Malgré la sécheresse, cet habitant d’Eura a récolté beaucoup de pommes de terre cet été : voici sa méthode

Alors que la sécheresse avait des conséquences sur la culture de la pomme de terre, un habitant d’Evreux (Eure) récoltait grâce à une certaine technique. Les détails

Montage par Evreux

Publié le 22 septembre à 15h37

Malgré la forte sécheresse de cet été, il y a des frites ! Léon Curial vient de faire une bonne récolte de pommes de terre dans le potager de la famille Gigot à Evreux (Eure).

Jardiner au naturel

Jardiner au naturel

Sans arrosage, mais en utilisant une technique un peu élaborée et toujours productive : la plantation en paille.

Nourrir le sol et économiser l’eau

Nourrir le sol et économiser l’eau

« Agriculteur » passionné, spécialiste du sol, connu et reconnu dans la région, Léon Curial n’est pas n’importe quel jardinier. Avec l’association Les Jardiniers de l’Eure, il donne souvent des conférences sur la « floraison naturelle » et est au cœur de la culture caritative de la pomme de terre à Garencières.

Léon Curial est en pleine récolte des variétés Charlotte et Bernadette plantées il y a quatre-vingt-dix jours. Ses Belles de Fontenay ont été montées en soixante-dix jours et ses soirées seront en cent vingt.

Le tout selon une méthode particulièrement adaptée :

J’expérimente depuis quelques années la culture de pommes de terre sous paille. Cette année, j’ai tout fait comme ça. La méthode consiste à planter puis à tailler abondamment. Il n’a plus besoin de soins jusqu’à la récolte. Le paillage nourrit le sol et économise beaucoup d’eau. Malgré la sécheresse, les pommes de terre n’ont pas souffert et la récolte que je récolte en ce moment est abondante.

À Lire  Glycine : comment la tailler après l'été pour la renforcer ?

Faire connaître la méthode

Faire connaître la méthode

Léon Curial part du principe que le sol est vivant, « il faut le nourrir et le protéger ». C’est le rôle du paillage et du couvert végétal. « Les rayons du soleil ou de la pluie ne doivent jamais tomber sur le sol nu. Cela permet, entre autres, d’avoir un sol vivant. Poreux, il stockera une plus grande quantité d’eau et empêchera l’évaporation, limitant le besoin d’arrosage. »

Fin érudit et érudit dans son domaine, Léon Curial est aussi généreux. Il aime partager sa méthode pour aider les autres.

Adaptée seulement aux jardins potagers

Adaptée seulement aux jardins potagers

Pour la culture de la pomme de terre, la préparation du sol commence l’année précédente, dès la récolte sur le site, avec semis de couverture ou mulching. Au printemps, il ne reste plus qu’à ameublir le sol en surface, planter les pommes de terre normalement et les couper abondamment pour éviter les buttes. Même cette année, le sol reste frais, aucun arrosage n’est nécessaire. De ce fait, la récolte est beaucoup plus facile, le rendement est moins affecté par le manque d’eau.

Fils de paysan

Fils de paysan

La culture de la pomme de terre sous paille fonctionne, les seaux de Léon Curial remplis de belles et grosses pommes de terre en sont la preuve indiscutable. Mais, bien sûr, le processus a ses limites. Il ne peut être cultivé qu’à l’échelle d’un verger. « Il ne serait pas possible de généraliser cette technique aux cultures vivrières, la quantité de paille nécessaire serait trop importante et cela poserait problème pour une récolte mécanisée. Pour diverses raisons, grâce aux ressources génétiques, la paille se raccourcit et la quantité produite diminue. »

À Lire  Nous avons trouvé une astuce insolite que beaucoup négligent pour booster la croissance des plantes de jardin !

Léon Curial, fils d’agriculteur, est intarissable pour prodiguer ses conseils avisés. En particulier, sur la nécessaire rotation des cultures, certains éléments de rotation pour prévenir l’épuisement des sols et réduire les risques croissants de propagation de maladies et de parasites. Sa parole est largement entendue dans la communauté des jardiniers. Fort d’une longue expérience, il explique comment il a réussi à nourrir ses cinq enfants avec un potager de 200 mètres carrés.

Laisser un commentaire