Iligi vous permet d’investir dans l’immobilier locatif à plusieurs et sans crédit

Créée en 2020, Iligi a pour objectif de lever les barrières à l’investissement locatif. La startup a imaginé une solution de co-investissement, qui permet à plusieurs personnes de s’engager dans un même projet immobilier sans contracter de crédit bancaire.

Acheter un bien immobilier sans contracter de prêt bancaire, mais en se regroupant. C’est la méthode qu’Iligi veut démocratiser pour développer l’investissement locatif. La startup, créée par Jean Roucher à Brest (Finistère) en 2020, a lancé en 2021 une solution visant à mettre en relation des particuliers pour leur permettre d’investir en commun dans des projets d’achat immobilier. Bien qu’initialement spécialisée dans l’accompagnement « clé en main » des nouveaux investisseurs, la société a vu le potentiel du co-investissement et a réussi l’immatriculation des sociétés immobilières (SCI). sociétés immatriculées l’an dernier, selon le Conseil national des greffiers de commerce (CNGTC).

Agir en facilitateur et en gestionnaire

Agir en facilitateur et en gestionnaire

Jean Roucher explique que la plateforme d’Iligi « met en relation des co-investisseurs pour que chacun puisse investir ce qu’il veut » dans l’immobilier. La startup se charge alors de rechercher un bien correspondant, avant de précipiter la rencontre entre les co-investisseurs puis un notaire apte à constituer la société civile immobilière pour détenir ce dernier. Son offre comprend la gestion quotidienne de la SCI, ainsi que la gestion locative du logement afin que les copropriétaires aient le moins de tâches à faire eux-mêmes. La startup garantit que son produit est « sans engagement » et que les acteurs opérationnels peuvent « entrer ou sortir quand ils veulent ». En effet, Iligi agit en tant que facilitateur et gestionnaire contre rémunération.

À Lire  Assurance-vie et immobilier : toujours une combinaison gagnante ?

Dans un entretien accordé à Ouest-France à l’automne 2021, son fondateur affirmait vouloir accompagner les personnes qui ne veulent pas obtenir de crédit et celles qui ne le peuvent pas. « S’il y a un problème et que le loyer n’est pas payé, les propriétaires n’ont aucun crédit à rembourser. Cela lève un gros frein », a-t-il relevé, soulignant qu’Iligi « fait en sorte de faciliter une revente de la part » d’un investisseur en difficulté ou en désaccord avec ses partenaires. Certains biens sont déjà disponibles, de Brest à Poitiers (Vienne). La jeune pousse, qui compte six salariés, travaille au lancement de son application mobile en complément de son site internet. L’objectif : « Vous permettre d’investir dans la pierre depuis votre canapé, comme vous feriez un simple virement bancaire. »

La société brestoise n’investit pas directement dans les biens qu’elle identifie ou gère pour le compte de particuliers. Elle insiste donc sur le fait que « ses clients possèdent 100% du bien et, s’il y a plus-value à la revente, c’est le leur ». Le modèle économique, qui ne diffère pas beaucoup du modèle de l’agence immobilière, consiste à déduire 10% du prix net de vente des frais lors de l’achat et de la mise en œuvre du contrat qui lie les différents co-investisseurs. Chaque année, les honoraires de gestion locative et SCI s’élèvent à 10 % du montant total du loyer – avec un seuil minimum de 2 400 euros. Jean Roucher assure « ne pas avoir de concurrent direct » du fait d’un concept innovant, estimant qu’il est plus en concurrence avec les SCI et le livret A.

À Lire  ACHETER DANS UN NOUVEAU PROGRAMME