Incendies : quelles sont les garanties offertes par l’assurance habitation ?

Alors que des incendies se sont déclarés dans plusieurs départements français ces dernières semaines, les habitants des maisons endommagées doivent désormais contacter leur compagnie d’assurance pour savoir combien ils seront indemnisés. Tour d’horizon des différents éléments à prendre en compte.

C’est un problème qui touche malheureusement de plus en plus de Français. Depuis le début de l’été, les incendies persistent dans plusieurs régions de France, de la Gironde au Jura en passant par la Bretagne. Certains épisodes se sont propagés aux habitations situées à proximité de zones végétalisées, entraînant souvent des évacuations précipitées et des dégâts matériels.

Afin de limiter les dégâts, les habitants s’adresseront à leur compagnie d’assurance, mais le montant de l’indemnisation et même la possibilité de la percevoir est influencée par plusieurs critères. BFM Business passe en revue les différents points auxquels il faut être attentif pour bien réagir face à un sinistre.

Une assurance habitation facultative mais recommandée pour les propriétaires

Une assurance habitation facultative mais recommandée pour les propriétaires

Tout d’abord, il est important de garder à l’esprit que les incendies de forêt ne sont pas des catastrophes naturelles, car neuf cas sur dix sont d’origine criminelle ou accidentelle. Cependant, ils sont couverts par une assurance habitation. Cette assurance habitation est obligatoire pour les locataires et les copropriétaires, mais est facultative, bien que recommandée, pour les propriétaires habitant leur logement. En revanche, il ne prend en compte que les appartements et une souscription d’option est nécessaire pour couvrir toute infrastructure extérieure telle qu’une piscine.

À Lire  Assurance multirisque habitation : une légère hausse des tarifs 2022 | furet

Il est recommandé d’opter pour une assurance multirisque habitation incluant une couverture incendie et explosion. Cette garantie couvre tous les biens mobiliers tels que les meubles, les vêtements et les appareils électriques et électroménagers, ainsi que les dommages causés par la fumée et les services d’urgence. Ces éléments serviront de base à la compagnie d’assurance pour déterminer le montant du remboursement. Cependant, il peut y avoir des exclusions de la garantie, il est donc important de vérifier les clauses spécifiques du contrat.

Un délai de cinq jours ouvrés pour déclarer le sinistre

Un délai de cinq jours ouvrés pour déclarer le sinistre

Le résident doit signaler les dommages apparents à sa compagnie d’assurance dans les meilleurs délais, dans les cinq jours ouvrables. La prise de contact est possible par téléphone, via un formulaire que vous remplissez sur le site internet de la compagnie d’assurance, ou par lettre recommandée avec accusé de réception. La lettre doit comporter le numéro de contrat d’assurance habitation, la date du sinistre et une description du dommage causé.

Le résident doit donc veiller à conserver les objets brûlés et les photos des biens endommagés avec les reçus correspondants. Il peut également faire appel à des experts pour préparer des estimations pour le travail. En revanche, ces travaux ne doivent pas commencer avant qu’un expert mandaté par la compagnie d’assurance ne vienne constater les dégâts.

Débroussailler le jardin dans un rayon de 50 à 100 mètres autour de la maison

Débroussailler le jardin dans un rayon de 50 à 100 mètres autour de la maison

Plus précisément, l’expert a pour mission de s’assurer de la conformité des déclarations du résident avec le recensement. Le résident doit lui fournir un état des pertes, sur la base duquel il fondera son évaluation avant de lui adresser un rapport d’expertise. Dans ce cas, le résident peut demander un deuxième avis à ses frais.

À Lire  Télétravail : Se blesser à la maison reconnu comme un risque professionnel par les tribunaux allemands

Vient ensuite la partie qui intéresse le plus le résident : l’indemnisation. Tout d’abord, il faut tenir compte du fait que cela n’est pas automatique et dépend principalement du respect de certaines obligations. En ce qui concerne les incendies de forêt, il y a un élément dont les riverains doivent tenir compte : l’obligation de nettoyer leur jardin afin de prévenir le risque d’incendie d’une part et de faciliter l’intervention des pompiers en cas d’incendie accident d’autre part.

En France, le code forestier limite le déboisement à 50 mètres autour de la maison, si celle-ci est située à moins de 200 mètres d’une forêt ou d’un parc naturel. Cette distance peut être réduite à 100 mètres dans les zones à risque, comme les communes disposant d’un Plan de Prévention des Risques d’Incendie de Forêt (PPRIF).

Des aides provisoires rapides

Des aides provisoires rapides

Enfin, certains contrats d’assurance prévoient une intervention rapide en cas de sinistre. Ces mesures comprennent le versement d’une avance d’urgence pour assurer la réinstallation des résidents touchés et l’achat de produits de première nécessité. De même, les compagnies d’assurance proposent souvent des services d’assistance, qui peuvent inclure le nettoyage des locaux ou la réparation de certains biens mobiliers.