Investissements locaux : ces SPI tournées vers les marchés internationaux

La diversité internationale des sociétés d’investissement dans le logement ne suffit pas à créer un bon produit.

Endommagées par leur succès, les sociétés d’investissement immobilier (SCPI) doivent regarder hors de nos frontières pour placer l’argent collecté auprès des épargnants. Ces produits de placement acquièrent et gèrent des immeubles locatifs et versent aux porteurs de parts leur part du loyer.

En 2019, le marché a attiré 8,6 milliards d’euros de chiffre d’affaires. Un enregistrement. La pandémie de Covid-19 a réduit le déficit des épargnants en 2020, mais les SCPI ont recommencé à fortement collecter en 2021, faisant chuter 7,4 milliards de dollars d’épargne.

Si l’argent coule, c’est parce que chaque année, les SCPI procurent un bon rendement : 4,45 % en moyenne en 2021, selon l’Association française des sociétés de placement immobilier (Aspim). « Si vous avez un produit qui a du succès, qui attire beaucoup de collections, vous devez investir sans polluer la rentabilité du produit, souligne Frédéric Puzin, président de Corum. C’est pourquoi, depuis 2011, avec notre SCPI Corum Origin, nous nous sommes donné la latitude d’investir à l’étranger, ce qui nous permet d’avoir une taille de marché profonde et d’autres solutions pour répondre à notre stratégie d’investissement. »

Cette stratégie a été suivie : en 2021, un tiers des acquisitions de SCPI ont été réalisées à l’étranger, selon Aspim ; et sur les sept nouvelles SCPI lancées sur le marché l’an dernier, trois étaient 100% importées, rapporte Linxea dans un article de l’Observatoire des SCPI de janvier : AEW Diversification Allemagne (AEW Ciloger), Cœur d’Europe (Sogenial), Sofidy Europe Invest. (Sofidie).

Des supports non exempts de risques

Des supports non exempts de risques

Mais l’opportunité de développement est importante, d’autant que les stocks immobiliers, acquis par le passé, sont encore franco-français. « Seuls 15% des actifs de la SCPI étaient placés à l’étranger fin 2020, ce qui représente 9 milliards d’euros, dont 43% en Allemagne, 18% aux Pays-Bas et 9% en Belgique, conquérant le monde », précise Marc Sartori, le fondateur. . de la société d’analyse Deeptinvest.

Les investisseurs qui choisissent ces produits investissent sur des marchés qui ne sont pas directement accessibles et peuvent diversifier leurs actifs. « Cela permet de réduire le risque car tous les pays ne sont pas dans la même économie, les mêmes bâtiments ou la même population, publie Jean-Marc Peter, directeur général de Sofidy, du groupe Tikehau Capital. Des biens achetés en Allemagne il y a dix ans, par exemple , a bénéficié de la hausse des loyers deux fois plus qu’en France. »

Il vous reste 53,41% de cet article à lire. Ce qui suit est réservé aux abonnés.

Vous pouvez lire Le Monde sur un appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

Parce que quelqu’un (ou vous) lit Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

Comment arrêter de voir ce message ?

En cliquant sur  »  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

À Lire  Pourquoi investir dans un programme neuf à Bagneux ?

Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera lié à ce compte.

Non. Vous pouvez vous connecter à votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais les utiliser à des moments différents.

Vous ne savez pas qui est quelqu’un ?

Nous vous conseillons de changer votre mot de passe.

Laisser un commentaire