Louer ou acheter un appartement : quel est le meilleur choix pour les parents d’étudiant ?

Avec l’inflation, les loyers ne cessent d’augmenter. À l’heure de trouver un logement pour leurs enfants, de plus en plus de parents se demandent donc s’il ne serait pas plus intéressant d’acheter que de louer. Une start-up spécialisée dans l’investissement locatif à Nantes a tenté de répondre à cette question.

Diplôme universitaire en poche, de nombreux jeunes se préparent à entreprendre des études supérieures, parfois loin de chez eux. Ils sont donc à la recherche d’un logement pour la rentrée. Mais avec l’inflation, les loyers augmentent. Dès lors, leurs parents se sont demandé s’il ne serait pas plus intéressant d’en acheter. Comme le rapporte Le Figaro Immobilier ce lundi 8 août, Circuméo, agence spécialisée dans les investissements locatifs à Nantes (Loire-Atlantique), a réalisé une simulation pour savoir quel achat ou location serait le plus rentable.

Prêts étudiants : ces banques qui proposent encore des taux cassés pour financer vos études

La simulation est faite pour un ancien studio rénové de 20 mètres carrés, idéalement situé au centre de Nantes, et la mensualité de prêt ou de loyer est de 550 euros par mois. Dans les deux cas, la redevance mensuelle sera donc la même.

À Lire  Investissement immobilier : démarrer tranquillement

Dans le cadre de l’achat, il en coûte 110 000 euros, dont un apport de 10 000 euros et un prêt de 100 000 euros sur 20 ans. Après cinq ans (généralement la fin d’un master), une plus-value potentielle de 25% est envisageable. Le studio peut donc être revendu 137 500 euros. Après déduction des échéances d’emprunt (33 000 euros), des frais (8 750 euros), de l’impôt sur les plus-values ​​(1 000 euros), du capital dû (78 000 euros) et des cotisations (10 000 euros), le bénéfice net s’élève à 6 750 euros sur cinq ans.

6 750 euros de gain contre 31 960 euros de perte

6 750 euros de gain contre 31 960 euros de perte

Dans le cadre du bail, Circuméo ajoute un investissement de 10 000 euros en assurance-vie, à hauteur des apports destinés à l’achat. Cinq ans plus tard, le bail coûtera 33 000 euros et un contrat d’assurance-vie sera obtenu, basé sur un taux optimiste de 2 %, 1 040 euros. Un bail ne fait pas de profit, ils ne recevront aucun profit, et subiront même une perte.

Professionnel : les offres en ligne les moins chères pour limiter vos frais bancaires

« Nous nous sommes rendus compte à travers cet exemple qu’investir dans le centre-ville d’une ville très dynamique comme Nantes est bien plus intéressant financièrement que de louer du temps pour les études de votre enfant. Et ce, quel que soit le moment de la revente envisagée », conclut la co-directrice Circuméo. fondateur.

Rentrée 2022 : faut-il se dépêcher d’acheter des fournitures scolaires ?