La dernière ligne droite pour réduire votre facture d’impôt

?

Publié le 19 novembre 2022

?

-&#xD ;

A&#xD ;

+&#xD ;

Les contribuables résidents fiscaux français et soumis à des impôts sur le revenu relativement élevés ont tendance à recourir à des astuces de défiscalisation bien rodées, comme l’emploi d’un travailleur à domicile ou l’investissement dans des PME.

1) Les dons aux œuvres

Bien que d’importantes économies d’impôt sur le revenu soient possibles, ces niches fiscales sont plafonnées à 10 000 € par an (18 000 € dans certains cas).

Cette limite peut être atteinte rapidement si le contribuable a des revenus plus ou moins importants.

Il existe des dispositifs, parfois méconnus, qui permettent de percer le plafond des niches fiscales.

Voici cinq façons intéressantes d’obtenir une exonération fiscale de fin d’année.

Si un contribuable fait un don à une association qui vient en aide aux personnes dans le besoin ou à un organisme qui vient en aide aux victimes de violences conjugales, il bénéficie d’une réduction d’impôt de 75 % dans la limite de 1000 euros (article 200, 1 ter du CGI). La limite est de 554 euros pour les dons au service.

Par exemple, si un contribuable fait un don de 1 000 euros aux Restos du Cœur, cela ne lui coûte en réalité que 250 euros, compte tenu du crédit d’impôt.

2) Le recours au plan d’épargne retraite

De plus, le don qui dépasse 1000 euros ne sera pas perdu. En effet, elle peut entraîner une réduction d’impôt de 66% dans la limite de 20% du revenu imposable du foyer fiscal (article 200, 1 et 1bis du CGI).

Ainsi, si le contribuable fait un don de 1 500 euros aux Restos du Cœur, il peut bénéficier d’une réduction d’impôt totale de 1 080 euros (1 000 x 75 % + 500 x 66 %).

Si le montant des dons éligibles dépasse 20 % du revenu imposable du budget des impôts, la partie excédentaire peut être déduite de l’impôt sur le revenu dans les cinq années suivantes.

À Lire  Comment investir dans l'immobilier tokenisé ?

Afin d’éviter une éventuelle remise en cause de la réduction d’impôt, il convient de s’assurer que les travaux sont effectivement éligibles au dispositif.

Le Plan d’Epargne Retraite (PER) a la particularité de pouvoir réduire l’assiette de l’impôt sur le revenu (article 163 quatervicies du code général des impôts).

Les versements volontaires à un PER sont déduits du revenu imposable de l’année d’imposition.

Ainsi, si un contribuable est imposé à 30 % et paie 10 000 € sur un PER, il peut réduire sa base imposable de 3 000 € (10 000 x 30 %).

3) La déduction des déficits fonciers

A noter que l’épargne reste bloquée jusqu’à la retraite (sauf en cas de déblocage anticipé, comme l’acquisition d’une résidence principale).

En 2022, le plafond déductible correspond soit à 10 % des revenus d’activité professionnelle (hors charges) du budget des impôts de l’année N-1 (plafonné à 32 909 euros) soit, s’il est moins cher, à la somme de 4 114 euros.

Il convient de souligner que le P/E n’est vraiment pertinent que pour les contribuables lourdement imposés qui s’attendent à ce que leur revenu diminue à la retraite.

Un impôt est prélevé sur les montants déduits du revenu imposable au moment du départ, calculé sur la base du taux d’imposition du budget fiscal à ce moment-là.

Un déficit financier peut être imputé sur l’ensemble des revenus du foyer fiscal dans la limite de 10 700 euros par an (article 156, I, 3° du code fiscal).

Les travaux d’entretien et de réparation peuvent être déduits du revenu foncier de l’année, créant un déficit foncier qui peut être inclus dans le revenu total.

Il peut donc être judicieux d’investir dans des appartements locatifs à rénover. Cela neutraliserait non seulement la taxation des loyers, mais réduirait également le revenu total jusqu’à 10 700 euros.

4) Les dispositifs Malraux et Monuments Historiques

Si le montant du déficit patrimonial dépasse le seuil de 10.700 euros, il peut être imputé sur les revenus patrimoniaux des dix années suivantes.

À Lire  Immobilier Saint-Malo : Les petites surfaces bien situées flirtent avec la barre des 6 000 euros le mètre carré - MySweetimmo

Pour s’appliquer, ce régime exige que le bien sur lequel les travaux sont exécutés reste loué jusqu’au 31 décembre de la troisième année suivant celle au cours de laquelle le déficit foncier est imputé sur le revenu total.

Il est à noter que la pratique de la déduction des déficits immobiliers fait l’objet d’un contrôle minutieux de la part des autorités fiscales lors des contrôles. Certaines dépenses ne sont pas déductibles des revenus du patrimoine (ex : travaux d’extension, de construction ou d’aménagement).

En tout état de cause, ce dispositif ne doit pas avoir une vocation première ou exclusivement fiscale et doit s’inscrire dans une véritable stratégie patrimoniale.

Le plan d’investissement des monuments historiques consiste à acquérir un bien immobilier d’exception, à le mettre en location et à déduire les charges liées à ce bien immobilier.

Les dépenses (par exemple les travaux d’entretien ou de réparation) peuvent être imputées sur les revenus fonciers issus de la location et, en cas de manque à gagner, sur les recettes totales du budget fiscal sans limitation de montant (art. 156 al. 3°-al. 1, 156, II-1° ter et 156 bis du code général des impôts).

5) La déduction de la pension alimentaire

En contrepartie, le contribuable doit s’engager à conserver le bien pendant au moins 15 ans. De plus, certaines conditions doivent être respectées.

Dans le cadre de l’investissement immobilier Malraux, le contribuable peut bénéficier d’une réduction d’impôt sur le revenu en cas de réaménagement du bien, qui doit être situé en zone protégée (art. 199 tervicies du Code Fiscal).

La réduction d’impôt peut être de 22 % ou de 30 % (selon les secteurs), calculée sur le montant des charges de main-d’œuvre réalisées dans la limite de 400 000 euros sur une période de quatre ans.

En contrepartie, le bien doit être loué pendant au moins 9 ans.

Lorsqu’un contribuable vient en aide à un enfant nécessiteux qui ne fait pas partie de son foyer fiscal, les sommes effectivement versées à titre de pension alimentaire sont déductibles du total des revenus (article 156, II, 2° du CGI). .

En contrepartie, l’enfant doit déclarer la pension.