L’inflation pourrait grimper à 7% cet été, selon Michel-Edouard Leclerc

Michel-Édouard Leclerc, président du comité stratégique des centres Leclerc était l’invité de Renaud Blanc dans la matinale de Radio Classique. Il a exprimé une vive inquiétude au sujet de l’inflation, estimant qu’elle pourrait grimper à 7% cet été. Il note aussi un changement de comportement de ses clients, qui cherchent davantage les promotions.

Les clients regardent davantage les promotions et achètent en priorité des premiers prix ou des marques de distributeurs

Les clients regardent davantage les promotions et achètent en priorité des premiers prix ou des marques de distributeurs

L’INSEE prévoit une inflation à 5,4% en juin, et « le pire est devant nous ». La formule du ministre de l’Economie Bruno Le Maire répond à l’analyse faite par Michel-Edouard Leclerc, qui décrit ainsi la situation : « nous sommes au milieu du gué et l’eau commence à monter ». Il estime que l’inflation pourrait même grimper à 6 ou 7 % cet été. Une situation plus inquiétante est que les effets de la guerre en Ukraine ne se sont pas encore fait sentir : « la première vague d’inflation dans les magasins français a eu lieu en octobre/septembre », selon Michel-Edouard Leclerc, liée aux effets de l’Egalim 2. destiné notamment à payer le juste prix aux producteurs. A cela s’ajoutent les intempéries, notamment pour le blé, et le retour de la grippe aviaire.

À Lire  La Xbox Series S est en vente chez Micromania

Dans ce contexte de hausse des prix, le rythme des courses a changé, explique Leclerc, responsable des magasins : « la consommation est beaucoup plus irrégulière, les paniers sont plus petits, autour de 40 euros, plutôt que 70 euros et les visites fréquentes ». Cela indique également que les clients se tournent davantage vers les promotions et achètent en priorité des prix supérieurs ou des marques privées. « C’est terre-à-terre », poursuit Michel-Edouard Leclerc. Il souligne que le bio est particulièrement touché par ces changements d’habitudes, et que les consommateurs « découvrent qu’acheter un produit bio coûte 50% plus cher qu’un produit naturel ». Dernier phénomène marquant remarqué par le président du comité stratégique des magasins Leclerc, les clients achètent dans plusieurs enseignes, pour profiter des promotions chez Lidl, Intermarché, Action ou Leclerc.

Trouver l’invité le matin

Retrouvez l’invité de la matinale