Grippe : Face à une campagne de vaccination en demi-teinte, la France doit « redoubler d’efforts », s’inquiète l’OCDE

Les rappels s’accumulent. Après les pharmaciens, les autorités sanitaires et le gouvernement, c’est maintenant l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) qui s’inquiète de la baisse du taux de vaccination contre la grippe. La vaccination contre la grippe doit « redoubler d’efforts » en France après un « démarrage beaucoup plus lent » que les années précédentes, faisant craindre « un retour au niveau de couverture » d’avant Covid, a indiqué lundi l’OCDE.

La campagne officielle, lancée le 18 octobre, souffre « d’un démarrage beaucoup plus lent que ces deux dernières années. Cela fait craindre un retour à un niveau de couverture d’avant la pandémie », soit « environ 50% seulement » parmi la population âgée. 65 ans et plus, indique l’institution à la lisière de son « panorama » annuel des systèmes de santé européens.

Ce rapport rappelle que l’épidémie de Covid a fait grimper la vaccination des personnes âgées sur le vieux continent, de 37% en 2019 à 44% en 2020, alors que la France a enregistré un bond de 8 points et atteint le seuil des 60%.

La France loin derrière le Royaume-Uni, l’Irlande ou le Danemark

Un niveau « plus ou moins maintenu » en 2021, mais encore loin des 75% recommandés par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), dont d’autres pays, comme la Grande-Bretagne, l’Irlande ou le Danemark, sont encore proches.

Mais les derniers chiffres confirment la rechute : avec cinq millions de vaccins remboursés par l’Assurance maladie jusqu’au 20 novembre, la France accuse 13 % de retard l’an dernier. Le spécialiste des données de santé IQVIA recense pour sa part 9,3 millions de doses distribuées par les pharmacies, soit 8% de moins qu’au même stade de la campagne en 2021.

À Lire  INSTITUT AUTORISÉ (H/F) La Mutuelle Générale Paris - 13e arrondissement CDI

« Il faudra donc redoubler d’efforts lors de la campagne nationale actuelle pour maintenir, voire augmenter, les niveaux plus élevés atteints au cours de la première année de la pandémie », a déclaré l’OCDE.