L’Assurance maladie sélectionne 6 nouveaux services numériques pour « Mon espace santé »

Préparer une hospitalisation directement à domicile et en quelques clics grâce à DigiHOSP, prendre rendez-vous pour une consultation physique ou vidéo avec un professionnel de santé avec Doctolib ou encore suivre l’état de santé de votre enfant avec l’aide de professionnels grâce à l’application Malo ? Voici trois nouveaux services numériques sur six qui viennent d’être ajoutés au catalogue spécial dans mon espace santé, qui en compte désormais 18, un mois après son ouverture. Gratuits ou payants, issus d’acteurs publics ou privés, dans le domaine de la santé ou du bien-être, d’autres les rejoindront bientôt.

18 services numériques au service de la santé

Ce catalogue d’applications et de sites a en effet été ouvert début novembre pour aider les Français à identifier les services auxquels ils peuvent se référer dans le cadre de leur santé. La prise de rendez-vous médical, la mesure quotidienne de la tension artérielle ou du poids, le suivi des maladies chroniques ou encore l’accès au portail patient d’un établissement de santé sont accessibles à tous. Tous les services référés doivent respecter plus de 150 exigences d’interopérabilité, de sécurité et d’éthique de la doctrine de la santé numérique, définies par l’Agence de la santé numérique (ANS).

La prochaine ouverture aux échanges de données

Nouveauté 2023 pour les 65,4 millions d’utilisateurs qui ont un profil de mon espace santé pourront échanger les données et services répertoriés dans le catalogue. Concrètement, il peut choisir de stocker ses données et informations dans son espace à partir de différentes sources telles que des applications, des sites, des dispositifs médicaux, des objets connectés ou inversement de les partager avec les services numériques du catalogue. l’autorisation de l’utilisateur avant d’être requise.

Mon espace santé

Tous ces nouveaux services numériques viennent enrichir My Health Space, une plateforme testée par le ministère de la Santé et de la Prévention et de l’Assurance maladie depuis 2022. Ce nouveau dossier de santé numérique concerne tous les Français qui ne sont pas opposés à la création d’un espace après communication. campagne basée sur le principe de l’opt-out. Avec moins de 2% de refus, la quasi-totalité des personnes couvertes par le régime français d’assurance maladie peut donc recevoir un document ou un message de santé après une consultation, une hospitalisation ou un examen de santé. L’idée est de ne plus perdre vos documents de santé importants et de les partager plus facilement avec l’équipe soignante.

À Lire  Santé. Méthode : le vaccin contre la grippe saisonnière a été instauré pour les plus vulnérables

600.000 nouveaux usagers par mois

Fin octobre 2022, 7,2 millions de personnes avaient activé le service à raison de 600 000 nouveaux utilisateurs par mois. Une tendance encourageante qui devrait s’accélérer grâce à la fourniture automatique des dossiers médicaux par les établissements de santé et les professionnels lors de la mise à jour des logiciels métiers, financée par le Ségur du Numérique. Depuis un an, le flux de documents de santé envoyés aux patients dans Mon Espace Santé a été multiplié par dix et la dynamique se poursuit. La santé numérique, dotée de deux milliards d’euros financés par l’Union européenne, vise à pallier le retard national dans le partage des données de santé pour améliorer la santé des citoyens, le quotidien des professionnels et l’efficacité du système de santé. .