La caisse maladie suisse a été critiquée pour avoir proposé une réduction de l’espérance de vie

L’assureur-maladie suisse Helsana AG a été critiqué cette semaine pour avoir offert une réduction de 10% aux membres de l’organisation Swiss Pro Life.

Des membres du Parti social-démocrate suisse ont écrit une lettre à la direction d’Helsana appelant l’entreprise à résilier ses contrats avec le groupe anti-avortement, dont les membres s’engagent à ne pas procéder à des interruptions de grossesse.

« En travaillant avec Pro Life, vous soutenez un mouvement qui s’attaque directement à ce droit fondamental et donc à la santé physique et mentale des femmes », lit-on dans la lettre, rédigée par les coprésidentes de SP Women Switzerland.

Un porte-parole d’Helsana a déclaré par e-mail que les remises offertes à Pro Life Suisse « n’ont aucun lien avec une renonciation à l’avortement signée volontairement, qui est purement interne à Pro Life et n’a rien à voir avec Helsana ».

« Helsana respecte les opinions politiques et religieuses de chacun de ses assurés », a déclaré le porte-parole Gaël Saillen. « Sa fonction est de rembourser les prestations médicales, ce qu’Helsana fait aussi pour l’IVG. »

L’avortement est légal en Suisse depuis 2002, lorsque les électeurs suisses ont approuvé une mesure visant à dépénaliser l’interruption de grossesse au cours des 12 premières semaines de grossesse.

En 2020, le taux d’avortement chez les femmes suisses était de 5,4%, selon l’Office fédéral de la statistique.

À Lire  Assurance auto et habitation : l'insurtech québécoise s'implante en Ontario

Laisser un commentaire