L’infusion du soir aide-t-elle vraiment à s’endormir ?

Il y a du café le matin pour vous réveiller et de la tisane le soir pour vous aider à vous endormir. Valériane, verveine, CBD… ces plantes tiennent-elles vraiment leurs promesses ? Trois spécialistes du sommeil répondent.

Image de la tête blottie contre l’oreiller sur un fond étoilé et bleu marine, promesses de nuits « tranquilles » et « relaxantes »… Les sachets de tisanes du supermarché sont souvent présentés comme de véritables alliés du sommeil. Pur produit de phytothérapie, ils contiennent, selon les marques, différentes plantes aromatiques dont les principes actifs favorisent l’endormissement et préviennent les réveils nocturnes. Mais qu’est-ce que c’est vraiment ?

En vidéo, cinq signes qui montrent que vous êtes en dette de sommeil

A lire aussiComment choisir la mélatonine, la béquille de certains face aux troubles du sommeil ?

Peu de preuves scientifiques

Houblon, fleur d’oranger, camomille, verveine, lavande, marjolaine, passiflore, tilleul… Ces plantes entrent dans la composition de la plupart de nos infusettes mais aucune étude scientifique rigoureuse n’a encore montré leur efficacité sur le sommeil, confirme Nicolás Authier, psychiatre et pharmacologue (1). « Aucun somnifère n’a été développé à partir de ces substances car il n’y a pas suffisamment de preuves », dit-il. La tisane, comme tous les autres produits à base de plantes, est basée sur des études d’observation et non sur de véritables évaluations scientifiques.

Les essais cliniques les plus aboutis, mais avec un « niveau de preuve très faible » à venir, concernent la lavande, l’eschscholtzia (surnommée le pavot de Californie), et la valériane, rapporte Patrick Lemoine, psychiatre du sommeil (2). « Il est suggéré que ces plantes stimuleraient l’activité des neurotransmetteurs GABAergiques, également appelés GABA. Ceux-ci jouent un rôle dans notre activité nerveuse et « ralentissent » notre cerveau, ce qui peut aider à s’endormir », précise le médecin.

À Lire  Chanvre/CBD : le Sénat vote à la majorité dans la promotion du secteur

Il est suggéré que ces plantes stimuleraient l’activité des neurotransmetteurs GABAergiques, qui jouent un rôle dans notre activité nerveuse et « ralentissent » notre cerveau.

Seul bémol (et pas des moindres), la plante la plus étudiée et « très moyennement efficace », la valériane, « sent vraiment les pieds », nous apprend le Pr Pierre Philip, chef du service universitaire de médecine du sommeil au CHU de Bordeaux. (3). Il faut donc être suffisamment motivé pour le consommer sous sa forme brute. »

Effet placebo

Si le principe actif de la tisane n’altère pas la qualité de nos nuits, les professionnels de santé n’écartent pas un potentiel « effet placebo ». « Si le consommateur est plus sensible au caractère naturel des produits issus de la plante, il croira davantage à leur efficacité », observe le psychiatre et pharmacologue Nicolas Authier. C’est notamment le cas des tisanes au CBD, qui font des émules chez les fous de l’oreiller. « Son action anxiolytique n’a pas encore été démontrée, surtout à faible dose comme celles contenues dans les tisanes. Ici, l’effet placebo fonctionne pour certains, car il est renforcé par la commercialisation du « cannabis du bien-être », souligne le professionnel de santé.

A lire aussiEfficacité, légalité, risques… Ce qu’il faut savoir avant d’essayer le CBD

Outre cet effet placebo, il ne faut pas non plus oublier que l’infusion du soir fait partie intégrante d’un rituel relaxant avant d’aller se coucher. « Boire de la tisane, comme lire dans le salon avant de se coucher, fait partie des stratégies calmantes qui peuvent aider à réduire l’anxiété pré-sommeil, lorsqu’elle est présente », rapporte le spécialiste du sommeil Pierre Philip. « En ritualisant ce moment, il est possible de créer un attachement cognitif rassurant. A long terme, on en consomme surtout par besoin de tranquillité d’esprit », poursuit Nicolas Authier.

A long terme, nous le consommons principalement par besoin de tranquillité d’esprit.

À Lire  Fleurs CBD interdites, le niveau maximum de THC passe à 0,3%

Si l’effet placebo fonctionne, attention à ne pas tout miser, insiste le Pr Pierre Philip. Selon le médecin, la tisane peut fonctionner les premières nuits mais c’est toujours un pansement sur une jambe de bois. « Une étude récente montre que 71 % des Français se plaignent de leur sommeil. En cause : une augmentation spectaculaire depuis le premier confinement des troubles du sommeil et une variation massive de la durée du sommeil entre la semaine et le week-end. »

A lire aussiQue faire pour se rendormir après s’être réveillé au milieu de la nuit

En général, à la place des tisanes ou de toute autre substance, le spécialiste insiste sur l’importance de mettre en place une hygiène de sommeil rigoureuse, c’est-à-dire de se lever à la même heure, tous les jours, y compris les week-ends, et la mise en place de stratégies d’apaisement non pharmacologiques. , comme les exercices de cohérence cardiaque, de relaxation ou de sophrologie.

Zéro liquide avant le coucher

En remplissant notre vessie avant d’aller se coucher, l’infusion peut aussi avoir un inconvénient majeur et « provoquer des soulèvements nocturnes », explique le psychiatre Patrick Lemoine. En général, plus vous approchez de l’heure du coucher, plus vous devez modérer tous vos apports en liquides, y compris les tisanes et l’eau. Sans compter que le phénomène s’amplifie avec le temps. Comme l’explique le psychiatre, « quelle que soit la physiologie individuelle, plus on vieillit, plus le volume de la vessie se contracte, entraînant des pulsions nocturnes plus pressantes, surtout chez les hommes ».

(1) Docteur, ça fait mal de dormir, de Patrick Lemoine, Éditions Odile Jacob, 256 pages, 21,90 € (2) Le petit livre du CBD, de Nicolas Authier, Éditions First, 160 pages, 2,99 €.(1) Apprendre à Dormir à nouveau pour être en bonne santé, de Pierre Philip, Éditions Albin Michel, 208 pages, 19,90 €.

En vidéo, réveil nocturne : quatre astuces pour retrouver le sommeil