Les États-Unis prennent des mesures pour clarifier la comptabilité de Bitcoin (BTC) et Ethereum (ETH)

Le Financial Accounting Standards Board (FASB) des États-Unis établit actuellement des règles comptables claires pour les actifs numériques et a indiqué quels actifs seront inclus dans l’application appropriée. Pour l’instant, les NFT et certains stablecoins resteront en dehors de son champ d’application.

Après avoir été sollicitée pendant plusieurs années par des entreprises et des investisseurs pour prendre position sur la façon de stocker les actifs cryptographiques, l’organisation a ajouté ce projet à sa liste de priorités en mai dernier. Et mercredi, le FASB a révélé quels actifs seront inclus dans les règles à venir, a rapporté le Wall Street Journal.

Bien que des actifs cryptographiques majeurs tels que Bitcoin (BTC) et Ethereum (ETH) soient déjà inclus dans le projet, la base de données pour les NFT et certains stablecoins (non confirmés) continueront de poser des défis aux entreprises qui investissent dans ces actifs. À ce jour, ces investissements ont été largement comptabilisés sur la base d’actifs incorporels, tels que le site Web et quatre marques, avec l’utilisation de directives non contraignantes publiées par l’Association of International Certified Professional Accountants (AICPA).

Le FASB prévoit d’achever ses premières discussions sur le projet de cryptographie d’ici la fin de l’année, lorsque le conseil d’administration du secteur des entreprises pourra voter ou publier une proposition, selon un porte-parole.

Susan Cosper, membre du FASB, a défendu la décision d’exclure les NFT, affirmant que cela pourrait ralentir l’achèvement du projet. Il a dit, « ce n’est pas un problème technique ou important à ce stade » et « c’est certainement un problème sur lequel nous pouvons nous concentrer plus tard si nécessaire ».

Suivez nos liens d’affiliés:

Pour investir dans le minage de cryptomonnaies ou les masternodes :

Collecter des pièces en jouant :

Restez informé dans notre newsletter hebdomadaire et nos réseaux sociaux :

Laisser un commentaire