination, on estime que le risque augmente à environ 6 enfants sur 100 000 au cours des 7 prochains jours. Il est donc recommandé aux experts de la santé de sensibiliser les parents aux signes cliniques intéressants durant cette période : pleurs inhabituels, refus de manger ou de boire, vomissements, pâleur et présence de sang dans les selles. Après l’appel au 15, le retour à l’échographie permet un diagnostic précoce, et une intervention rapide. « Lorsqu’il est traité à temps, l’IIA guérit dans la plupart des cas sans complications. « La machine d’assurance maladie. Il convient de noter qu’en plus des antibiotiques, la prévention de l’infection à rotavirus passe également par les mains, qui est le principal mode de transmission, d’où l’importance de nettoyer et de nettoyer régulièrement avec du savon ou par l’eau de traitement. .