Gironde : un chauffeur traduit en justice pour avoir fumé du CBD au volant

Publié

le 24/03/2022 à 18h50, mise à jour le 24/03/2022 à 18h50

Cependant, cette molécule de cannabis n’est pas illégale, ce qui remet en cause l’utilité du test salivaire.

Perte de points, suspension du permis de conduire, lourdes amendes, emprisonnement… Les automobilistes peuvent recevoir injustement ces lourdes sanctions, qui sont prévues en cas de consommation de drogues illicites au volant. En effet, le dossier présenté aux juges de Bordeaux ce vendredi révèle que les tests salivaires ne sont pas toujours fiables. Utilisés par les forces de l’ordre pour lutter contre la conduite avec facultés affaiblies par la drogue, ils ne font pas la différence entre le CBD – une molécule légale présente dans le cannabis et désormais disponible sans ordonnance – et le cannabis, qui est répertorié comme stupéfiant et donc illégal. Dans ce cas, il faut un expert juridique pour faire rapport sur les preuves scientifiques de ce problème majeur. Les résultats de l’enquête capillaire montrent que les méthodes utilisées par la police ne séparent pas le bon grain de l’ivraie.

En produisant lors de l’audience, ce vendredi, ces fameux résultats, Arnaud C., le chauffeur poursuivi pour usage de…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste encore 80% à découvrir.

Nourrir sa liberté, c’est nourrir sa curiosité.

À Lire  Yoga aux Charmettes - 24 août 2022 à 9h00

Laisser un commentaire