Maes découvre le numéro de Boba sur Internet, Duke obtient…

Le clash entre Booba et Maes vient de prendre une nouvelle tournure. Alors que les tensions entre les deux se sont accrues ces derniers temps, le rappeur de Sevran est même allé jusqu’à révéler publiquement le numéro du Duc.

N’es-tu pas fatigué? De nombreux internautes se posent cette question. D’autres regardent le Beef Maes vs Booba pendant que nous regardons des épisodes d’une série. Celui-ci en particulier en est au moins à sa troisième saison car les attaques ne semblent pas s’arrêter. Au début ce n’était qu’une provocation et des moqueries via les réseaux sociaux, mais ça s’intensifie depuis quelques semaines. B2O a même accusé son rival d’avoir battu un administrateur de la page fan de Duke.

Le Sevranais l’a dit depuis le début, il déteste Booba et ne s’arrêtera pas. Pour lui « le piratage est terminé » et bien sûr tous les enregistrements sont autorisés. En fait, sa dernière action n’est pas la moindre. En divulguant leurs échanges privés sur ses réseaux, Maes n’a pas caché le numéro de Kopp, que certains se sont empressés de sauvegarder.

La réaction de Booba est tout de même surprenante tant il semble même apprécier la situation. Tout en recevant divers messages, il en a partagé (non sans humour) avec ses pirates via son compte Instagram sonsofpiraterie. Par exemple, il disait : « Oh pu*ain, les narcos ont divulgué mon numéro » ou même « Georgey l’opérateur ». Mieux encore, en tant que fan des lundis, il en a posté un qui présente Maes avec une bulle de dialogue comme dans les bandes dessinées et pense ‘Je vais divulguer son numéro alors il est vraiment en colère et il doit changer !! !niarf niarf niarf #gang ».

À Lire  Logement : la FNAIM obtient partiellement gain de cause

La meilleure histoire que partage le duc reste les messages envoyés par une personne qui souhaite clairement tirer profit de la récupération du numéro de Booba en lui offrant des conseils sur l’investissement immobilier et la gestion de patrimoine. Comme le dit B2O, « Quel culot ! »