Les soldes d’été : 30% des soldes sont une véritable « bouffée d’oxygène ».

A la veille du dernier week-end des soldes d’été, le Syndicat des indépendants neutres (SNI) et l’Union des classes moyennes (USM) se disent « satisfaits » vendredi à travers des communiqués séparés. Pour le NUS, il s’agit de « la meilleure période de ventes depuis 2019 ». « Les stocks restants de la collection d’été sont presque épuisés, ce qui n’était pas arrivé depuis le début de la pandémie. Il convient toutefois de noter que les commerçants ont bien sûr réduit leurs commandes. »

Le NUS évalue donc une hausse des ventes de près de 30% par rapport à l’an dernier et parle d’une « bouffée d’oxygène » dans un secteur dont « la situation reste néanmoins incertaine ».

Le SNI, qui a mené une enquête auprès de ses adhérents, précise qu’un tiers d’entre eux sont revenus au niveau de 2019, soit avant la crise sanitaire. « Le premier week-end avait été très bon et les semaines suivantes ont été plutôt positives. Donc, les stocks sont désormais bien vidés », explique-t-il.

Les deux organisations considèrent que la météo a joué un rôle favorable pour cette période de soldes d’été. « La stabilité des prix dans les secteurs de la chaussure et de l’habillement » a également eu un impact positif selon le NUS.

Mais les deux organisations avertissent également que cela n’élimine pas les problèmes du secteur. « Il n’y a aucun signe que l’inflation va ralentir, la pression sur le pouvoir d’achat va rester forte. Les commerçants ont donc de fortes craintes que les clients restent chez eux et thésaurisent, une tendance qui commence ailleurs à se voir », souligne le SNI.

En Flandre, les détaillants de mode indépendants n’ont vendu en moyenne que 1% de moins pendant les soldes d’été par rapport à la même période en 2019, c’est-à-dire avant la crise, déclarent Mode Unie, la fédération des détaillants de mode indépendants, et l’organisation patronale flamande Unizo à la suite d’une enquête conjointe.

Laisser un commentaire