Hong Kong va interdire le CBD et l’inclure dans la même catégorie que l’héroïne et la cocaïne

Le CBD est légal aux États-Unis et dans certains pays européens comme la France, ainsi que dans certains pays asiatiques comme le Japon et la Thaïlande. [Loïc VENANCE/AFP]

Posté sur

21/10/2022 à 11h26

Actualisé

21/10/2022 à 11:33

Classé comme «drogues dangereuses»

Le gouvernement de Hong Kong a annoncé ce jeudi 20 octobre l’interdiction du cannabidiol, plus connu sous le nom de CBD, jusqu’en février 2023. Ce dérivé du cannabis est désormais classé dans la même catégorie que des drogues comme la cocaïne et l’héroïne.

De lourdes peines de prison. C’est ce que risquent les habitants de Hong Kong à partir du 1er février 2023, s’ils consomment du cannabidiol, ou CBD, suite à l’annonce du gouvernement, jeudi 20 octobre, qu’il a décidé de le placer dans la même catégorie que des drogues comme la cocaïne et l’héroïne.

Que ce soit de la bière, du café ou des compléments alimentaires, tous les produits vendus sont à base de CBD. « Le commerce et le public devront assurer le retrait immédiat de tout produit contenant du CBD en leur possession pour éviter toute violation de la loi », a déclaré un porte-parole du gouvernement.

Après la date limite, toute personne qui possède ou consomme du CBD encourt jusqu’à sept ans de prison et une amende pouvant aller jusqu’à un million de dollars de Hong Kong (près de 130 000 €).

À Lire  Parrainez un arbre ! | Mérignac