Les avantages des banques américaines chutent comme égaux Remplissez l’oreiller de perte dans l’insécurité -FDIC

Les bénéfices des banques ont chuté de 22,2% par rapport au premier trimestre 2021, les banques disposant de plus de 10 milliards de dollars d’actifs mettant davantage de fonds de côté pour se couvrir contre les pertes sur prêts.

« Les pressions inflationnistes, la hausse des taux d’intérêt et l’incertitude géopolitique pourraient entraver la rentabilité des banques, affaiblir la qualité du crédit et réduire la croissance des prêts », a déclaré Martin Gruenberg, président par intérim de la FDIC, dans un communiqué.

Les bénéfices des banques ont atteint des niveaux record au début de 2021, car l’impact réduit de la pandémie de COVID-19 a entraîné une reprise de la croissance économique et a permis aux banques de réduire les énormes réserves pour pertes sur prêts qui s’étaient formées au début de la pandémie.

Mais les gains ont grimpé en flèche à mesure que les banques deviennent moins agressives dans la réduction de ces coussins, tandis que certains grands prêteurs se retirent et les accumulent, réduisant potentiellement encore plus leurs bénéfices.

Au cours du premier trimestre 2021, le secteur a réduit les provisions pour pertes sur prêts de 14,5 milliards de dollars, mais a commencé à les augmenter de 5,2 milliards de dollars au premier trimestre de cette année.

Cette croissance des réserves a été principalement tirée par les grandes banques avec plus de 10 milliards de dollars d’actifs, car seulement 25% de toutes les banques ont déclaré des provisions pour pertes sur prêts plus élevées, a indiqué la FDIC.

JPMorgan Chase & amp; Co., Goldman Sachs Group Inc. et Citigroup Inc. combinés, par exemple, ont investi 3,36 milliards de dollars en réserves pour pertes sur créances au premier trimestre de cette année, ont indiqué les banques.

À Lire  L'édition PlayStation 5 standard est de retour en stock chez Rakuten au meilleur prix !

Cependant, l’industrie a déclaré que le solde des prêts avait encore augmenté de 1 % au premier trimestre, principalement en raison de l’augmentation des prêts commerciaux et industriels. Et les soldes des prêts non courants ont continué de baisser, chutant de 4,5 % au premier trimestre pour atteindre un taux de prêt non courant de seulement 0,84 %.