L’assurance maladie a annoncé une augmentation de salaire…

Dans un communiqué publié le 14 décembre, l’Assurance maladie a annoncé la signature le 12 décembre d’un avenant entre l’Association nationale des caisses d’assurance maladie (UNCAM) et l’Association nationale des sages-femmes du travail (UNSSF).

Cet avenant à la Convention nationale, signé après des mois de discussion, vise à définir et promouvoir le métier de « Sage-femme » mais aussi à améliorer la situation des sages-femmes qui accompagnent les femmes lors de l’accouchement dans les maternités ou ailleurs. Je loue des plateformes technologiques dans des centres de santé. Le texte prévoit un complément de salaire de 8 000 sages-femmes flexibles, ce qui représente une enveloppe totale de 23 millions d’euros.

Le document rappelle également que pour renforcer la coordination des soins par rapport au médecin qui prend en charge la patiente, pendant sa grossesse et après celle-ci, les femmes enceintes ont la possibilité de divulguer le nom de la sage-femme à l’Assurance maladie. Cette nouvelle pratique de sage-femme est l’occasion de coordonner et de planifier le parcours des femmes enceintes tout au long de leur grossesse et après l’accouchement et garantit ainsi la relation à la sortie de la salle d’accouchement.

Le texte décrit en détail les objectifs de la sage-femme :

De plus, dans le processus de déploiement des maisons de naissance et la nécessité pour les agences gouvernementales d’offrir aux femmes enceintes une variété de soins et de traitements pour les femmes enceintes au-delà de l’accouchement habituel en salle d’accouchement, l’agrément de a été signé et bonifié. l’intervention de sages-femmes flexibles qui réalisent des accouchements dans des maternités ou en cours d’embauche de plateaux techniques dans des centres de santé, assurant ainsi la prise en charge de la femme tout au long de la période d’étude.

À Lire  Santé. Méthode : le vaccin contre la grippe saisonnière a été instauré pour les plus vulnérables

Cet accord stipule qu’une sage-femme libérale désignée comme porte-parole des patients peut percevoir une rémunération de 45 euros par grossesse.

L’entente prévoit les mesures d’évaluation suivantes :

Ces dispositions financières s’appliqueront 6 mois après la mise en place de la réforme, soit en tout cas à partir de juillet 2023.