Lot. Pour la rentrée, Cahors répond au plus près des besoins des enfants

En cette saison de rentrée, l’adjoint au maire chargé de l’enfance et de la vie scolaire fait le point sur l’état des écoles à Cahors, dans le Lot.

Rédaction par Cahors

Publié le 22 septembre, 17:02

Avec 12 écoles sur son territoire, dont deux privées, la Commune du Lot à Cahors est bien équipée.

Pas de suppression de classe à Cahors

Pas de suppression de classe à Cahors

A quelques jours de la rentrée, nous avons fait le point sur la politique de la ville en faveur de l’enfance avec l’adjointe au maire chargée de l’enfance et de la vie scolaire, le Dr Hélène Leneveu-Rivière.

Nouveau : En cette nouvelle année académique, tous les cours seront-ils maintenus ?

Les travaux de l’été

Les travaux de l’été

Hélène Leneveu-Rivière : Il n’y aura pas de suppression de classes, entre 69 maternelles et l’enseignement fondamental, réparties dans toutes les écoles de Cahors. Ensemble avec les parents et les enseignants, nous nous sommes mobilisés pour conserver le 7ème poste d’enseignant à l’école Lucien Bénac. A partir des 10 écoles publiques de Cahors, une centaine d’élus municipaux sont mobilisés, sans compter les animateurs extérieurs à l’école.

Quelle est l’action de la municipalité pour rendre les écoles accueillantes, tant en centre-ville qu’à l’extérieur, en termes de travaux et d’investissements ?

H.L.R. : A Cahors, nous possédons des immeubles vétustes des années 1950 et 1960. Nous gérons 10 écoles publiques : 2 dans le centre, Zacharie Lafage et Jean Calvet, et 8 écoles de quartier, de Bégoux à Terre-Rouge, en passant par Lacapelle ou Cabessut. C’est la volonté de la Mairie de Cahors d’avoir ce tissu d’écoles. Ce sont des classes à taille humaine. Tout au long de l’année, des travaux d’entretien réguliers sont effectués au sein des écoles, qui sont effectués pendant les vacances lorsque les locaux ne sont pas occupés. Hors investissement, de septembre 2021 à septembre 2022, dans nos écoles, il y a eu un travail journalier de 375 000 euros, comme la rénovation de la toiture de l’école de Bégoux, la réfection du toit terrasse de Joseph Teysserre, la peinture des façades peintures. , à Camille Chapou, notamment. A l’école maternelle Jean Calvet, les sanitaires ont été rénovés.

Chaque année, suite à l’engagement de la campagne, nous rénovons une cour d’école différente. Cette année la cour de l’école maternelle Zacharie Lafage a été rénovée, où pour la première fois nous avons cultivé de la végétation, avec 160 m² de végétation. Nous avons créé un comité « Cour d’école », regroupant élus et services, où ils emmèneront les enfants au travail, selon les souhaits de la cour d’école. C’est une co-construction. Pour la cour de l’école Zacharie Lafage, nous avons investi 97 000 euros, nous avons retiré le bitume, nous avons utilisé des matériaux d’origine organique, comme la sève de pin des Landes. Nous allons dupliquer cette initiative de verdissement dans les cours de la prochaine école rénovée. Petit à petit nous verdirons les cours des écoles qui ont déjà été rénovées.

À Lire  Vidéo yoga : trois conseils pour se rafraîchir pendant les canicules...

Quels sont vos prochains investissements dans les écoles ?

H.L.R. : Dans le cadre du plan de l’Etat « France Relance », nous bénéficions d’une aide à la rénovation énergétique des bâtiments. Nous allons démarrer la rénovation énergétique de l’école Jean Calvet. Nous profiterons de ces travaux pour rendre l’école accessible, avec un ascenseur, et nous rénoverons tous les espaces intérieurs.

D’un coût total de 3 millions d’euros, grâce aux aides de l’Etat et au plan France Relance, seul 1 million d’euros restera à la charge de la commune. Normalement, la rénovation des bâtiments scolaires se fait entièrement à partir du budget municipal. Nous espérons démarrer les travaux fin 2022. Nous avons également un projet de renouvellement de la toiture de l’école Pierre Ségala à Bellevue.

Comment les écoles de Caduran participent-elles à l’effort collectif de la transition écologique ?

H.L.R. : Nous aidons les écoles avec des projets scolaires liés à la transition écologique. L’école Lucien Bénac de Terre-Rouge a obtenu le label « éco école » pour l’alimentation, où l’on s’est exercé à consommer des légumes. L’école Zacharie Lafage a été labellisée « une école avec une vision globale du développement durable ». Avec le service « Paisaik » nous répondons aux demandes de composteurs scolaires.

Comment les enfants participent-ils à la vie démocratique ?

H.L.R. : Les enfants de CM2 sont représentés au Conseil Municipal des Enfants, avec deux membres élus, par an, au sein de chaque classe de CM2. Nous travaillons régulièrement avec eux. Le Conseil Municipal des Enfants, associé au comité intercommunal de longue durée, première journée citoyenne de Cahors, y a collecté 800 kg de déchets. En fin d’année, ils présentent leurs projets en conseil des adultes.

Je précise que chaque école est représentée par deux élus au conseil municipal de Cahors.

Comment éduquer les enfants à la mobilité douce ?

H.L.R. : Dans le cadre du Plan Vélo, des parkings vélos* ont été installés dans toutes les écoles. Des ateliers VTT sont organisés.

Dans le cadre du passage du Tour de France, des activités ont été organisées, comme des dictées. En collaboration avec la commune, la Société du Tour de France a cofinancé, au sein des écoles, des vélos, trottinettes et draisiennes. Nous avons aménagé un sentier pédestre pour assurer les enfants de l’école Georges Coulonges à Lacapelle, sur la route de Trespoux.

Le péri-scolaire maintenu

Le péri-scolaire maintenu

Nous avons un projet de création d’une piste d’apprentissage du vélo dans une école de Cahors.

Les activités périscolaires pratiquées à Cahors sont-elles maintenues ? Quelles sont les principales offres ?

H.L.R. : Ils seront maintenus. Une garderie active est disponible après les heures d’école. Toutes les activités proposées sont gratuites. Il y a des collaborateurs extérieurs, financés par la municipalité, qui proposent des activités comme le yoga, l’éveil musical, le théâtre, le graffiti ou l’anglais.

À la suggestion du Conseil des enfants, les enfants apprennent la langue des signes pendant cette période en dehors de l’école. Les enfants ont aussi droit à des moments calmes. Ces animations sont marquées par le Projet Territorial d’Education, à l’échelle du Grand Cahors, qui réunit différents acteurs du territoire, au niveau de l’éducation, aux côtés de l’élue Magali Deljarrit. Les axes, dans ce projet, sont le respect du rythme de vie, la faveur de la citoyenneté, la participation des familles à l’école et l’ouverture sur le monde. Dans le cadre du Projet Territorial Education, il a été décidé de se pencher sur la question de l’accès des enfants aux toilettes.

À Lire  Yoga, fitness, squash, foot… : retour au ralenti dans les salles de sport

Accueil en crèche

Accueil en crèche

Dans deux écoles, à Marthe Durand (La Croix de Fer) et Lucien Bénac, nous avons créé ALAE (Accueil de Loisirs Associés à l’École), où un lien se fait entre tous les acteurs, l’école, l’école pédagogique. et enseignants, et animateurs périscolaires, établissant les mêmes règles de vie, dans le but de professionnaliser l’accueil.

La ville de Cahors, pour l’enfance, est-elle suffisamment équipée en places de crèche ? Quelle est votre politique à cet égard ?

H.L.R. : La Ville de Cahors est bien équipée pour l’accueil des enfants (maternelles et tout-petits), avec 87 places pour 100 enfants à Cahors, contre 55 pour 100 au niveau national. Il n’est pas nécessaire de créer un espace supplémentaire pour cela, sauf pour certains types de jardins d’enfants ou pour des horaires spécifiques.

Depuis le 1er janvier 2022, les deux crèches qui étaient gérées par la CAF du Lot à Terre-Rouge et Ste-Valérien ont été reprises par la Ville de Cahors. Avec l’école maternelle des Polissons, elle gère une centaine de places, réparties en trois zones.

Les Cadurciens peuvent bénéficier de l’école maternelle Gribouille, de 25 places, gérée par la Mutualité française et subventionnée par la Ville de Cahors.

A Cahors, Grand Cahors gère le Relais Petite Enfance, boulevard Gambetta, où les enfants de 0 à 6 ans peuvent être accueillis. C’est un lieu, en libre accès, où les baby-sitters du territoire peuvent se rendre. Dans ce même quartier, se trouvent la Ludothèque du Grand Cahors et l’association « Prélude », lieu de rencontre parents-enfants, pour les 0 à 4 ans.

Quelle est votre action sur les espaces de loisirs ?

H.L.R. : Grand Cahors gère 6 espaces de loisirs dont deux à Cahors (Croix de Fer et Terre-Rouge). A Cahors, il existe également une zone de loisirs, gérée par la MJC. Le centre de loisirs de la Croix de Fer et l’école maternelle « Gribouille » bénéficieront de travaux de rénovation énergétique en 2022/2023, avec la participation de l’Etat, dans le cadre du plan « France Relance ». Dès la rentrée en septembre 2022, les enfants de récréation seront accueillis à l’école Zacharie Lafage.

Comment les enfants handicapés sont-ils traités dans les écoles ?

H.L.R. : Quel que soit le handicap (moteur, visuel, auditif, de concentration…), il y a une grande volonté d’inclusion. Ces enfants sont accueillis dans des écoles, des écoles avec des projets adaptés et individuels. L’AESH peut être accompagnée d’un adulte. La taille de nos classes facilite leur accueil.

Entretien avec DIDIER QUET

* Dispositif de rangement et de sécurisation des vélos.

Laisser un commentaire