Maison de Georges Clemenceau, un havre de paix à Saint-Vincent-sur-Jard

A Saint Vincent sur Jard, il y a un château, comme le surnomme son célèbre locataire, Georges Clemenceau. C’est là qu’il fait face à l’océan Atlantique, où il choisit de se réfugier l’été après avoir terminé sa carrière politique. Lieu de vie et de création, la maison, rapidement acquise par le Centre des Monuments Nationaux après sa mort, n’a pas changé. Un véritable voyage dans le temps qui attire chaque année plus de 17 000 visiteurs.

Clémenceau et la vie politique parisienne

Clémenceau et la vie politique parisienne

L’ancien ministre français Georges Clemenceau, surnommé « Tigre » en raison de ses activités politiques, est l’une des personnalités les plus marquantes de l’histoire de la Troisième République. Les leaders radicaux et anticoloniaux sont partis, et c’est à cette politique républicaine guerrière de Jules Ferry que l’on suit le célèbre livre J’accuse d’Emile Zola. À partir de 1896, il habite une belle maison parisienne du 16e arrondissement de Paris, qui deviendra également un musée à sa mort. Mais après une longue carrière politique, il décide de se retirer de la vie publique en 1919, mettant fin à sa carrière avec la signature du traité de Versailles.

Il quitte alors un temps Paris et choisit de louer une petite maison de pêcheur dans son pays vendéen, à Saint Vincent sur Jard. Cet endroit paisible au sommet du cratère au bord de la mer est devenu son refuge de la capitale aux beaux jours, pour le reste de sa vie.

Un retour aux sources dans sa Vendée natale 

Un retour aux sources dans sa Vendée natale 

Il a emménagé dans cette maison locale blanche et bleue à l’âge de 79 ans, désireux de retourner à ses racines et de profiter de la vie sans attaches. Après avoir vécu une vie pleine de plaisirs et de nombreux voyages qu’il continuera à faire jusqu’à ce que sa santé ne le lui permette plus, il choisit finalement de vivre une vie « simple » dans cette petite maison 5 pièces qui lui faisait très mal.

À Lire  Comment faire son premier potager ? Tous les conseils des jardiniers amateurs de l'association des jardins fam

Il est difficile de croire que dans cette belle maison à un étage, qu’il appelait affectueusement ma chambre, il avait des invités intéressants tels que Pétain, le prince héritier du Japon et son meilleur ami Claude Monet, qu’ils l’ont aidé à créer. jardin pour cette maison.

Dans cet espace, loin de tout, il vit au calme, et profite de la magnifique vue mer de toutes les pièces de la maison. Il y a également déplacé tous ses meubles afin de pouvoir profiter à tout moment de la belle vue sur la mer. Il se leva de la fenêtre du lit pour penser à dormir.

Malgré sa retraite, il reste une figure importante de l’espace et, pour marquer sa présence dans la maison, il érige un mât pour élever les koinoboris donnés par l’empereur du Japon. Un drapeau en forme de carpe qui apporte chance et bonheur à son propriétaire. Un objet de décoration qui exprime toute la passion de cette personne pour les voyages et notamment pour la culture et l’art asiatiques, dont les objets de décoration sont nombreux dans la maison. Une empreinte, la tête d’un crocodile du Nil, un bouclier en cuir provenant directement du Soudan, la peau d’un sanglier qu’il chassait lui-même, un grand nombre de bouddhas… les bijoux témoignent de la passion de Tigre pour les voyages et la découverte de nouvelles cultures.

Il dispose également d’une halle d’été construite avec le luxe des maisons bourgeoises du XIXe siècle, qui contraste avec la simplicité de l’espace de vie principal. Celui-ci a été conçu comme un lieu d’accueil pour les invités, l’intérieur de la maison étant réservé à quelques-uns, comme son ami d’enfance Claude Monet. Et c’est avec l’aide de ce dernier que Clémenceau parvient à cultiver le jardin qui l’inspire sur ce sol sablonneux.

À Lire  Quelles corvées de jardinage dois-je absolument faire avant Noël ?

Sa « plantation », comme il aime l’appeler, a demandé des années de travail acharné à parler à un ami artiste pour obtenir des graines, des boutures et des conseils de jardinage. C’est aussi grâce aux nombreuses lettres entre ces deux amis que ce jardin a été recréé en 2006. Loin des jardins à la française, la végétation donne ici l’impression d’une croissance naturelle, dans son état d’origine. Pourtant, il aura fallu moins de 3 ans à Clémenceau pour arriver à ce résultat impressionnant.

A sa mort en 1929, comme son appartement parisien, sa petite grange est conservée en l’état et devient un musée local de tous les souvenirs de ce grand personnage. Grâce à de nombreuses publications, les visiteurs en ont appris un peu plus sur Clémenceau, quelques visages qui peuvent surprendre ! Et pour agrémenter encore plus l’expérience de plongée, il est possible de visiter la zone en réalité virtuelle grâce à l’application SKYBOY. Un voyage dans une sorte entre réel et virtuel, pour découvrir l’intimité de Georges Clemenceau et son quotidien dans sa maison de vacances. Alors, si vous êtes de passage en Vendée, n’hésitez pas à visiter ce lieu bucolique chargé d’histoire, de vraies vacances dans le temps !

A lire aussi : Sur les pas de Victor Hugo à Paris // Claude Monet : le chemin de sa vie sur les bords de Seine

Laisser un commentaire