Logement : la FNAIM obtient partiellement gain de cause

Le président nouvellement élu de la FNAIM, l’autorité nationale du logement, Loïc Cantin, a soulevé les inquiétudes des participants lors de la session plénière du Conseil fédéral qui s’est tenue à Paris le 6 décembre. Il s’agissait de sa première rencontre officielle avec le sous-ministre de la Ville et du Logement, Olivier Klein. Le temps est important : il y a une semaine, Olivier Klein lançait la section « logement » du Conseil national de l’économie, dont la FNAIM est partie prenante. Le 6 décembre, son nouveau président a présenté ses propositions pour éliminer les goulots d’étranglement et les problèmes identifiés par les experts du secteur, dans « des temps difficiles qui ne traversent pas le marché immobilier ». « L’enjeu est d’éviter une crise du logement qui serait une bombe sociale et économique », a déclaré Loïc Cantin.

Parmi les principales préoccupations, l’inflation et la hausse des taux d’intérêt érodent le pouvoir d’achat – y compris immobilier – des Français. La FNAIM propose plusieurs mesures, à commencer par l’augmentation du taux de renouvellement du taux d’intérêt fixé par la Banque de France, qui détermine le taux maximum que les établissements de crédit sont autorisés à pratiquer pour les prêts. Autre mesure proposée : permettre au vendeur du bien de réutiliser les intérêts du prêt pour un autre achat ou de les transférer à l’acquéreur dans les mêmes conditions. « C’est une méthode déjà utilisée, sans coût pour l’Etat et neutre pour les établissements de crédit », a précisé Loïc Cantin. La FNAIM a également proposé d’ajuster le dispositif Pinel sur l’investissement : jusqu’à la fin, qui est prévue fin 2024, l’acquéreur dans le neuf peut en bénéficier en habitant lui-même ce logement, avant de l’aménager et de le louer. Cette opération aura notamment pour avantage d’offrir une « bouffée d’air frais » aux nouveaux acteurs de la construction qui voient leur chiffre d’affaires chuter. Plus que cela, la FNAIM demande une réforme du statut du locataire privé.

À Lire  Immobilier : cinq bons placements pour préparer la vieillesse

Programme d’énergie renouvelable

Autre reproche majeur présenté par Loïc Cantin, les problèmes posés par la théorie du climat et de la résistance qui rend la rénovation des maisons économes en énergie. En particulier, la « mise en place d’une réglementation importante », inquiète la FNAIM : à partir du 1er janvier 2023, les logements de classe G seront interdits à la location, lorsqu’ils enregistrent une consommation de plus de 450 kWh/m2, une disposition qui augmentera progressivement. aux autres. types de maisons en 2025 et 2028. Sans considérer la « nécessité absolue » du changement, Loïc Cantin a jugé « inutile » de réaménager le calendrier, s’avérant momentanément « impossible non » pour les bailleurs et les bailleurs. sociétés spéciales. Pour lui, le premier, qui ne peut pas prendre cet argent, retirera son bien du loyer ou le revendra. « En conséquence, les maisons non classées G seront vendues aux personnes qui les occuperont en tant que propriétaires, donc aucun travail ne sera nécessaire. A quoi sert la situation ? », a déclaré Loïc Cantin.

Autre pierre d’achoppement dans l’application de la loi : les énergies renouvelables dans les logements se heurtent à de nombreux problèmes, dont le faible nombre d’entreprises labellisées RGE « Reconnaissance environnementale » et de financement. « Les sociétés bancaires ne veulent pas financer ce projet. L’État doit établir un dialogue avec les banques », a déclaré Loïc Cantin. La FNAIM propose également l’animation des dispositifs publics d’aide aux énergies renouvelables et la mise en place d’un nouveau dispositif. « Je propose une nouvelle mesure visant à exonérer les ménages de toute taxe sur les revenus locatifs liés à une maison, pourvu qu’ils réalisent un projet d’énergie renouvelable satisfaisant », a déclaré Loïc Cantin. Cela contribuera à stabiliser le parc locatif et à aider les Français qui voient leurs revenus diminuer à la retraite.

Une douche froide au programme des réparations

Les propositions de la FNAIM ont rencontré un écho ouvert, voire positif chez Olivier Klein, avec toutefois un gros contrecoup. « Je veux réconcilier la France et la France avec le travail de construction », a déclaré ce dernier, reprenant les termes exprimés le 28 novembre, lors de l’inauguration des « maisons » du conseil de reconstruction. Le corps, en souvenir d’Olivier Klein, se veut un « groupe sacré » de maisons, ce qui crée un « consensus ». Et certaines orientations présentées par le ministre vont dans le sens de la FNAIM. Commencer par amener Olivier Klein à « mener la réflexion ensemble » sur l’évolution de la position du secteur privé, dans la vision de détruire le système Pinel. Autre enjeu de la solidarité, la réponse aux enjeux du financement de projets de logements économes en énergie. « Aujourd’hui, beaucoup d’établissements bancaires ne veulent pas récupérer leur argent », a déclaré Olivier Klein, promettant de les réunir pour entamer des négociations, à partir de janvier. Le ministre a également rappelé les mesures prises par le gouvernement pour promouvoir les réformes dans le monde, notamment l’augmentation du budget alloué à MaPrimeRénov, l’association entre éco-PTZ et MaPrimeRénov’ et le doublement du déficit foncier, la fiscalité dans une partie des et capital locatif, en cas de travaux. « Nous allons réfléchir dans les mois à venir au développement de MaPrimeRénov’ Copropriétés, pour réduire au minimum le montant pouvant être payé pour les travaux de rénovation à l’échelle des maisons », a-t-il précisé.

À Lire  Investissement – ​​Déduction fiscale : résultat attendu

En revanche, sur l’importante question du calendrier d’application de la loi sur le changement climatique et la résilience concernant le renouvellement des maisons économes en énergie, c’est de l’eau froide : les limitations prévues par la loi « nous obligent », insiste le Ministre , que « le niveau est élevé, mais il ne peut pas être dépassé ». Dès le début de l’année 2023, la feuille de route du « home provider » rassemblera tous les acteurs impliqués et fera l’objet d’un suivi régulier.