Internet, commerces, marchands de journaux : le CBD a toujours la cote

Début janvier, le Conseil d’État a autorisé la vente de fleurs et de feuilles de chanvre chargées de CBD. Les marchands de tabac utilisent cette plante pour s’adapter à la baisse des ventes de tabac face à la concurrence des magasins spécialisés.

« Il n’y a plus de verrou sur la distribution des produits au CBD », a déclaré en janvier à l’AFP Philippe Coy, président de la Confédération des bureaux de tabac. Le Conseil d’Etat, qui était saisi par différents acteurs du secteur en référé, a suspendu « provisoirement » l’interdiction gouvernementale du 30 décembre de la vente et de la consommation de fleurs de chanvre contenant du cannabidiol (CBD). Le Conseil d’État devait prendre une décision de fond dans un délai de six à dix-huit mois.

Plusieurs sites proposent la livraison de CBD à Paris, Lyon, Bordeaux ou encore Marseille… Mais le trading de CBD ne se fait pas qu’en ligne. En effet, en quelques années, 1 500 boutiques spécialisées dans la vente de cette substance extraite des fleurs de chanvre ont vu le jour sur le territoire. Ce sont toutes des entreprises qui vont respirer après l’annonce du Conseil d’Etat. Aurélien Delecroix, premier président de la Cannabis Association. «Nous étions désespérés et cela a remis en question toute l’industrie. L’horizon se dégage », s’est-il réjoui.

Les avis laissés sur les pages Google de ces magasins témoignent de la satisfaction des clients. C’est ainsi que l’habitué de l’enseigne installée dans le IVe arrondissement de Paris exprime sa satisfaction. « Les produits vendus dans ce magasin m’ont guéri des crises d’angoisse. Grâce à ça, je prends moins de médicaments aujourd’hui », raconte Jérôme* (prénom changé, ndlr).

Le CBD, 1 milliard d’euros par an

Le CBD, 1 milliard d’euros par an

Mais le CBD a également été installé dans 6 à 7 000 bureaux de tabac, sur un total de 23 500. Les vendeurs de tabac ne veulent pas reproduire la même erreur qu’avec la cigarette électronique. En fait, près de 70 % de ce marché était occupé par des magasins spécialisés. Car le marché du CBD est estimé à un milliard d’euros par an sur l’ensemble de la filière, de la production à la vente.

A titre de comparaison, ce montant correspond également aux ventes annuelles de journaux en France. Aujourd’hui, le chiffre d’affaires des produits de vapotage des buralistes s’élève à 220 millions d’euros. En ce sens, elle montre que la vente de ce produit non psychotrope dérivé du cannabis représente un gain financier non négligeable pour les buralistes.

Chanvre de la vallée d’Aoste

Chanvre de la vallée d’Aoste

Comme les magasins spécialisés, les buralistes profitent de la flexibilité légale pour vendre du CBD. Ces dernières années, les autorités françaises ont manifesté un certain scepticisme à l’égard de cette substance. En raison de cette forte méfiance, des dizaines de magasins ont été contraints de fermer. Mais aujourd’hui, les vendeurs de CBD ont une pause grâce à la réglementation européenne. A ce niveau, la vente de CBD est autorisée.

Éric Hermeline, buraliste à Cazaubon Barbotan (Gers), s’est organisé pour l’occasion. Le créateur du grossiste spécialisé Bural’zen et président des Buralistes est féroce, c’est un défenseur du CBD. Ill approvisionne déjà près de 3 000 buralistes en produits à base de CBD. Le chanvre est cultivé à Aoste en Italie et transformé à Pernes-les-Fontaines dans le Vaucluse.

À Lire  Haise : "J'espère ne pas trop saouler les joueurs !" »

Laisser un commentaire