La location de matériel de sport, nouveau créneau de la marque Decathlon – Edition du soir Ouest-France – 25/0

C’est encore en phase pilote, mais au magasin Decathlon en Belgique, ça a l’air de bien avancer. En effet, il est désormais possible d’y louer des vélos, du matériel de camping, des raquettes de tennis ou encore des tapis roulants, pour une somme modique.

Imaginons, vous décidez un bon jour d’aller faire un tour sur la rivière avec un stand up paddle gonflable (une planche qui permet de naviguer debout avec une pagaie). Et si, au lieu de l’acheter pour 770 $, de l’utiliser une ou deux fois avant de finir au garage pendant les six prochains mois, vous pouviez l’utiliser pour seulement 17 $ par jour ? Alors dans ce cas, l’idée de la marque de sport Decathlon fera certainement des heureux.

« Avantages pour les deux parties »

Expérimenté depuis plus d’un an et demi en Belgique, à une autre échelle, ce service est devenu national depuis début mai. « Certains sports sont très saisonniers, donc l’équipement de gym ne sort qu’une ou deux fois au maximum. Parfois les gens veulent essayer un sport, acheter du matériel et finalement ça ne leur convient pas. Nous pensons que cela pourrait et devrait être fait différemment », a déclaré Quentin Goffart, responsable de la location chez Decathlon Belgium, dans un communiqué, évoquant le « pas nécessaire vers une économie circulaire » dans « un monde de plus en plus sous la pression de la surconsommation ». plutôt que la possession.

Dès lors, l’idée est simple : louer du matériel de sport à moindre coût, venir le chercher en magasin ou se le faire livrer, utiliser et profiter du produit, et enfin le rapporter en magasin. Par le sous-traitant, le produit est ensuite inspecté, nettoyé et réparé si nécessaire. « Le modèle est gagnant-gagnant pour les deux parties. « Les consommateurs ne paient qu’à l’usage, alors que les produits peuvent être débités par nous », poursuit Quentin Goffart. Par exemple, un vélo de 600 $ peut être amorti sur six mois, lorsque six personnes différentes louent un vélo pendant un mois. Ceux qui louent n’ont pas à se soucier des frais de réparation ou d’entretien. De plus, vous êtes toujours à jour avec les derniers équipements sportifs. »

À Lire  Travailler les trapèzes en musculation : les meilleurs exercices

Plus : abonnement mensuel

Sur un site internet spécialisé dans les économies responsables et durables, Sébastien Usher, chef de projet développement durable chez Decathlon, souligne également : « Nous accélérons très fortement dans la location mais les chiffres varient beaucoup d’un magasin à l’autre. En Belgique, la généralisation des locations, et son extension à 3 000 produits (camping, fitness, alpinisme, sports nautiques, raquettes, etc.), propose une composante « abonnée », « décente et rentable », selon Sébastien Usher pour tous les services de loisirs comme la musique, les films et séries, les salles de sport, etc. .

Une idée confirmée par une enquête menée par une marque belge qui indiquait, entre autres, qu’un Belge interrogé sur trois serait intéressé par un système d’abonnement, un intérêt croissant chez les jeunes. Là aussi, un concept testé depuis plusieurs mois dans le Plat pays et qui coûtera entre 20 et 80 € par mois selon la formule choisie et la gamme de produits souhaitée. Par exemple, pour un produit acheté plus de 2000 euros, l’abonnement est de 80 euros. Idéal pour une variété de plaisirs sportifs saisonniers.

Le magasin français Decathlon est loin de ce que ses voisins belges ont à offrir. Même si aujourd’hui, il est encore possible de louer un vélo enfant (de 2 à 12 ans) jusqu’à une vingtaine d’euros par mois, dans le cadre d’un abonnement sans engagement, voire un kit musculation (mobilier plus conseils d’entraîneurs partenaires) . Le succès d’un test bien lancé et développé en Belgique pourrait certainement encourager les marques françaises et proposer davantage de produits en location et en abonnement.

À Lire  Musculation : 6 conseils d'expert pour sculpter un dos fort et volumineux

Laisser un commentaire